Egypte: découverte d’un tunnel de 2,5 km menant à la bande de Gaza

0
219

 

Des détonateurs et appareils de communication retrouvés dans le tunnel ont été détruits

Mohamed el-Sherbeny (AFP/File)Mohamed el-Sherbeny (AFP/File)“Egyptian soldiers inspect a tunnel in the divided border town of Rafah, along the border with the Gaza Strip, on November 4, 2014, which officials say are often used for smuggling weapons and militants between Gaza and Egypt”
 

Les forces de sécurité égyptiennes ont découvert dimanche un tunnel de contrebande de 2,5 km de long menant à la bande de Gaza, selon l’Associated Press.

Le passage souterrain, le plus long jamais découvert par le Caire, a été exploité par la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Des détonateurs et appareils de communication retrouvés dans le tunnel ont été détruits, selon les déclarations de responsables égyptiens à APsous couvert d’anonymat.

La justice égyptienne a classé fin janvier comme organisation “terroriste” la branche militaire du Hamas, le pouvoir au Caire l’accusant de soutenir une insurrection djihadiste dans le Sinaï.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza frontalière de l’Egypte, avait aussitôt dénoncé “une dangereuse décision politique qui ne sert que les intérêts de l’occupant” israélien.

Les relations entre le Hamas et l’Egypte sont au plus bas depuis la destitution en juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l’ex-chef de l’armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi.

Le Hamas est issu, comme M. Morsi, de la confrérie des Frères musulmans, cible d’une implacable répression et déclarée elle aussi “terroriste” par Le Caire. Les terroristes palestiniens sont soupçonnés d’aider les djihadistes qui ont multiplié les attaques meurtrières contre l’armée dans la péninsule du Sinaï (nord-est).

L’organisation gazaouie est considérée comme “terroriste” par Israël et les Etats-Unis.

L’armée égyptienne a entamé la construction d’une zone-tampon à la frontière avec Gaza pour faire cesser la menace de ces tunnels.

En mars, l’Egypte avait interdit le Hamas et proscrit ses activités sur le sol égyptien, ordonnant le gel de ses avoirs.

Mais malgré la détérioration des relations, l’Egypte a continué de jouer son rôle traditionnel de médiateur entre le Hamas et Israël, comme au moment de la dernière guerre de Gaza, en juillet-août 2014.

La décision de justice est intervenue au surlendemain d’attaques coordonnées spectaculaires contre l’armée dans le Sinaï qui ont fait 30 morts en majorité des soldats. Ces attaques ont été revendiquées par Ansar Beït al-Maqdess, la branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI).

Les groupes djihadistes dans le Sinaï disent agir en représailles à la répression égyptienne contre les islamistes.

(i24news avec AFP)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.