Explosion à Sanaa, la capitale du Yémen : un entrepôt d’armes des Houthis a été attaqué avec des missiles

Les médias arabes ont rapporté au moins une explosion à Sanaa. Selon des sources yéménites, un dépôt d’armes des Houthis a été attaqué. Les Houthis ont démenti et ont également publié leur version en hébreu

Les médias arabes ont fait état cet après-midi (jeudi) d’une explosion à Sanaa, la capitale du Yémen. Selon certaines informations, deux explosions auraient eu lieu dans la capitale. Il a été rapporté sur la chaîne saoudienne al-Hadth que l’explosion s’est produite dans une « zone militaire fermée des Houthis ».
Des sources locales au Yémen ont affirmé plus tard qu’un dépôt d’armes des rebelles houthis avait été attaqué par des missiles dans la région de Jebel Attan, au sud-est de Sanaa, où se trouve une base houthie. À ce stade, aucune victime n’a été signalée.

Les médias chinois minimisent l’attaque et la maquillent en un accident. Ils prétendent que deux enfants ont été tués et cinq autres blessés dans l’explosion d’un reste d’ogive « nucléaire » dans la province d’Al-Jawf, au nord-est du Yémen, a rapporté jeudi la télévision al-Masirah, dirigée par les Houthis.

L’incident s’est produit mercredi soir lorsque les enfants ont trouvé le reste alors qu’ils jouaient à l’extérieur et l’ont amené dans la maison du quartier d’Al-Yatma du district de Khub Washaaf, dans le nord-est de la province. Les restes ont alors explosé et tué les deux enfants.

La zone d’Al-Yatma se trouve à quelques kilomètres de la ligne de front entre les troupes gouvernementales et les rebelles Houthis, mais les combats se sont largement atténués depuis plus d’un an.

Selon des rapports récents des agences humanitaires des Nations Unies, les mines terrestres et les munitions non explosées sont les principales causes de décès d’enfants au Yémen. La hausse du nombre de décès dus à ces armes pourrait être le résultat du déplacement de familles vers des zones auparavant inaccessibles suite à la diminution des hostilités, selon les rapports.

En avril, le gouvernement yéménite a lancé un appel urgent à l’aide internationale pour éliminer les mines terrestres et autres restes explosifs de guerre.

Le Yémen est embourbé dans une guerre civile depuis fin 2014, lorsque la milice houthie a pris le contrôle de plusieurs provinces du nord et forcé le gouvernement à quitter la capitale Sanaa. Article final

Les médias arabes ont récemment fait état d’intenses explosions entendues et vues dans la ville de Sanaa, la capitale du Yémen, sous le contrôle des rebelles Houthis soutenus par l’Iran et les Gardiens de la révolution. Selon les médias arabes, la cause des explosions entendues dans la capitale du Yémen n’est pas claire et il n’a pas encore été signalé s’il y avait eu des victimes ou si des dégâts avaient été causés. Dans les médias arabes qui ont couvert les événements au Yémen, ils ont souligné que les rebelles Houthis avaient récemment lancé des missiles suicides et des drones sur Israël et avaient même pris le contrôle d’un cargo appartenant en partie à Israël.

Jeudi matin, la capitale yéménite, Sanaa, a été secouée par plusieurs violentes explosions, centrées sur le quartier général de la première division blindée, contrôlée par les milices Houthis soutenues par l’Iran.

Les médias yéménites ont rapporté que des explosions continues proviendraient de l’entrepôt d’armes et des explosions de munitions, tandis que des colonnes de fumée remplissaient le ciel de la capitale.

Elle a ajouté qu’il avait entendu plus de trois violentes explosions, qui ont fait voler en éclats les fenêtres de l’hôpital Azal, situé dans la 60e rue à Sanaa.

On ne connaît pas encore la cause des explosions, qui seraient le résultat de la préparation par la milice d’un missile balistique près du quartier général de la Première Division blindée, que la milice a transformé en camps d’entraînement et en rampes de lancement de missiles balistiques.

Le camp de Première Division est situé près de l’université, au nord-ouest de Sanaa. Le premier quartier général pris d’assaut par les milices houthies a eu lieu le 21 septembre 2014, après des combats qui ont duré plusieurs jours, qui leur ont ensuite permis d’envahir la capitale yéménite et d’imposer leur contrôle sur la plupart des institutions et ministères officiels.

Il est à noter que depuis leur prise de la capitale yéménite, les milices ont continué leurs violations contre la population, en imposant des impôts, en recrutant des enfants et en enlevant des civils.

Les milices continuent également de rejeter un cessez-le-feu sauf selon leurs conditions, malgré l’intensification des appels de l’ONU et de la communauté internationale pour mettre fin au conflit dans le pays.

Au cours des dernières semaines, l’envoyé de l’ONU et des États-Unis a effectué une tournée dans la région afin de promouvoir une solution et de mettre fin au conflit au Yémen, face à l’obstination des Houthis. 

JForum.fr et ALARABIA

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires