Une compagnie israélienne va chercher du pétrole au large du Sahara occidental.

L’Office national des hydrocarbures et des mines marocain vient de signer un accord avec la compagnie israélienne Ratio Petroleum pour chercher du pétrole au large du Sahara occidental. Un contrat qui pose question au regard du statut juridique du territoire sahraoui, toujours revendiqué par le Maroc.

Selon le site marocain Le Desk, la compagnie israélienne Ratio Petroleum a annoncé le 24 septembre la signature avec l’Office national des hydrocarbures et des mines marocain d’un accord portant sur l’exploration de ce qui est appelé “le bloc Dakhla Atlantique”.

Ce bloc, d’une “superficie de 106 000 kilomètres carrés et d’une profondeur de 3 000 mètres”, s’étend le long de la moitié du littoral du Sahara occidental et se prolonge jusqu’au littoral mauritanien, détaille le site algérien Tout sur l’Algérie (TSA).

Des droits exclusifs

À l’origine, cette information avait paru sur un site israélien spécialisé dans le secteur de l’énergie, EnergiaNews. Du côté des médias marocains, le site en ligne Le 360 indique que l’accord conclu “donne l’exclusivité des droits de recherche et d’exploration de gisements de gaz ou de pétrole dans le bloc Dakhla Atlantique” au groupe israélien. Conformément au droit marocain, précise le site d’information en ligne Yabiladi, “l’État toucherait une redevance de 7 % si le pétrole est découvert à plus de 200 mètres sous les eaux avec une production de plus de 500 000 tonnes, et pour le gaz naturel, 3,5 % pour une production de plus de 500 000 mètres cubes”.

Le groupe Ratio Petroleum, qui détient 15 % du plus grand champ d’exploration israélien, baptisé Leviathan, est également présent dans deux autres bassins, en Guyane-Suriname et aux Philippines, précise Le 360.

Le statut du Sahara occidental

“Moins d’une année après la normalisation des relations entre les deux pays en décembre 2020, une compagnie israélienne va chercher du pétrole au large de la ville sahraouie occupée, Dakhla”, souligne TSA, qui pointe ainsi le statut juridique du territoire sahraoui, lequel revendique son indépendance, avec le soutien de l’Algérie, face au Maroc, qui le considère comme une partie de son territoire.

Cet accord signé entre la compagnie israélienne et le Maroc survient peu de temps après la décision de la justice européenne publiée le 29 septembre et qui a annulé deux accords commerciaux signés entre le Maroc et l’Union européenne englobant les territoires sahraouis, qualifiés d’“occupés” par TSA et considérés comme tels, notamment par l’Algérie.

Autre télescopage politique, cet accord a été signé après la désignation du diplomate Staffan de Mistura comme envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental. TSA souligne que le Sahara occidental, situé au sud du Maroc, est inscrit depuis 1963 sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes concernés par la décolonisation.

JForum – 360

1 COMMENTAIRE

  1. Après la normalisation et même avant, Israël toujours contribué au développement économique du Maroc. Je remercie infiniment ce très beau pays qui nous aime et qui nous veut de bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.