Torah scrolls, Jewish holy scriptures, are removed from a synagogue which was torched during violent confrontations in the city of Lod, Israel between Israeli Arab demonstrators and police, amid high tensions over hostilities between Israel and Gaza militants and tensions in Jerusalem May 12, 2021. REUTERS/Ronen Zvulun

Violences contre des Juifs en Israël: «Il n’y a rien de pire que ce sentiment d’abandon»

Shmuel Trigano : « Ce que j’ai vu à la télévision israélienne ces deux derniers jours ne me quitte pas un instant. Jamais je n’aurais cru que je verrai un pogrom anti-juif se produire dans l’État d’Israël souverain, dans le pays créé par le sionisme. Jamais je n’aurais pensé être envahi d’une angoisse archaïque, celle dont nous avons hérité de nos ancêtres dans les pays arabes, celle qui a étreint physiquement et moralement l’adolescent que j’étais en Algérie quand l’État français a abandonné un million de ses citoyens à la tourbe lyncheuse qui s’apprêtait à les assaillir, une menace si puissante et un abandon du pouvoir si grand que cette énorme population s’est volatilisée en une quinzaine de jours, en une sorte de foudroyant nettoyage ethnique laissant derrière elle les cent vingt mille Harkis et des milliers de Français promis à une mort certaine, et dont le sort fut scellé réellement au lendemain du jour fatidique de l’Indépendance…
En entendant en direct à la télévision les témoignages des habitants juifs de Lod, j’ai cru revivre ces deux jours funestes de fuite éperdue qui ont détruit ma vie d’avant. Des « petites » choses qui émanent des témoignages de Lod me plongent dans des souvenirs charnels : la voisine qui indique aux émeutiers, en quête de destruction, l’adresse de ses voisins juifs ; le voisin qui dit à une locataire juive que ce soir verra sa fin, autant de comportements vécus il y a 60 ans. (…)
Il n’y a rien de pire que ce sentiment d’abandon, cette exposition à une mort possible qu’on attend sans ne pouvoir rien faire. Ce sentiment ne m’a jamais quitté depuis l’exode d’Algérie. Et voir tout cela aujourd’hui ravive une expérience vécue dans ma chair. »
Des rouleaux de la Torah ont été retirées en toute hâte d’une synagogue qui a été incendiée lors de violents affrontements dans la ville de Lod, en Israël, le 12 mai. RONEN ZVULUN / REUTERS

4 Commentaires

  1. J’espère qu’une fois la guerre terminée, les bonnes questions vont être posées. Tous les arabes identifiés comme ayant participé à ces pogroms devront être expulsés, qu’ils aient ou non la nationalité israélienne.
    Une sérieuse organisation de la défense civile doit être mise sur pieds pour protéger les familles juives dans toutes les villes mixtes.
    La population arabe d’Israël devra être mise devant un choix : soit faire allégeance à l’état, respecter ses lois et se comporter en citoyen loyal, profitant de son niveau de vie et de tous ses bienfaits (éducation, santé, culture, libertés individuelles), soit quitter le pays et aller vivre dans une des quelconques (et nombreuses) dictatures arabo-musulmanes du moyen-orient.

  2. il faut appliquer la loi du talion,oeil pour oeil ,dent pour dent,un synageogue brulée,une mosquée brulée,vous allee voir ils vont vite se calmer

    • Vous n’avez rien compris à cette loi, qui ne s’applique pas du tout ici. Le Talionis signifie les dédommagements, dont ce sont inspirés les Assurances pour codifiés et estimés les préjudices, au nombre de 5.
      Aucun de ces préjudices prévoient un dédommagement s’il est intentionnel, ce qui renvoie au droit criminel, dont le plus lourd des jugement est la mort, après jugement équitable, dont le meurtrier est mis à l’abri dans une ville de refuge, coupable ou innocent…
      Dans le cas actuel, nous autres, gérants, aussi, de l’ état d’Ysraël, avons la charge sécuritaire des Habitants.
      D’où les excuses tristes du priministere pour les victimes Ysraeliennes.
      Gouverner, c’est prévoir.
      Venger ? Nos morts restent morts…

  3. Cher maître, voilà qui retire le voile dont beaucoup se sont volontairement paré, une cataracte, à l’instar de ceux à qui on bandait les yeux, au moment de leur exécution.
    La Torah ne s’est jamais trompée, en precisant qu’il fallait expulser les habitants de la terre de Canaan, et, au pire, les asservir.
    Nous avons cru aux doctrines grecques « democratiques », qu’elles n’ont même pas suivies, et qui pourtant sont venues à bout de leur république, imitée par Rome !
    Un « trailer » pour notre époque.
    Un petit chez soi vaut mieux qu’un petit envahi et finalement dominant…
    Maintenant,… Il reste comme d’habitude, l’Esperance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.