« Il y a beaucoup de blessés, apportez des civières »: la bataille de 7 heures au terme de laquelle le mont Hermon a été pris au syrien.

L’opération « Dessert » du 21 octobre 1973 a coûté la vie à 55 combattants Golani, qui se sont battus dans le but de regagner les « yeux de l’État ». L’enregistrement du réseau de communication, révélé pour la première fois, a enregistré le moment historique de l’occupation : « Nous sommes debout, nos drapeaux flottent au vent ».

« N’arrêtez pas le monde entier : le Mont Hermon est entre nos mains », a déclaré le réseau de communication de la 1ère Brigade, la Brigade Golani, à 10h38 le lundi 22 octobre 1973. Les combattants de la brigade israélienne ont réussi à capturer le  poste sur la montagne, 16 jours après sa chute aux mains des commandos syriens. Ce fut une bataille dure et sanglante, qui s’est déroulée deux semaines après une première opération ratée qui a coûté la vie à 25 combattants Golani.

L’avant-poste israélien d’Hermon a été capturé le premier jour de la guerre. Vers trois heures de l’après-midi, quatre hélicoptères syriens se sont posés près de l’avant-poste d’où sont sortis des commandos. Il y avait 54 soldats et officiers de Tsahal dans l’avant-poste, mais seuls quelques-uns d’entre eux étaient des combattants. Malgré des batailles héroïques à l’entrée de l’avant-poste et à l’intérieur, il a été capturé. Ce fut un coup dur pour Tsahal ; C’était une base de renseignement très importante, et la chute d’un avant-poste situé au sommet de la plus haute montagne sous contrôle israélien a été un coup dur pour le moral, qui a illustré le pouvoir de surprise et l’échec du début de la guerre.

Les archives de Tsahal au ministère de la Défense révèlent aujourd’hui (lundi) l’enregistrement du réseau de communication de l’opération « dessert » pour conquérir l’Hermon, lancée dans la nuit du dimanche 21 octobre. La 1ere Brigade Golani sous le commandement d’Amir Drori, a escaladé la montagne de deux manières sur le chemin de l’avant-poste Des batailles extrêmement difficiles ont été menées, qui ont duré plus de sept heures.

55 combattants ont été tués dans ces batailles. A la fin de celui-ci, Benny Messas, un combattant du 51e bataillon, a été interviewé par Micha Limor, reporter à la télévision israélienne. Messas a participé aux deux batailles tenues pour conquérir la montagne et portait une mitrailleuse « Mag » avec lui. Selon les preuves, il s’est battu avec beaucoup de courage, encourageant ses amis.

Lorsque Limor lui a demandé pourquoi il avait chargé en avant, Messas lui a répondu: « On nous a dit que le Mont Hermon c’est les yeux de l’État. » Depuis lors, la phrase est devenue l’un des souvenirs les plus forts de la guerre de 1973 et un concept populaire et une expression qui symbolise l’importance de l’Hermon pour beaucoup.

Dans l’enregistrement du réseau de communication qui est publié aujourd’hui, on peut entendre le major Shmarihu Vinik, commandant de la patrouille Golani, faire le point à 4h18 : « Dans les bâtiments du téléphérique pour ». Un agent dont le numéro dans le réseau de communication est le 20, demande : « Vous nettoyez tout ? Allez-y.  Vinik : « Ruth, il n’y a rien ici. Je commence à avancer dans votre direction. »

20 :  » Ruth, je veux dire qu’ils l’ont laissé. Ils ont tiré de là en premier, vous devrez fournir une couverture à votre direction Est, ce sera au nord de l’axe, allez. Dégagez le téléphérique supérieur, laissez 20 personnes là quand vous serez prêts à vous déplacer vers moi… ».

18 minutes plus tard, la radio de Vinik rapporte qu’il a été blessé et qu' »il y a des problèmes « .

A 4 h 39, l’adjoint du brigadier général Drori dit : « Faites attention, j’ai beaucoup de blessés, envoyez ici à la fois de civières et cinq engins qui peuvent évacuer les blessés au nombre de 28, partez. Envoyez également des aides pour qu’ils puissent porter des brancards. »

A l’écoute du réseau de communication, on comprend la grande difficulté face aux forces de Golani qui se retrouvent en position d’infériorité face aux soldats syriens retranchés au-dessus d’eux . A 5h15, le général de brigade Drori est blessé, et peu de temps après, Yudka Peled, commandant le 51e bataillon qui le remplace. Le commandement est pris par Yoav Golan, l’officier des opérations de la brigade.

Les combats se sont poursuivis pendant de nombreuses heures encore, jusqu’à ce qu’à 10h39, Yoav Golan soit entendu au téléphone : « Nous sommes là-haut, nos drapeaux flottent au vent. Je suis en train d’effectuer les scans. » Au même moment, une force de parachutistes largués d’hélicoptères a capturé l’avant-poste syrien sur Hermon. Lorsque le cessez-le-feu interviendra deux jours plus tard, l’Hermon sera entre les mains d’Israël.

Parmi les 55 combattants tués figurait également le commandant de la patrouille, Vinik, dont la voix s’est fait entendre au début. Quatre de ses combattants de la patrouille de la brigade figuraient également parmi les morts, dont son agent de liaison, Gilad Litan, qui a tenté de sauver son commandant et a été blessé lors de ses tentatives. Eitan Plonsky, qui malgré les avertissements a tenté de sauver deux de ses camarades a également été tué par balle. Eitan était le fils aîné de York Plonsky, qui a combattu adolescence lors du soulèvement du ghetto de Varsovie. Litan a reçu la médaille de l’Ordre du courage, Vinick a reçu l’Ordre du mérite et Plonsky a reçu l’Ordre du mérite du chef d’état-major.

Après la guerre, Avraham Vinnik, le père de Shamariahu Vinnik, écrivait :

« Sûrement notre enfant ne retournera pas

chez lui chez ses parents,

sûrement il ne retournera pas aux champs ? […]

Sûrement il ne dira jamais ‘mère’,

il ne soulèvera sûrement plus jamais mon petit-fils

dans sa large paume […]

Les années où il a vécu sont-elles vraiment un rêve – un rêve qui était? »

En hommage à ces héros d’Israël.

JForum.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.