Après le crash de Raïssi: c’est la peur qui fait le plus peur aux Gardiens de la Révolution

Le professeur Meir Litbek explique la grande peur qui règne en Iran : « La crainte des Gardiens de la révolution est qu’il y ait une situation de chaos, puis des épidémies massives. Jusqu’à présent, cela ne s’est pas réalisé. Le peuple a une endurance incroyable. Le régime reste encore stable parce que les citoyens ont peur et sont désespérés. »

Le président iranien Ebrahim Raïssi visite la base des Gardiens de la Révolution (Photo : Reuters)

le président iranien Ebrahim Raïssi visite la base des Gardiens de la révolution (Photo : Reuters)

Le directeur du Centre Alliance pour les études iraniennes de l’Université de Tel Aviv, le professeur Meir Litbek , a été interviewé aujourd’hui (lundi) dans le cadre de l’émission « Où va le pays » avec Anat Davidov sur Radio 103fm. Il a analysé les dirigeants iraniens, la situation politique, la situation économique et les manifestations dans le pays – également à la lumière du décès du président iranien, Ibrahim Raisi , et du ministre des Affaires étrangères. Il a expliqué : « Ce sont des dictateurs, mais ils font très attention au langage de la loi » et que « l’économie iranienne est en situation délicate – mais elle peut se rétablir ».

« La vérité est que les Iraniens se comportent de manière très efficace », a-t-il déclaré. « Ils ont très vite nommé un président par intérim, le vice-président . Il n’a pas encore été décidé s’il y aurait des élections prochainement ou s’ils attendraient. Jusqu’à présent, nous ne voyons aucune épidémie. Leur crainte est le chaos et ensuite l’essor d’épidémies massives, ce qui jusqu’à présent cela n’a pas eu lieu. »

« L’Iran souffre d’une série de problèmes économiques, je dirais en partie de graves problèmes structurels. Un autre problème est la corruption à grande échelle. La corruption est si profonde et si profonde au sein même de l’establishment que pour lutter contre la corruption, il faut combattre les gens qui composent l’establishment dirigeant en Iran, c’est impossible et cela nécessite des sanctions supplémentaires. Le résultat est que l’économie iranienne vacille, même si elle pourrait potentiellement réussir », a-t-il déclaré.

Quelle est la situation de l’inflation? Comment vivent les gens ?

« Environ 50 pour cent. La valeur de la monnaie iranienne s’est érodée de manière choquante. »

« Les Iraniens produisent du pétrole pour la Chine, pour l’Inde, et il s’avère également que la Malaisie les aide à contourner les sanctions, ainsi que la Turquie. Ils ont appris à s’accommoder des sanctions, même si cela leur complique évidemment la tâche. Nous constatons également un impact significatif sur le niveau de vie, à commencer par le fait que de nombreuses familles voient de la viande une fois par mois et se terminant par un phénomène beaucoup plus grave, nous parlons d’un grand nombre de personnes qui vendent des reins (organes physiques) pour subvenir à leurs besoins. Autrement dit, ils vendent des reins au marché noir pour les transplanter. »

Le crash de l'avion du président iranien (Photo : IRIB/WANA (West Asia News Agency)/Handout via REUTERS)Le crash de l’avion du président iranien (Photo : IRIB/WANA (West Asia News Agency)/Handout via REUTERS)

Et qu’en est-il du régime de répression des opposants?

« Il s’avère que les gens ont une endurance apparemment incroyable », a-t-il expliqué à propos de la situation sociale du pays. « Le gros problème est que ce qui maintient l’unité du le régime est probablement une combinaison de plusieurs circonstances – la peur. C’est un régime qui dispose de systèmes de répression très efficaces qu’il active quand il le sait et le veut de manière brutale. Par exemple, quand nous avons vu les manifestations qui ont eu lieu, en plus du fait qu’ils ont tué des gens, ils ont utilisé volontairement des tireurs d’élite. Ils visaient les yeux ou les seins des filles, c’est-à-dire les aveugler ou les amputer, c’est effrayant. »

Ils sont également très efficaces pour couper Internet. Lorsqu’il y a des émeutes dans une certaine zone, ils coupent Internet et c’est ainsi qu’ils isolent les gens. Un autre problème est que de nombreux Iraniens ont vu ce qui se passait dans le monde arabe et ont dit  » Qui a besoin de ce chaos ? Qui a besoin de ce qui s’est passé en Syrie, au Liban, en Irak, au Yémen et en Libye ?

 » Un autre problème est que si nous renversons le régime, nous pourrions avoir une situation encore pire. Ainsi au temps où les Iraniens avaientt renversé le régime du Shah (1979), nous avons alors hérité d’une situation encore pire. Dans quelle mesure sommes-nous convaincus que si nous renversons ce régime, nous n’obtiendrons pas une dictature militaire des Gardiens de la révolution ?

Il a poursuivi en expliquant qu’à l’heure actuelle, « il n’y a pas de direction alternative, et l’opposition en dehors de l’Iran est assez impuissante et divisée entre elle-même, et elle n’a pas non plus de soutien ».

L’Iran a environ une minorité 20% d’opposants,  « 30 pour cent de la population est fidèle au gouvernement, elle aime le gouvernement et elle est déterminée à se battre pour le gouvernement, y compris s’il faut mourir. »

JForum.fr avec www.maariv.co.il/

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires