Inquisition: Quand le roi du Portugal déportait les Juifs

0
529

Ancienne banque portugaise de Santo Antonio, principale ville de l’île de Principe (São Tomé-et-Principe). (MICHEL GUNTHER / BIOSPHOTO)

Quand le roi du Portugal déportait les juifs pour coloniser ses nouvelles terres africaines.

Les juifs portugais eurent dès 1480 à affronter l’oppression sévère de l’Inquisition. La déportation de 2000 enfants de moins de huit ans en 1496 sur l’île de São Tomé en fut un épisode particulièrement cruel……Détails…….

On estime à 250 000 le nombre de juifs espagnols et portugais qui durent se convertir au catholicisme entre 1391 et 1492, sans parler des milliers qui moururent sur les bûchers de l’Inquisition.

C’est à cette époque qu’ils devinrent des marranos (marranes) ou judeos segredos (juifs cachés).

Plus de 100 000 trouvèrent refuge sur les rives nord ou sud de la Méditerranée, mais auparavant, la destination privilégiée des juifs d’Espagne fut le Portugal, qui leur ouvrit ses portes.

Pourtant, dès 1496, les souverains espagnols forcèrent leur voisin portugais à expulser à son tour les juifs. Des milliers d’entre eux (espagnols et portugais) trouvèrent « refuge » sur les côtes africaines.

Maroc, Algérie, Libye et Egypte pour un grand nombre, mais aussi, dans une moindre mesure, dans les comptoirs portugais du Cap Vert, de São Tomé, d’Angola ou du Mozambique…

Les îles du Cap Vert, premier territoire investi par les Portugais

Cette année-là, le roi du Portugal Manuel Ier prit la décision d’exiler de force des milliers de juifs dans les îles de São Tomé, de Principe et du Cap Vert.

En effet, devant le peu d’empressement des Portugais à aller s’implanter sur ces terres hostiles, le roi programma le départ sous la contrainte des exclus du royaume, c’est-à-dire les détenus condamnés à mort – la sentence étant alors commuée en déportation –, les nouveaux chrétiens (juifs convertis) et même certains enfants des marranes, issus de la communauté juive espagnole réfugiée sur son territoire, dont l’âge était compris entre 3 et 14 ans.

Dans les années 1460, quand les Portugais découvrirent les quatorze îles du Cap Vert situées à 450 kilomètres des côtes africaines, ils utilisèrent l’archipel comme une station de ravitaillement sur la route du Nouveau monde (l’Inde ou l’Amérique) comme une escale pour la traite, où ils se ravitaillaient en combustible (charbon).

Cela devint un « refuge » pour des juifs que l’Inquisition cherchait à convertir sous peine de mort en cas de refus. Les premiers d’entre eux arrivèrent sur l’île principale de São Tiago et furent confinés à l’écart à Praia, actuelle capitale du Cap Vert.

En 1548, des juifs furent déplacés sur l’île de Santo Antao par l’Inquisition, exilés (degregados) par le gouvernement portugais. Quelques traces de leur présence demeurent dans la région, ou un village appelé Synagoga et plusieurs cimetières attestent de leur passage.

L’installation forcée des juifs marque le début de la colonisation portugaise en Afrique

On retrouve également quelques traces d’une présence juive à São Tomé. Cette île fut découverte en 1472, au cours de l’expédition de deux navigateurs portugais, Joao de Santarem et Pêro Escobar.

En 1485, le roi du Portugal  encouragea l’installation des colons sur ces îles sans hommes.
« En 1484, Jean II du Portugal, trouvant que le climat de l’île était si malsain, donna aux juifs de son royaume le choix d’être baptisé catholique ou de coloniser São Tomé et d’y épouser des femmes amenées d’Angola », écrit en 1864 l’explorateur et historien William Reade dans son livre Savage Africa.

Le roi Manuel du Portugal à la recherche de financements pour son expansion coloniale décida également d’imposer de lourds impôts aux juifs, qu’ils devaient acquitter immédiatement.

Lorsqu’il s’avéra que la majorité ne parvenait pas à les payer, le roi exila leurs jeunes enfants à São Tomé et à Principe en représailles.

Déportation de 2000 enfants de moins de 8 ans à São Tomé

Ainsi, 2000 jeunes enfants de moins de huit ans furent séparés de leurs parents et déportés dans ces îles où la plupart périrent de faim ou de maladie. Le gouverneur Alvaro de Caminha aurait réussi à en sauver soixante en les envoyant accompagnés de nurses africaines à Principe et Rio Reale.

L’écrivain portugais Mario Claudio revient sur ce fait historique considéré comme « la première déportation massive anti-juive au Portugal » au XVe siècle.

Enfants de l “îlede São Tomé”

2000 enfants juifs furent déportés en 1484 par le roi du Portugal pour peupler ce nouveau comptoir africain appartenant à la couronne portugaise.

L’objectif des rois portugais était de constituer un véritable empire par la conquête militaire, religieuse et économique.

Or, les premiers contacts établis au Cap Vert et à São-Tomé avaient montré le côté inhospitalier de ces lieux.

Les îles du Cap Vert étaient soumises aux vents et à une sécheresse endémique qui interdisaient une agriculture rentable. Quand à celle de São Tomé, elle fut vite connue comme étant « l’île aux lézards » à cause des reptiles et crocodiles géants qui la peuplaient.

Mais par sa situation géographique, elle s’avérait un relais essentiel pour organiser les expéditions vers les Indes, terres de toutes les richesses. Lire la suite

Source France TV Info

Michel Lachkar

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.