Effondrement à Mexico: la recherche des responsables débute

Au moins 25 personnes ont été tuées et des centaines blessées, selon un premier bilan officiel. Des dizaines de tentent encore de désincarcérer les passagers du train au milieu des gravats.

Les images sont impressionnantes. À Mexico, un pont s’est effondré dans la nuit de lundi à mardi au moment où une rame de métro passait dessus et alors que des voitures roulaient sur la route située juste en dessous. La scène a été captée par les caméras de vidéosurveillance de la ville et diffusée par les médias locaux.

« Des morts et des blessés »

Cet accident s’est produit près de la station Olivos, sur la ligne 12 du métro dans le sud de la capitale. Les télévisions locales ont montré des dizaines de pompiers et secouristes s’efforçant dans la nuit de désincarcérer les passagers du train au milieu des gravats, des câbles et des morceaux de métal tordus. Sur Twitter, la cheffe du gouvernement de la ville, Claudia Sheinbaum, qui s’est déplacée sur les lieux du drame, a confirmé qu’il y avait « des morts et des blessés ». Elle précise que le Procureur de Mexico est également mobilisé auprès des victimes.

Le Mexique a entamé mardi la recherche des responsabilités dans ce tragique accident. Les regards se tournent notamment vers celui qui était le maire de la ville au moment de l’inauguration le 30 octobre 2012 de cette ligne « maudite », l’actuel ministre des Affaires étrangères et potentiel candidat à la présidence, Marcelo Ebrard, un vieux routier de la politique locale. Sur place, des témoins ont fait entendre de virulentes critiques contre Marcelo Ebrard. « Qu’il vienne ici voir ce qu’il nous a laissé. C’est lui le responsable », a hurlé une femme devant les caméras en proférant des accusations de corruption à son encontre.

Dans la matinée, devant la presse, le président Andres Manuel Lopez Obrador a immédiatement promis une « enquête approfondie », avec l’aide d’experts internationaux indépendants, sur l’accident. « Il va y avoir une enquête approfondie […] pour chercher à connaître la vérité […], à partir de laquelle la responsabilité sera établie », a déclaré Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne. Marcelo Ebrard, présent à la conférence de presse, a évoqué un « jour triste pour tous ». « Je me mets à l’entière disposition des autorités », a déclaré le ministre, potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2024. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national, du 4 au 6 mai.

Une enquête confiée au parquet fédéral et à celui de la ville de Mexico

Le drame s’est produit vers 22 heures près de la station Olivos, sur la ligne 12 du métro dans le sud de la capitale. Les télévisions locales ont montré des dizaines de pompiers et secouristes s’efforçant dans la nuit de désincarcérer les passagers du train au milieu des gravats, des câbles et des morceaux de métal tordus. D’autres s’employaient à éloigner les curieux en raison des risques d’effondrement d’autres sections de la structure. «  Soudain, j’ai vu la structure qui se brisait  », a raconté un témoin à la chaîne de télévision mexicaine Televisa. «  Moins d’une minute plus tard, tout est tombé et un nuage de poussière s’est formé  », a ajouté ce témoin qui n’a pas été identifié. «  Lorsque la poussière s’est dissipée, j’ai essayé de voir ce que je pouvais faire pour aider. Le silence était terrible. Deux personnes ont été sorties des décombres. Les autres sont encore enfouies  », a-t-il dit d’une voix prise par l’émotion.

 

La rame de métro s’est littéralement brisée en deux dans la chute du pont en béton, selon une description d’un photographe de l’Agence France-Presse arrivé sur les lieux. Des pans entiers du pont jonchaient la route au-dessus duquel la structure était suspendue avant de s’effondrer pour des raisons encore inconnues. La carcasse d’une voiture était visible sous les pans de béton qui se sont brisés. On ignorait combien de personnes se trouvaient à l’intérieur. Des fonctionnaires du bureau de procureur de la ville procédaient à l’identification des corps extraits des décombres. La 12 est l’une des deux lignes du métro mexicain qui ne fonctionnent pas sur pneumatiques à l’instar du métro parisien, mais sur voie ferrée traditionnelle.

Le bureau du procureur de Mexico a annoncé que l’enquête porterait sur les crimes d’homicide involontaire et de dommages matériels. L’enquête a été confiée au parquet fédéral et à celui de la ville de Mexico, et recevra l’appui d’experts internationaux indépendants. Présente à cette conférence de presse, la maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, a indiqué que parmi les victimes figuraient des mineurs. Vingt-et-une personnes sont décédées sur les lieux du drame et trois autres à l’hôpital.

Par Le Parisien et Le Point le 05.05.2021

Des secouristes s’efforcent de sortir des victimes des décombres. Luis Cortes/REUTERS 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.