LES MENTEURS DES REDACTIONS

Ceci est un acte d’accusation sans précédent contre les médias allemands : en pleine urgence migratoire, entre 2015 et 2016, les principaux journaux d’Allemagne ont délibérément falsifié la réalité en publiant une information unilatérale et dénuée de toute critique du phénomène, embrassant exclusivement le point de vue d’Angela Merkel, de son gouvernement et des élites politiques et économiques qui voulaient imposer à l’opinion publique la “culture de l’accueil sans discrimination”. L’accusation ne vient pas des habituels polémistes réactionnaires, des blogueurs sans vergogne ou des xénophobes qui servent de prétexte pour empêcher toute opposition au délire du multiculturalisme idéologique. Non. L’accusation vient cette fois  d’une recherche de la Fondation Otto Brenner réalisée par un pool de chercheurs de l’Université de Leipzig et de la Hamburg Media School, recherche coordonnée par le prof. Michael Haller; son titre : “La crise des réfugiés dans les médias”. C’est l’étude la plus complète et la plus élaborée méthodologiquement sur ce thème.

UNE ÉTUDE RAVAGEUSE

Cette recherche a analysé plus de 30.000 articles des principaux journaux nationaux et régionaux allemands entre 2015 et 2016. Plus de 200 pages de chiffres et de statistiques détaillés sur les articles des journaux Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Die Welt, Bild, ainsi que sur des publications en ligne et 85 journaux régionaux.

De 2015 à 2016 aucun journal n’a parlé des préoccupations et des peurs d’une partie croissante de la population…

La conclusion est dévastatrice : pendant que Merkel imposait  la “politique des portes ouvertes” aucun éditorial, aucun article concernant le thème de l’immigration “n’a parlé des préoccupations, des peurs et aussi de l’opposition d’une partie croissante de la population”. En d’autres mots, c’est comme si, pour les journaux allemands, une partie (probablement majoritaire) de l’opinion publique du pays n’existait pas. Et les rares fois où des journalistes ont essayé de parler de cette partie de l’Allemagne préoccupée par l’immigration, ils l’ont fait “avec une attitude professorale” quand ce n’était pas de façon “méprisante”.

celui qui ne s’alignait pas sur le mythe de l’accueil était automatiquement xénophobe ou raciste…

Les journalistes n’ont pas su (ou pas voulu ?) faire une distinction entre les positions vraiment xénophobes et racistes d’une minorité et les préoccupations légitimes et réalistes d’une partie importante de la société allemande face à l’invasion de plus d’un million d’immigrés, invasion voulue par madame Merkel. Et ce sentiment d’insécurité et de peur a été transformé en racisme et en intolérance, sinon en retard culturel. En somme, l’habituel et stupide snobisme des ménestrels de l’élite européenne.

.

QUELQUES DONNEES

Pour comprendre de quelle façon les journaux allemands ont manipulé l’opinion publique il suffit d’examiner quelques données qui émergent de cette étude : entre le printemps 2015 et le printemps 2016, dans les trois principaux quotidiens du pays, seuls 4% des articles étaient consacrés à une interview et seuls 6% rapportaient des données objectives. Un article sur cinq était un éditorial exprimant l’opinion des rédactions, “un chiffre étonnamment haut”. Dans le classement des personnalités entendues ou citées sur ce thème, deux sur trois étaient des politiciens gouvernementaux ou de partis favorables à l’immigration; seuls 9% étaient des représentants de la justice (officiers des forces de l’ordre, magistrats, juges ou avocats) ont été entendus sur les thèmes liés à l’ordre public et à peine 3,5% de chercheurs et d’experts du multiculturalisme, du droit de la famille dans les sociétés islamiques ou du rapport entre sunnites et chiites.

.

“L’ACCUEUIL” : LE MOT MAGIQUE

L’histoire construite autour de la définition de “Willkommenskultur” ou de la Culture de l’Accueil tellement chère, en Italie, à Boldrini, à Saviano et aux exégètes de la pensée Sorosienne est un cas emblématique.

les journaux ont transfiguré le concept d’Accueil, le transformant en mot magique…

