Milei s’engage à déplacer l’ambassade à Jérusalem et à mettre le Hamas sur liste noire

Le président israélien Isaac Herzog a remis à Javier Milei une Bible hébraïque en remerciement de son ferme soutien au peuple juif.

Le président israélien Isaac Herzog rencontre dans sa résidence à Jérusalem son homologue argentin Javier Milei, le 6 février 2024. Photo de Haim Zach/GPO.Le président israélien Isaac Herzog rencontre dans sa résidence à Jérusalem son homologue argentin Javier Milei, le 6 février 2024. Photo de Haim Zach/GPO.

Le président israélien Isaac Herzog a rencontré mardi soir dans sa résidence de Jérusalem son homologue argentin Javier Milei, qui s’est engagé à déplacer l’ambassade de son pays dans la capitale et à désigner le Hamas comme groupe terroriste.

Lors d’une réunion privée précédant la réunion publique, Herzog a remis à Milei une Bible hébraïque en remerciement de son ferme soutien à l’État d’Israël et au peuple juif.

« Le peuple d’Israël entretient une immense chaleur et amitié avec l’Argentine », a déclaré Herzog, « et votre visite ici illustre la relation unique que nous entretenons avec l’Argentine et le fait que nous avons tant d’Israéliens dont la famille est originaire d’Argentine.

« Vous avez montré votre amour et votre affection, à la fois pour le peuple juif et pour l’État-nation du peuple juif, l’État d’Israël, et nous vous en remercions de tout cœur », a-t-il ajouté.

Milei a déclaré : « Je me suis engagé depuis le premier jour à faire en sorte que ma première visite diplomatique en tant que président se fasse dans l’État d’Israël. Me voici, je tiens ma promesse maintenant.

Milei a décrit sa visite comme un « témoignage concret de l’engagement que nous avons eu dès le premier jour de l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre ».

L’Argentine a « non seulement condamné les actions terroristes du Hamas », a-t-il poursuivi, « mais a également exprimé notre solidarité avec l’État d’Israël et a continué à soutenir le droit d’Israël à la légitime défense dans ce contexte ».

Milei a également déclaré qu’il avait envoyé une proposition de loi à la Chambre basse du Congrès argentin « exigeant précisément la libération des otages, tous des otages bien sûr ».

Il travaille également sur un projet visant à déclarer le Hamas groupe terroriste, qualifiant cela de « témoignage supplémentaire de la proximité historique, du soutien et de l’amitié entre nos peuples ».

Milei est arrivé en Israël plus tôt mardi et a immédiatement réitéré sa promesse de déplacer l’ambassade de son pays à Jérusalem et d’ouvrir un nouveau chapitre dans les relations bilatérales.

Ce voyage de solidarité de trois jours, qui est l’une de ses premières tournées à l’étranger depuis sa prise de fonction il y a deux mois, marque un changement majeur dans la politique étrangère de Buenos Aires envers les États-Unis et Israël après des décennies de soutien aux pays arabes.

Le voyage présidentiel comprendra également une visite dans un kibboutz à la frontière avec Gaza qui a été durement touché par les terroristes du Hamas lors du massacre du 7 octobre, une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et une visite au musée de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem. et un arrêt pour la prière au Mur Occidental.

Netanyahu a publié mardi une déclaration accueillant chaleureusement Milei en Israël, la première visite de ce type d’un dirigeant latino-américain depuis le début de la guerre, et l’a félicité pour son engagement à déplacer l’ambassade à Jérusalem. Les deux dirigeants se rencontreront mercredi à Jérusalem.

Philosémite public sans vergogne, Milei a nommé son rabbin, Axel Wahnish, qui l’accompagne lors de sa visite, comme prochain ambassadeur d’Argentine en Israël. La petite délégation comprend également la ministre argentine des Affaires étrangères, Diana Mondino.

Iconoclaste et outsider politique, Milei a été élu en novembre dans un contexte de crise économique naissante et d’inflation galopante qui frappe depuis longtemps le grand pays d’Amérique du Sud. Une semaine après sa victoire électorale, il s’est rendu aux États-Unis pour des réunions gouvernementales, s’arrêtant sur la tombe à New York du rabbin Loubavitcher Menachem Mendel Schneerson.

Son soutien indéfectible à Israël met à la fois fin à des décennies de soutien sans équivoque aux pays arabes de ce pays à majorité catholique d’Amérique latine et contraste avec le Brésil voisin, dont le leader de gauche, le président Lula da Silva, a été très critique à l’égard de la guerre israélienne à Gaza.

JForum.fr avec  jns

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires