Une équipe américaine au Qatar pour enquêter sur son financement présumé du Hezbollah – rapport

« Nous continuerons à travailler en étroite collaboration pour arrêter le financement d’organisations terroristes comme le Hezbollah », ont déclaré les États-Unis.

Les résidents tiennent les drapeaux du Hezbollah et du Qatar lors de la visite de l'émir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, au village de Bint Jbeil, dans le sud du Liban, le 31 juillet 2010. (Crédit photo: REUTERS)
Les résidents tiennent des drapeaux du Hezbollah et du Qatar lors de la visite de l’émir du Qatar, Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, au village de Bint Jbeil, dans le sud du Liban, le 31 juillet 2010. (crédit photo: REUTERS)

Une équipe de responsables du gouvernement américain s’est rendue mercredi au Qatar au milieu d’une intense couverture internationale du rôle présumé de la monarchie dans le financement du mouvement terroriste libanais, le Hezbollah.

Le journal d’information Al Arabiya appartenant au gouvernemental saoudien a rapporté mercredi que «les États-Unis ont envoyé une équipe au Qatar pour enquêter» sur une allégation selon laquelle «Doha finance la milice libanaise du Hezbollah selon des sources d’Al Arabiya».

«Nous pouvons confirmer que le gouvernement américain prend ces informations publiées très au sérieux et que de hauts responsables du gouvernement se sont rendus au Qatar pour s’entretenir avec le gouvernement qatari de cette affaire et il est possible que les États-Unis prennent des mesures dans les prochaines heures ou dans les prochains jours». a rapporté un correspondant d’Al Arabiya en citant des sources anonymes.

« C’est un problème majeur pour les Américains, d’autant plus que le Hezbollah est sur la liste américaine des groupes terroristes « , a ajouté le correspondant.

Le Département d’État américain a annoncé mercredi que le «Coordonnateur de la lutte contre le terrorisme, l’ambassadeur Nathan A. Sales, s’est rendu à Doha, au Qatar, le 12 août pour remercier cette nation de son engagement à lutter contre le terrorisme mondial et de son engagement en faveur d’un partenariat solide avec les États-Unis sur le contre-terrorisme et sécurité. »

Selon la déclaration du Département d’État américain, «l’Ambassadeur Sales rencontrera le procureur général Ali Bin Fetais al-Marri et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement pour discuter du rôle du Qatar en tant que partenaire solide dans la lutte contre le financement du terrorisme, y compris la mise en œuvre de son nouvelle loi relative au blanchiment / lutte contre le financement du terrorisme (LBC / FT). L’Ambassadeur Sales discutera également de la participation active du Qatar à la Coalition mondiale pour vaincre Daesh.

Le Jerusalem Post a fait de nombreux reportages sur un dossier alléguant que le Qatar aurait fourni du matériel militaire et de l’argent au Hezbollah. Jason G., un entrepreneur de sécurité privé, qui a pénétré le système militaire et de renseignement du Qatar dans le cadre d’une opération d’infiltration apparente, a fourni le dossier au post. Les services de renseignement allemands ont vérifié que le dossier était pertinent et utile, selon les médias allemands.

Lorsqu’on lui a demandé si le rapport d’Al Arabiya était exact, un porte-parole du Département d’État a déclaré au Post : «Le Département d’État a pris note des allégations de presse récentes selon lesquelles le Qatar joue un rôle dans le financement du Hezbollah libanais. Nous considérons ces allégations comme incompatibles avec l’engagement ferme du Qatar à lutter contre le terrorisme mondial et son attachement à un partenariat solide avec les États-Unis sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité.  »

Le porte-parole a ajouté que « nos liens étroits avec le Qatar sont indispensables pour maintenir la sécurité dans la région du Golfe, et nous continuerons à travailler étroitement ensemble pour arrêter le financement d’organisations terroristes comme le Hezbollah. »

Plusieurs requêtes du post au gouvernement du Qatar à Doha et à ses ambassades en Belgique, en Allemagne et aux États-Unis n’ont reçu aucune réponse immédiate.

Le communiqué du département d’État a déclaré que «le Qatar est l’un des alliés militaires les plus proches des États-Unis dans la région. La base aérienne d’Al-Udeid abrite le Centre d’opérations aériennes combinées, qui héberge 18 pays et est responsable de toutes les opérations aériennes de la coalition au Moyen-Orient et en Asie centrale. Plus de 8 000 militaires américains sont hébergés à la base aérienne d’Al-Udeid et 200 000 autres transitent par la base chaque année. »

Cependant, les alliés américains dans la région du Golfe classent le Qatar comme l’un des principaux sponsors du terrorisme. En 2017, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et d’autres pays ont imposé un blocus économique au petit État du Golfe riche en pétrole et en gaz pour son soutien présumé au terrorisme djihadiste, via la protection mondiale des Frères Musulmans et ses liens étroits avec la République islamique d’Iran.

1 COMMENTAIRE

  1. Et dire que Sarkozy avait invité en grande pompe l’Emir du Quatar et sa fatma à un défilé du 14 juillet. Quelle honte nos dirigeants.
    ROSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.