D’après l’étude, les journaux allemands ont “transfiguré le concept d’Accueil”, le transformant en “obligation morale (…) une sorte de parole magique” pour convaincre les citoyens “à se tourner vers une activité de bons Samaritains envers les nouveaux arrivants”. Pendant toute la période de 2015, et une bonne partie de 2016,  83% des contenus journalistiques ont mis l’accent sur le concept d’Accueil, tout en cachant l’existence d’une toujours plus grande partie de la population devenant sceptique et méfiante envers la Willkommenskultur.  150906-germany-migrants-hg-1149_c84baa1a147301b74ce5ddd8010c9694.nbcnews-ux-2880-1000Et quand la moralisation ne fonctionne plus, les habituels techniciens et experts imposent,  (comme en Italie), cette recette pseudo-économique : “l’Allemagne a besoin de centaines de milliers de travailleurs pour lutter contre le vieillissement de la population”; donc ceux qui ne veulent pas les accueillir font le malheur de l’Allemagne. Et ainsi, pendant que les journaux surexposaient les manifestations de “bienvenue” au migrants, ils cachaient les manifestations contre l’accueil qui se déroulaient dans de nombreuses villes allemandes.

.

CONCLUSION SANS APPEL 

Certes, la recherche a ses limites; elle n’a, par exemple, pas pris en considération l’information de la télévision car cela aurait requis une étude beaucoup plus complexe sur le rapport existant entre les images et les mots. Mais l’idée générale est claire. Selon Michael Haller, le directeur de recherche, les journalistes allemands “ont ignoré leur rôle professionnel et leur rôle d’informateurs dans les moyens de communication” utilisant “trop de sentimentalisme bisounours” et posant “trop peu de questions critiques aux responsables de ces décisions”. Cela a contribué à générer une profonde division dans l’opinion publique allemande et contribué à jeter un discrédit total sur le monde de l’information. Jupp Legrand, directeur de la Fondation Brenner, a précisé que cette recherche montre “une crise structurelle de la presse soi-disant mainstream” car “la réalité décrite par les journalistes était très éloignée de ce que vivaient chaque jour leurs lecteurs”. Une façon élégante et neutre pour dénoncer le fait que les vraies “fake news” en Occident se trouvent dans les rédactions des grands journaux du pouvoir économique et culturel.

En ces jours où, en Europe, l’échec du multiculturalisme progressiste se dévoile, où, même en Italie, on se rend compte de la stupidité avec laquelle une classe politique irresponsable et criminelle a affronté le thème de l’immigration, où le dessein criminel construit autour d’un projet d’immigration voulue est toujours plus évident, une information correcte est vitale pour une démocratie.

ET EN ITALIE ?

Si on devait faire une recherche similaire en Italie, les résultats seraient probablement les mêmes : chez nous aussi, depuis des années, les grands journaux ont agi de la même façon que les journaux allemands, criminalisant ceux qui ne se couchent pas devant la pensée dominante et ignorant les voix dissidentes par rapport à la vision idyllique de l’immigration.

Pourtant actuellement, il semblerait que le climat change. Par chance, quand les grands journaux donnent la parole aux intellectuels et leurs profondes réflexions, l’irréalité idéologique, comme d’habitude, s’impose et verse quasiment dans la stupidité. Mais quand ils se limitent à raconter des faits, alors la vérité […] émerge impétueusement. Et là, les Saviano, les Boldrini ne seront pas assez nombreux pour travestir la réalité.


Su Twitter: @GiampaoloRossi Source en italien / traduction D. Borer pour lesobservateurs.ch

G. Rossi (photo) , journaliste italien ayant étudié l’archéologie, se défini lui-même ainsi : « D’abord et surtout archéologue. Pour cette raison je m’occupe de politique et des médias. J’écris pour Il Giornale. A leurs risques et périls.»

4 Commentaires

  1. Je ne crois pas du tout que le climat change.
    Les allemands sont assez stupides pour réélire Angela.
    Regardez les sondages ; elle est donnée gagnante pour un nouveau mandat de chancelière.

  2. “les journalistes allemands « ont ignoré leur rôle professionnel et leur rôle d’informateurs dans les moyens de communication »
    même chose en France depuis des décennies où la pensée unique bienpensante est devenue une obligation dans les médias :les journalistes ne sont plus des “informateurs” mais des donneurs de leçons et les porte parole du pouvoir en place …conséquence ,la désertion des lecteurs ou la défiance vis à vis des medias de la part de la population qui s’informe sur internet

  3. Et en France ? Que la presse mainstream soit devenue l’auteure principale des fake news, Europe Israël, Dreuz ou JSSnews le savent depuis longtemps. L’Immonde et l’Agence France Palestine n’ont pas changé de nom pour rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.