L’historien chasseur de nazis Serge Klarsfeld honoré en Haute-Loire, où il a été réfugié

C’était en 1944. La famille Klarsfeld, Serge, sa sœur Georgette et leur mère se sont cachés à Saint-Julien-Chapteuil, en Haute-Loire. Samedi, 400 habitants sont venus les écouter et les rencontrer. La famille Klarsfeld a dévoilé une plaque au-dessus du bistrot où elle était réfugiée.
De gauche à droite, Georgette, Serge et Beate Klarsfeld, rue Chaussade à Saint-Julien-Chapteuil, où une plaque a été dévoilée, là où la famille s’est réfugiée en 1944.De gauche à droite, Georgette, Serge et Beate Klarsfeld, rue Chaussade à Saint-Julien-Chapteuil, où une plaque a été dévoilée, là où la famille s’est réfugiée en 1944.
« En Haute-Loire, on ne nous a jamais demandés si on était juifs. » Dans un département terre d’accueil de réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale, l’historien chasseur de nazis Serge Klarsfeld s’est souvenu, le 30 juillet, à Saint-Julien-Chapteuil, des dix mois de 1944 durant lesquels il a vécu au deuxième étage du 36 de la rue Chaussade, au-dessus d’un débit de boissons tenu par Mlle Adhemard, dans ce bourg de moyenne montagne. Serge y a été réfugié avec sa sœur Georgette et sa mère Raïssa, alors qu’il n’avait que 8 ans, de mars à octobre 1944.

 

Le samedi 30 juillet 2022, Serge et Beate Klarsfeld, à Saint-Julien-Chapteuil (Haute-Loire).

Le 30 juillet 2022, Serge et Beate Klarsfeld, à Saint-Julien-Chapteuil (Haute-Loire).

Hommage et reconnaissance

Après une conférence-témoignage qui a réuni plus de quatre cents habitants, autour du couple Serge et Beate et de Georgette, une plaque rappelant l’épisode a été dévoilée sur la façade de ce qui est aujourd’hui le bar des Sucs. Un hommage populaire, après la reconnaissance officielle de l’État français : lors de la promotion du 14 Juillet dernier, Serge Klarsfeld a été élevé grand-croix de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron et Beate a été promue grand officier. Le 17 juillet, l’historien était au côté du président de la République pour célébrer le 80e anniversaire de la Rafle du Vél d’Hiv et lors de l’inauguration d’un nouveau lieu de mémoire de la Shoah dans l’ancienne gare de Pithiviers, dans le Loiret.

Peut être une image de monument, plein air et texte qui dit ’En mars 1944, après 'arrestation Nice Arno KLARSFELD ts déportation Auschwitz, son épouse Raïssa, fille Georgette son Serge ont trouvé refug-Ju-Ci dans maison la famille ADHEMARD jusqu' Libération, protégés par apopulation et par 'administration municipale 171 10 Tweetez votre réponse.’

saint-julien-chapteuil
Édith GESLIN. www.msn.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.