L’apparition du nouveau directeur de l’information pro-israélien et anti-iranien de Trump – Analyse

Richard Grenell a pris les devants en Europe en mettant en évidence l’antisémitisme génocidaire iranien visant Israël.

Grenell, ambassadeur des États-Unis en Allemagne, participe au "Rassemblement pour l'égalité des droits aux Nations Unies (pour protester contre les préjugés anti-israéliens)" à Genève (crédit photo: DENIS BALIBOUSE / REUTERS)
Grenell, ambassadeur des États-Unis en Allemagne, participe au « Rassemblement pour l’égalité des droits aux Nations Unies (protestant contre les préjugés anti-israéliens) » à Genève (crédit photo: DENIS BALIBOUSE / REUTERS)
La nomination mercredi, par le président américain Donald Trump, de Richard Grenell, l’ambassadeur américain en Allemagne, au poste de directeur par intérim des renseignements nationaux ne devrait pas faire hésiter les spécialistes de la politique étrangère.
L’ascension fulgurante de Grenell au sein du gouvernement américain se fonde sur une diligence de haute intensité, une diplomatie ferme et une assimilation analytique rapide de vastes quantités de données pour provoquer de brillants changements dans l’élaboration des politiques. Cette troïka de hautes qualités a marqué son mandat d’ambassadeur en Allemagne depuis 2018.
Rien que cette semaine, Grenell a tweeté : «j’ai vu l’Allemagne ignorer les demandes américaines de longue date concernant les dépenses de l’OTAN, NS2 [Nord Stream 2], une interdiction du Hezbollah, le retour d’un garde nazi, etc. Heureux de débattre de la tactique efficace de notre objectif commun – à tout moment. Notre style fonctionne. »
Grenell a poussé l’Allemagne à répondre à ses exigences de l’OTAN d’augmenter son budget militaire et a exercé des pressions sur l’Allemagne pour qu’elle ne crée pas de dépendance à l’égard du système gazier russe Nord Stream 2. L’Allemagne s’est éloignée des valeurs occidentales au fil des années.
L’ambassadeur a su, à la fois, cajoler et tordre le bras du gouvernement de la chancelière allemande Angela Merkel pour s’assurer que son pays accepte de recevoir le garde de camp nazi Jakiw Palij du Queens, New York, en Allemagne.
Les précédents ambassadeurs américains en Allemagne n’ont pas été en mesure d’influencer un changement dans les réticences du gouvernement allemand à permettre à Palij d’entrer en République fédérale. Grenell l’a fait.
Grenell a empêché le gouvernement de Merkel d’envoyer plus de 400 millions de dollars en espèces au régime iranien – le pire État parrain du terrorisme – pour contourner les sanctions américaines. Ce type d’argent aurait pu être utilisé par le régime iranien pour financer sa guerre contre les civils syriens, yéménites et israéliens.
Il a réussi à convaincre le gouvernement allemand d’interdire Mahan Air appartenant à l’Iran, « la compagnie aérienne de choix pour les terroristes ».
Son plaidoyer imparable pour que l’Allemagne interdise l’ensemble du mouvement du Hezbollah en République fédérale, où 1050 membres du Hezbollah collectent des fonds et recrutent de nouveaux membres, a contribué à jouer un rôle essentiel dans une résolution du Bundestag visant à interdire les activités de l’organisation terroriste chiite libanaise en Allemagne.
Le Jerusalem Post a appris, pour la première fois l’année dernière, que Grenell soulève la question d’une interdiction totale du Hezbollah lors de conversations avec tous les responsables allemands. Le président américain Trump a clairement pris note des réalisations de Grenell sur le terrain.
Le journaliste du Jewish News Syndicate (JNS), Orit Arfa, a rapporté mercredi : «L’une des raisons pour lesquelles je voulais être ambassadeur des États-Unis en Allemagne était que je voulais approfondir et élargir les relations germano-américaines jusqu’au point où le gouvernement allemand ne devrait pas avoir à penser de quel côté il pencherait en cas de crise ou de situation mondiale aggravée – et qu’ils sentent naturellement être avec l’Occident », a déclaré Grenell. Il a ajouté que « je crois que cette lettre de félicitations [du président allemand] au régime meurtrier en Iran n’aurait jamais dû être rédigée », éliminant ainsi la possibilité qu’elle ait été envoyée « par erreur ».
Grenell a reproché, la semaine dernière, au président allemand Frank-Walter Steinmeier d’avoir envoyé « par erreur » (ndlr : expression hautement diplomatique) une lettre ce mois-ci au régime théocratique iranien afin d’honorer sa révolution islamique.
