Des partenaires iraniens improbables concluent un accord secret de 25 ans avec la Chine

Dans le cadre de l’accord toujours secret, la Chine aura un accès illimité aux bases aériennes iraniennes et promet de reconstruire ses capacités de Guerre Cybernétiques en échange de pétrole bon marché et d’usines avec des liaisons de transport pour acheminer ses exportations vers l’Occident. La Russie peut également être impliquée.

Alors qu’habituellement, ils sont la cible des extrémistes de Téhéran, le président Hassan Rouhani et le FM Mohammed Zarif, jouent le rôle ds fils sous tension de l’accord de coopération globale de 25 ans, encore inédit, signé entre l’Iran et la Chine : ils sont maintenant en étroite relation avec le chef suprême Ali Khamenei et les Gardiens de la Révolution sur cette affaire. Tout en promettant d’investir massivement dans les infrastructures, le pétrole et la technologie iraniens, la Chine semble offrir des avantages militaires qui pourraient modifier l’équilibre géopolitique des pouvoirs au Moyen-Orient – à condition que l’accord soit finalisé et décolle.

Pendant ce temps, «l’accord entre le lion et le dragon» suscite de vives objections en Iran – en particulier de la part de certains députés puissants qui disent qu’il nourrit la «cupidité colonialiste» de la Chine. L’ancien président Mahmoud Ahmadinejad a attaqué son maintien sous le sceau du secret , affirmant dans un message sur le réseau social Telegram que tout accord avec des parties étrangères « qui ne tient pas compte de la volonté de la nation iranienne est invalide« . Un parlementaire Hojjat al-Islam Hassan Nowrouzi, a accusé le gouvernement d’accorder à la Chine un bail de 25 ans sur l’île de Kish et de vendre secrètement des droits de pêche dans ses eaux méridionales.

Zarif a répliqué aux critiques : «Faites attention au changement de pouvoir mondial -entre les USA et la Chine.» Un porte-parole du gouvernement a déclaré le 23 juin que l’accord prouve «l’échec des politiques américaines visant à isoler l’Iran». Un porte-parole de la ligne dure sur Radio Javan a noté cette semaine que c’était le meilleur moment pour l’accord puisque les États-Unis se sentent «faibles» face à la Chine.

Des sources iraniennes ont révélé que certains des éléments militaires les plus secrets de l’accord couvraient «une coopération aérienne et navale complète entre l’Iran et la Chine» avec un rôle clé pour la Russie. Si les derniers détails sont mis au point au cours de la deuxième semaine d’août, lors d’une réunion des responsables iraniens avec leurs homologues chinois et russes, alors à partir du 9 novembre, on pourrait voir arriver des bombardiers sino-russes, des chasseurs et des avions de transport utilisés comme des avions à double usage spécialement conçus pour utiliser les installations à proximité des aéroports existants de Hamedan, Bandar Abbas, Chabahar et Abadan. »

Des sources iraniennes ajoutent que la Chine et la Russie déploieront en même temps des capacités de guerre électronique (GE) dans trois domaines clés : le soutien électronique (y compris l’alerte précoce de l’utilisation d’armes ennemies), l’attaque électronique (y compris les systèmes de brouillage) et la protection électronique (y compris de brouillage ennemi).

« Pour contrer les attaques américaines et / ou israéliennes. » Les systèmes Krasukha-2 et -4 sont également susceptibles de figurer dans l’architecture globale de cyberguerre. Le Krasukha-2 peut brouiller les systèmes d’avertissement et de contrôle aéroportés (AWACS) jusqu’à 250 km. «L’un des systèmes de brouillage aériens russes doit être basé à Chabahar et sera capable de désactiver complètement les défenses aériennes des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, dans la mesure où ils n’auraient que deux minutes environ d’avertissement pour une attaque de missile ou de drone en provenance d’Iran. », a déclaré la semaine dernière une des sources iraniennes à la publication OilPrice.com.

Pékin prévoit d’attribuer à l’Iran une position clé sur sa stratégie New Silk Road ou «Une ceinture, une route» en adaptant ses infrastructures. Pour commencer, la Chine a l’intention d’utiliser la main-d’œuvre bon marché disponible en Iran pour construire des usines qui seront financées, conçues et supervisées par de grandes entreprises manufacturières chinoises avec des spécifications et des opérations identiques à celles de la Chine. Les produits fabriqués atteindront ensuite les marchés occidentaux grâce à de nouvelles liaisons de transport, également prévues, financées et gérées par la Chine.

Tabriz, qui abrite un certain nombre de sites clés liés au pétrole, au gaz et à la pétrochimie, et le point de départ du gazoduc Tabriz-Ankara, sera un point pivot de la nouvelle route de la soie de 2300 km qui relie Urumqi (la capitale de l’ouest de la Chine. Province du Xinjiang) à Téhéran, et reliant le Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan en cours de route, puis via la Turquie en Europe.

Les sources pétrolières rapportent également que la Chine investira 400 milliards de dollars pour développer l’infrastructure pétrolière, gazière et de transport de l’Iran, bénéficiant d’une remise de 32% pendant 25 ans sur ses achats de pétrole, de gaz et de produits pétrochimiques iraniens. Cinq mille agents de sécurité chinois seront déployés en Iran pour protéger les projets chinois.

La plupart des analystes avertissent que Téhéran se lance dans un pari risqué. Alors que Téhéran a désespérément besoin d’un partenaire pour faire face à la campagne de «pression maximale» de l’administration Trump, Pékin ne l’a jamais ouvertement contestée et ses aspirations mondiales s’étendent bien au-delà du Moyen-Orient. En outre, l’avenir de la campagne américaine actuelle dépend du résultat de l’élection présidentielle du 3 novembre. Par conséquent, pour que son accord avec la Chine soit réalisé, Téhéran sera fortement tributaire de facteurs externes hors de son contrôle.

Unlikely Iranian bedfellows foster secret 25-year deal with China

7 Commentaires

  1. La Chine devrait se calmer et cesser de s’allier à chaque fois avec le diable .

    Elle est en train de se faire beaucoup d’ennemis .

    Qu’elle se méfie quand même et qu’elle ne soit pas si sûre d’elle .

    Des exemples dans l’histoire de l’Humanité ne manquent pas .

  2. Les pôles du Mal s’attirent, inexorablement. Mais la Chine, son parti communiste, en fait sa dictature, avale tout, avec une boulimie insatiable…
    Elle a besoin de s’étendre.
    Mais devenir un empire est nécessairement une condamnation à ne plus l’être un jour ou l’autre. Un mécanisme mis en place depuis la Tour de Bavel. La pensée unique…?
    Dieu veille à Sa création…
    Un simple microbe peut tout résoudre, dès qu’il a reçu ses ordres. Sous l’apparence de « causes naturelles », beaucoup de choses passent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.