Eric Zemmour, notre “Donald Trump”? Yves Mamou

0
214

Maurice Szafran débat avec Eric Zemmour sur LCI / Capture d’écran Youtube

Eric Zemmour, notre “Donald Trump”? Selon le Point, Eric Zemmour pourrait accéder à l’Elysée en 2022 par Yves Mamou

Selon l’hebdomadaire Le Point, une candidature du journaliste et politiste Éric Zemmour à l’élection présidentielle de 2022 n’aurait rien d’impossible.

Officiellement, Éric Zemmour n’est pas candidat à un autre statut que le sien, journaliste et essayiste. Rappelons qu’il a refusé une investiture RN pour les Européennes. En revanche, il s’activerait en coulisses avec Patrick Buisson, conseiller de l’ombre de Nicolas Sarkozy, « pour donner une base doctrinale à la droite, susceptible de rallier les déçus de LR et du RN, mais aussi d’attirer des électeurs de La France insoumise. »

Que cette base doctrinale serve à structurer la candidature d’Éric Zemmour lui-même serait, selon Le Point, de l’ordre du possible. « Ses amis sont aujourd’hui formels : il pourrait se laisser convaincre par la prochaine élection présidentielle – bien qu’il hésiterait encore au regard des bouleversements que cela impliquerait dans sa vie privée. »

L’hypothèse Zemmour avait été émise en 2015 par le directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, Geoffroy Lejeune.

Dans un roman qui connut le succès, Une élection ordinaire (Ring), Geoffroy Lejeune avait imaginé que conseillé par Patrick Buisson, Eric Zemmour se qualifiait pour le second tour et accédait haut la main à l’Elysée.

« La fatigue des partis, le succès du populisme, la place des questions identitaires dans le débat public, tout concourait à l’émergence d’un candidat antisystème. Il avait saisi sa chance. Le paysage était en place, depuis plusieurs années », a écrit en 2015, Geoffroy Lejeune.

Un Trump français est-il envisageable?

Peu importe, qu’Éric Zemmour se déclare candidat. A l’heure de la débâcle des partis politiques de la gauche et de la droite traditionnelle, à l’heure de l’occultation permanente des problèmes liés à l’islam et à l’immigration de masse, deux questions se posent : l’émergence d’un Donald Trump français est-elle possible ? Secundo, cette émergence est-elle souhaitable ?

En préalable, rappelons que la rencontre d’une personnalité issue de la société civile ou militaire et le peuple français est conforme à la constitution de la Cinquième République. Cette constitution a été taillée pour le général de Gaulle, plébiscité directement par les Français.

Emmanuel Macron a d’autre part prouvé qu’un individu sorti de nulle part pouvait accéder à la magistrature suprême. Le phénomène est donc reproductible, et ce pour deux raisons au moins : la fragmentation des « audiences » et la colère qui est le point commun de toutes ces « audiences ». Le terme « audience » est ici emprunté à l’essayiste américain Martin Gurri qui affirme que les technologies de l’information (les blogs, les réseaux sociaux…) ont fluidifié l’expression politique des citoyens d’un pays donné.

Chacun ne se résumant plus à son positionnement au sein d’une classe sociale peut s’exprimer sur des sujets qui le décalent par rapport au catalogue de propositions des partis traditionnels. Il existe selon Gurri autant de « publics » ou d’« audiences » qu’il existe de centres d’intérêt. Mais dans le champ politique, la caractéristique principale de toutes ces « audiences » est la « colère », une colère généralisée  contre « les élites qui dirigent les grandes institutions de la société moderne, gouvernement compris ».

Le Baromètre de la confiance que publie le Cevipof, le centre de la recherche de Sciences Po, est un bon indicateur de la colère (« lassitude, morosité, méfiance ») qui habite la majorité de la population vis-à-vis de ses représentants. Cette colère dont les Gilets jaunes sont le meilleur exemple rend aujourd’hui possible la rencontre d’une personnalité d’exception et d’une audience électorale.Lire la suite

par

Yves Mamou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.