Les parachutistes israéliens rendront hommage à Hannah Senesh en Hongrie

Environ 150 soldats israéliens se rendront dans le centre de l’Europe, à la fin du mois, dans le cadre d’un voyage éducatif d’une semaine à l’occasion du 100e anniversaire de la soldate et poète née en Hongrie Hannah Senesh, capturée et tuée par les nazis après avoir sauté en parachute sur le territoire de son pays natal pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le commandant de la brigade des parachutistes, le colonel Yuval Gaz, a fait savoir aux journalistes que l’objectif poursuivi par ce programme – qui comprendra une reconstitution du saut en parachute qui avait été fait par Senesh et des dizaines d’autres combattants juifs – est « d’approfondir la connexion entre les participants, l’armée israélienne et l’État d’Israël ».

La délégation, « La chute brutale des Cieux » – un vers extrait de l’un des poèmes de Senesh – sera dirigée par le général de brigade Itay Virov ; le général de brigade Ofer Winter, commandant de la 98e division de l’armée qui intègre la brigade des parachutistes et un certain nombre de hauts-responsables des parachutistes, parmi lesquels Gaz.

Les soldats doivent arriver en Slovénie le 18 juillet, où ils effectueront le saut puis ils se rendront en Croatie et en Hongrie avant de revenir au sein de l’État juif le 22 juillet.

Approximativement 100 des 150 militaires faisant partie de la délégation participeront au saut qui aura lieu à une courte distance du site d’origine, selon Gaz. Un certain nombre de soldats des armées hongroise, slovène, croate et britannique se joindront au saut en parachute.

La délégation recevra une formation par le biais du programme « Témoins en uniforme » mis au point par Tsahal et qui éduque les militaires à la Shoah en organisant des voyages dans les camps de concentration nazis polonais.

Selon Gaz, l’idée a germé il y a seize mois, après Yom Hashoah, l’année dernière. Le programme vise à mieux faire connaître aux militaires le rôle tenu par les partisans juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a-t-il ajouté.

Hannah Szenes. (Crédit : Wikimedia Commons)

Un certain nombre d’historiens et chercheurs israéliens accompagneront la délégation pour permettre aux participants de découvrir qui avaient été Senesh, les partisans juifs et à en savoir davantage sur la période en général. Parmi eux, Simha Goldin, lieutenant-colonel de réserve et père du lieutenant Hadar Goldin, qui a été tué pendant la guerre de 2014 à Gaza et dont la dépouille est détenue par le groupe terroriste du Hamas. Goldin est professeur d’histoire juive à l’université de Tel Aviv.

Senesh, née en Hongrie, avait immigré en Palestine en 1939 et avait rapidement rejoint les rangs de la Haganah, qui avait précédé l’armée israélienne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle avait intégré un contingent juif de l’armée israélienne et avait sauté en parachute pour atterrir sur le territoire de ce qui était alors la Yougoslavie, se rendant ensuite à pied en Hongrie pour y retrouver des partisans. Elle avait été capturée à la frontière, interrogée et condamnée à mort. Sa dépouille a été ultérieurement transférée en Israël et elle a été inhumée au cimetière national du mont Herzl. Son journal intime et ses poésies sont encore lus au sein de l’État juif aujourd’hui – le plus célèbre reste le poème dont le programme tire son nom, « Eli, Eli » ou « Mon Dieu, mon Dieu ».

Les participants israéliens comprennent des membres actuels et passés des brigades parachutistes, soldats et officiers, et notamment un certain nombre d’enfants et de petits-enfants de survivants de la Shoah, selon Gaz.

Le financement du voyage a été assuré par le programme « Témoins en uniforme » et les 20 heures de vol nécessaires pour le saut en Europe proviendront des 200 heures de vol allouées aux brigades parachutistes et à l’école des parachutistes de Tsahal.

Le saut aura lieu à une altitude légèrement inférieure à celle à laquelle les soldats sont habitués pour tirer le meilleur parti du voyage – ce qui forcera les militaires à s’adapter. Et le nouveau site choisi pour le saut obligera les soldats à sortir de leur zone de confort, a noté Gaz.

Par JUDAH ARI GROSS 6 juillet 2021, 13:54

Photo d’illustration : Des dizaines de parachutistes israéliens atterrissent en Pologne durant un exercice dirigé par les États-Unis en Europe, au mois de juin 2018. (Crédit : Armée israélienne)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.