Défaite de la coalition : la motion d’Ayelet Shaked repoussée par la Knesset

Après une nuit pleine de rebondissements et de débats houleux, la motion d’Ayelet Shaked sur le regroupement familial a été rejetée. Au milieu de la nuit, dans une effort ultime, la ministre de l’Intérieur avait réuni les chefs de partis de la coalition et était revenue avec une nouvelle mouture de la loi, plus allégée, après avoir donné de nouveaux gages à Meretz et surtout à Mansour Abbas. Cette nouvelle modification du texte en cours de route avait provoqué de vives réactions sur les bancs de l’opposition de droite.

Afin de s’assurer une victoire et forcer Meretz et Ra’am de voter en faveur du texte, le Premier ministre Naftali Benett a soudain annoncé qu’il faisait de ce texte un vote de confiance envers le gouvernement. Cette annonce a resserré les rangs dans la coalition, mais le résultat du vote a surpris tout le monde : 59 voix pour et 59 voix contre avec deux abstentions, ce qui a fait tomber la motion.

Le député qui a fait pencher la balance a été Amihaï Shikli, du parti Yamina, qui a voté contre son parti, tout comme il avait voté contre la validation du gouvernement Benett-Lapid. Durant les heures qui ont précédé le vote crucial il avait fait l’objet d’énormes pressions tant de la part d’Ayelet Shaked que du Likoud. La ministre de l’Intérieur a demandé à Naftali Benett d’exclure sans délai le député du parti Yamina.

Au sein des partis de droite de la coalition les critiques sont vives contre l’opposition accusée « d’avoir préféré les combines politiciennes aux intérêts sécuritaires de l’Etat ». Yamina a publié un communiqué disant : « L’opposition, sous la houlette de Bibi-Tibi n’a pas réussi à faire tomber le gouvernement mais ils ont ensemble porté directement atteinte à la sécurité d’Israël. C’est comme cela que se présente de la petite politique sur le compte des citoyens d’Israël. C’est la raison pour laquelle ils ont dans l’opposition et c’est là-bas qu’ils resteront. Pour Bibi, s’il n’est plus au pouvoir, qu’importe si le pays prend feu. Ce gouvernement réparera ce que lui et ses amis ont fait ».

Au Likoud, on répond que Naftali Benett et Ayelet Shaked ne font que récolter les fruits de la manière dont ils ont manœuvré et formé ce gouvernement bancal. Le parti de Binyamin Netanyahou demande au gouvernement de faire passer sans délai la loi fondamentale sur l’immigration préparée par May Golan (Likoud) et Sim’ha Rotman (Hatziyonout Hadatit).

Depuis le Likoud et Hatziyonout Hadatit les éloges fusent aussi en direction d’Amihaï Shikli qui « a réintroduit un peu d’idéologie et de droiture » dans la politique. Après le vote, le député a déclaré : « Cette nuit, nous avons eu la preuve du caractère problématique de ce gouvernement qui n’a pas une majorité sioniste (…) Israël a besoin d’un gouvernement sioniste qui fonctionne et non pas un patchwork qui dépend des voix de Meretz et Ra’am ». Amihaï Shikli a également précisé qu’il aurait voté en faveur du texte s’il n’avait pas été le produit d’une capitulation d’Ayelet Shaked envers Meretz et Mansour Abbas.

A une voix près, le gouvernement Benett n’est pas tombé mais il n’a pas obtenu une majorité de confiance non plus, quatre semaines après sa prise de fonction. Cette défaite de la coalition sur le premier grand texte que le Premier ministre voulait faire adopter et pour lequel Ayelet Shaked a tant bataillé met une fois de plus en évidence la complexité de la situation politique issue de la composition de ce gouvernement.

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.