L’ambassadeur américain a été le premier envoyé américain à appeler les banques à ne pas fournir de comptes aux organisations de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) visant Israël.
Grenell a mené la lutter en Europe, en mettant en évidence l’antisémitisme génocidaire iranien visant Israël.
L’administration Merkel a longtemps minimisé les menaces du régime iranien d’anéantir Israël. Merkel définit systématiquement les menaces de l’Iran de rayer Israël de la carte comme une simple «rhétorique anti-israélienne».
«Les Menaces de destruction d’Israël ne doivent pas être écartées d’un revers de manche, surtout lorsque les menaces émanent de responsables du régime iranien qui utilisent régulièrement le terrorisme comme arme d’intimidation. Quand quelqu’un vous montre qui il est, croyez-le », a déclaré Grenell  à Fox News en octobre, en insistant sur le fait que les menaces de l’Iran étaient bien « antisémites ».
Mojtaba Zonnour, président de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parment iranien du Majlis, a déclaré en octobre: ​​ »Si Israël ou l’Amérique font une erreur, Israël ne survivra pas plus de 20 ou 30 minutes. »
L’année dernière, le général de division Hossein Salami, commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC), a lancé un appel à effacer de la surface du globe l’État juif, déclaration rendue publique par l’agence IRNA financée par l’État ainsi que par d’autres organes du régime iranien.
Salami, s’adressant à un auditoire de dirigeants des CGR, avait alors annoncé: «Ce sinistre régime [Israël] doit être rayé de la carte et ce n’est plus… un rêve [mais] c’est un objectif réalisable.»
Pour l’establishment israélien de la sécurité et de la défense, les vues bellicistes de Grenell envers le régime iranien seront accueillies à bras ouverts. Grenell est admiré depuis longtemps par les diplomates et responsables de la sécurité israéliens pour ses efforts dans la lutte contre toutes les formes de terrorisme.
Trump a tweeté mercredi que « je suis heureux d’annoncer que notre très respecté ambassadeur en Allemagne, Richard Grenell, deviendra le directeur par intérim du renseignement national. Rick a extrêmement bien représenté notre pays et j’ai hâte de travailler avec lui. »
Grenell supervisera désormais les 17 agences de renseignement américaines dans ce nouveau rôle.
La Maison Blanche a déclaré mercredi que «l’ambassadeur Grenell a été confirmé dans son rôle d’ambassadeur par le Sénat en avril 2018, et il a des années d’expérience de travail avec notre communauté du renseignement dans un certain nombre de postes supplémentaires, notamment en tant qu’envoyé spécial pour les négociations, en Serbie-Kosovo et en tant que porte-parole des États-Unis auprès des Nations Unies. « 
Le communiqué a ajouté qu ‘«il est attaché à une approche apolitique et non partisane en tant que chef de la communauté du renseignement, dont dépend notre sécurité. Le président est convaincu que l’ambassadeur Grenell s’acquittera de ses nouvelles fonctions en sachant se distinguer. »
Certains critiques affirment que Grenell manque de lettres de créance en matière de renseignements. Grenell, cependant, est plongé dans les questions de renseignement et de lutte contre le terrorisme depuis des années. C’est un diplomate chevronné et un expert en politique étrangère.
Ses années en tant qu’ambassadeur en Allemagne et son temps en tant que porte-parole américain le plus ancien à l’ONU l’ont préparé à faire face aux menaces contre les États-Unis et ses alliés.
Dans le Washington Examiner, Tom Rogan a déclaré : «Avec Grenell, Trump a maintenant une voix intelligente et loyale pour le guider sur les questions de sécurité nationale. Mais la communauté du renseignement obtient aussi un plus : un leader disposant de l’oreille de Trump et quelqu’un qui est désireux d’impressionner. Les deux parties peuvent alors forger un terrain d’entente dans l’intérêt de l’Amérique. « 
Grenell deviendra le premier membre du cabinet ouvertement gay de l’histoire des États-Unis. L’année dernière, le nouveau directeur du renseignement a lancé une campagne internationale pour dépénaliser l’homosexualité à travers le monde.
Rogan, le journaliste politique, a déclaré : «la nomination de Richard Grenell comme nouveau directeur par intérim du renseignement national. Ce sont de mauvaises nouvelles pour l’Iran, Huawei. »
Grenell restera ambassadeur des États-Unis en Allemagne. Cela signifie que le camp politique – et ce n’est pas mineur – qui soutient l’installation du réseau communiste chinois Huawei pour l’Allemagne, le régime totalitaire iranien et le projet énergétique Russia Nord Stream 2 de Vladimir Poutine pour la République fédérale ne sera pas content.
Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.