Des avions non identifiés auraient frappé une base du Kataïb Hezbollah en Irak

L’attaque a visé le QG du groupe terroriste irakien à al-Qaïm, près de la frontière syrienne, sans faire de victimes confirmées, selon les médias arabes

 

Exemple: des membres des Forces de mobilisation populaires se tiennent près d'un camion en feu après une attaque de drone imputée à Israël près du poste frontière de Qaim, dans la province d'Anbar, en Irak, le 25 août 2019. (Photo AP)

Illustration : des membres des Forces de mobilisation populaires près d’un camion en feu après une attaque de drone imputée à Israël près du poste frontière d’al-Qaim, dans la province d’Anbar, en Irak, le 25 août 2019. (Photo AP)

Des avions non identifiés ont attaqué une base militaire utilisée par le groupe terroriste du Hezbollah près de la frontière syro-irakienne dans la nuit de jeudi à vendredi, selon les médias arabes.

Les frappes aériennes auraient visé un quartier général du Hezbollah près de la ville irakienne d’al-Qa’im, selon les médias al-Hadath et al-Arabiya.

L’avion a effectué trois vagues de frappes, selon les reportages.

Au début de ce mois-ci, une frappe aérienne dans l’est de la Syrie voisine a tué huit combattants de la milice irakienne Hashed al-Shaabi (Force de mobilisation populaire).

Un groupe de surveillance syrien des droits de l’homme a déclaré que l’attaque avait été menée par des avions non identifiés. La coalition militaire dirigée par les États-Unis opérant en Syrie et en Irak a nié avoir mené la frappe. Ce qui laisse peu d’autres alternatives.

L’attaque a fait suite à des explosions signalées dans une base près de la frontière irako-syrienne soupçonnée d’être utilisée par des milices chiites, à cause d’une frappe aérienne présumée, et à plusieurs frappes de drones dans la région.

La zone fait partie d’un couloir terrestre pour Téhéran reliant l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban.

En septembre, de grandes frappes dans la même zone, qui ont détruit une grande partie d’un entrepôt d’armes connu sous le nom de complexe Imam Ali, ont été attribuées à Israël.

Israël considère l’Iran comme sa plus grande menace et a reconnu avoir mené des dizaines de frappes aériennes en Syrie ces dernières années visant principalement à empêcher le transfert d’armes sophistiquées, y compris des missiles guidés, vers le Hezbollah soutenu par l’Iran.

L’automne et l’été derniers, des avions non identifiés ont mené une série d’attaques contre des bases appartenant à des milices soutenues par l’Iran en Irak près de la frontière syrienne.

Les Forces de mobilisation populaire ont accusé Israël et les États-Unis de cette série d’explosions et d’observations de drones survolant ses bases. Les responsables israéliens n’ont pas commenté publiquement ces allégations, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait fait allusion à la possibilité qu’Israël ait, par le passé, frappé en Irak.

JForum avec agences al-Hadath (l’Événement en arabe) et al-Arabiya.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.