Fin de la crise de coalition sur la question du Chabbat

4
379
Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu (3L), Israeli minister of Interior Affairs Aryeh Deri (3R) and Health Minister Yaakov Litzman (2L) attend a Conference of Hamodia Newspaper in Lod on November 20, 2016. Photo by Kobi Gideon/GPO *** Local Caption *** øàù äîîùìä áðéîéï ðúðéäå åòéãú òéúåï äîåãéò ìëìëä åòñ÷éí àøéä ãøòé éò÷á ìéöîï

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou et les représentants des deux partis orthodoxes se sont rencontrés dimanche soir sur la question du respect du Chabbat, suite à la démission du ministre de la Santé Yaakov Litzman. L’entretien s’est déroulé de manière satisfaisante et des résultats concrets ont été obtenus, ce qui a permis à chacun de dire que la crise de la coalition est terminée.

Il a été notamment convenu qu’une loi serait votée qui préservera le statu quo en vigueur concernant le Chabbat, dans les trois domaines de frictions: les travaux d’infrastructures ferroviaires, l’ouverture des minimarkets à Tel-Aviv le Chabbat et les matchs de football. Dans ces trois domaines en fait, les orthodoxes n’auront pas obtenu ce qu’ils demandaient: les ministres des Transports et du Travail garderont leurs prérogatives quant à la nécessité ou non de permettre des travaux d’infrastructures le Chabbat, en tentant de préserver à la fois le respect du Chabbat et les impératifs de sécurité publique, les minimarkets de Tel-Aviv ne fermeront pas et les matchs de football pourront également se dérouler le vendredi soir.

Par ailleurs, une loi sera votée qui permettra à nouveau à un ministre-adjoint de jouir des prérogatives d’un ministre, ceci afin de permettre un éventuel retour de Yaakov Litzman au gouvernement. Il s’agit d’une tentative de contourner une décision de la Cour suprême intervenue au début de cette législature qui obligeait Yaakov Litzman à devenir ministre à part entière. Cette formule bizarre permettra alors à Yaakov Litzman de dire qu’il n’est pas ministre dans un gouvernement qui permet la transgression du Chabbat! Depuis la création de l’Etat d’Israël, les orthodoxes ashkénazes n’ont jamais voulu être ministres à part entière dans un gouvernement afin de ne pas dire qu’ils collaborent pleinement avec « l’Etat sioniste » ou qu’ils endossent la responsabilité des décisions gouvernementales qui ne vont pas dans le sens de la halakha.

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

4 COMMENTS

  1. Le bibi bashing n’existe pas , c’est en tant qu’ancien militant du Likoud de 1974 à 2007 que je porte un jugement sur un dirigeant de notre pays issus de ce parti qu’il a transformé pour en faire un parti de droite non sioniste et complètement contraire aux objectifs de ses createurs comme M Begin.Aujourd’hui le Likoud a perdu son âme et n’est plus qu’un outil électoral pour Bibi. C’est lamentable pour tous les sionistes révisionnistes et pour Israël. Quant a la réponse aux dangers surt les frontieres nord Bibi reste comme à son habitude dans le statut quo, malgré la présence à moins de 40 km de notre frontière avec la Syrie de milliers de miliciens iraniens. Il a oublié , et le concernant ça n’etonne personne qu’Israel a toujours pratiqué la guerre preventive, sauf au moment de la guerre de Yom Hakipourim . Il devrait méditer sur ces evenements historiques pour enfin prendre des decisions pour préservé notre sécurité comme l’ont fait ses predecesseurs.

  2. Que de xmagouilles politiques, bibi à certainement d’autres choses à faire comme 1er ministre notamment gérer les dangers sécuritaires aux frontieres nord ou s’occuper du pouvoir d’achat catastrophique des israéliens. He bien ce type et sa coalition boiteuse passe leur temps a trouver des solutions pour rester en place.Le pays a besoin de dirigeants qui dirigent et gèrent et non de dirigeants qui font de la mauvaise politique !!!!

    • C’est fatiguant ce Bibi-bashing permanent. Netanyahu-Lieberman et pas mal d’autres gèrent quotidiennement les dangers soulignés, de la frontière nord et il y a eu des centaines de frappes ces six dernières années, un gros remue-ménage diplomatique quant au Hezbollah-Iran. Israël a une composante religieuse forte, y compris pour ceux que ça dérangent. Les bons conseilleurs sont rarement les payeurs depuis la région parisienne.

    • Je suis bien d’accord. Le probleme est le mode de scrutin qui est en vigueur en Israel.
      ex, si les grands partis totalisent 49% des deputés et un petit parti fait 2%, ce petit parti peut faire chanter le gouvernement et par ce biais, obtenir des avantages non raisonnables.

      Il faut passer au scrutin majoritaire qui paradoxalement est plus democratique: il permet à la majorité de decider alors que le scrutin proportionnel permet à une minorité de le faire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.