Appel urgent de Gideon Saar à Yaïr Lapid

 

L’effervescence monte d’un cran dans le camp « anti-Netanyahou » qui étudie toutes les formules possibles et imaginables pour tenter de former une majorité. Mardi soir, Gideon Saar a lancé un appel à Yaïr Lapid afin qu’il renonce à sa campagne pour tenter de réunir autour de son nom une majorité de 61 députés : « Ce n’est pas la collecte de soutiens qui permettra la formation d’un gouvernement, mais uniquement une tentative effective et rapide de créer une majorité parlementaire réaliste qui le permettra, et la fenêtre des opportunités est limitée dans le temps. Il y a une semaine, lors de la nuit des élections, j’ai renoncé à mon ego afin de permettre la formation d’un gouvernement de changement. C’est maintenant à votre tour d’en faire de même ! »

Comme à l’accoutumée, Yaïr Lapid a répondu par une chose et son contraire : « Pour favoriser la formation d’un gouvernement de changement, nous sommes prêts à des douloureuses concessions. Face aux rumeurs et aux va-et-vient de la semaine dernière il nous est important de clarifier : il n’y a rien que je ne sois pas prêt à envisager, aucune pierre que je sois pas prêt à soulever, aucune possibilité que je ne sois prêt à étudier afin de former un gouvernement de changement et sortir Binyamin Netanyahou de Balfour ».

Mais quelques minutes plus tard, le président de Yesh Atid se contredisait une nouvelle fois : « J’ai dit lors de la campagne électorale et je le redis aujourd’hui : l’Etat est plus important que mes aspirations personnelles ou de quiconque d’autre. La mission du bloc du changement durant la semaine qui vient est d’empêcher que le président de l’Etat ne charge Binyamin Netanyahou de former le prochain gouvernement. Et pour que cela en soit ainsi, tous les partis de ce bloc doivent recommander Yesh Atid auprès du président de l’Etat, car nous sommes le plus grand parti de ce bloc« …

Gideon Saar, un peu interloqué, a rapidement réagi : « C’est le contraire ! Le moment des concessions, c’est maintenant, car après, il sera peut-être trop tard ».

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

 

2 Commentaires

  1. Le Balagan israélien dure depuis 2018, la population en à marre d’être le jouet d’une classe politique qui gère la situation qu’en fonction d’intérêt strictements personnels
    Le Likoud et Bibi en fonction des affaires judiciaires .Lapid Sar et les autres en fonction du leadership d’un éventuel gouvernement et des portefeuilles ministériels
    Les orthodoxes pour garder leurs avantages particulier .
    C’est des politiques comme Begin,Shamir Rabin ou Golda dont Israel a besoin et ce groupement d’acteurs ou d’hommes d’affaires et de rabbins, , ne sont pas la pour servir et gérer Israel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.