Une haine sourde pèse en Israël, qui va bien au-delà des simples dissensions politiques. C’est cette haine que l’on a entendue dans les discours des uns et des autres à l’occasion du 26e anniversaire de Yitshak Rabin Za’l. Elle était audible dans chaque phrase, même dans celle qui semblait dire le contraire. Celui qui prêche la charité est le moins charitable, celui qui prêche la justice est le moins équitable, et celui qui ne parle que de paix ne l’obtient jamais. Nous juifs qui demandons la paix à chaque instant, nous ne l’avons jamais eu.

Derrière chaque mot qui se voulait apaisant, il y avait du feu en forme de chandelle. Le pays est profondément divisé, non parce que l’un ou l’autre cherche cette division. Non, c’est plus simple que ça. Certains sont sûrs de pouvoir faire confiance aux Arabes pour avoir la paix, et pour paraître gentils aux yeux des occidentaux, alors que les autres n’ont aucune confiance en une paix où Israël serait le dindon de la farce. Colon ou gauchiste non, les deux veulent la paix. Mais certains veulent fermer les yeux, tandis que les autres les ont grands ouverts. Rabin a voulu faire la paix contre l’avis d’une partie importante du peuple. Certains l’ont vécu comme un appel au suicide collectif et n’ont pas voulu mourir. Un d’entre eux a préféré tuer. La majorité simple n’est pas suffisante pour ce type de choix vital. Ma main gauche n’a pas à bruler ma main droite, en la persuadant qu’il n’y a aucun risque. La vraie leçon de l’assassinat de Rabin qui fut un des grands d’Israël, est qu’il faut l’adhésion de tout le peuple avant de se lancer dans une aventure sans retour. Faire la paix avec ses ennemis nécessite d’être d’abord en paix avec soi-même.  On ne parle pas du Sinaï, ni du Liban, mais du cœur historique d’Israël et de Jérusalem, on parle de son âme.

Netanyahou : J’ai entendu des choses offensantes lors des cérémonies commémoratives de Rabin. Je me suis retenu, mais ne donnez pas des leçons.

 

Le chef de l’opposition a expliqué lors de la réunion commémorative de la Knesset pourquoi il était absent de la cérémonie sur le mont Herzl — « Durant 26 ans, nous avons mis à profit la cérémonie pour qu’elle touche une grande partie de la population » — les députés de gauche ont protesté — . Yaïr Lapid a déclaré : « Sans ce gouvernement miraculeux, les descendants idéologiques de Yigal Amir auraient été ministres. Nous avons empêché une tentative d’assassinat contre la démocratie — des députés de droite ont manifesté.

La Knesset au complet a tenu une réunion spéciale en l’honneur du Premier Ministre et Ministre de la Défense Yitzhak Rabin, assassiné il y a 26 ans, en présence du Président Yitzhak Herzog. Lors de la réunion, le président de l’opposition Benjamin Netanyahou qui a également participé a indiqué pourquoi il a choisi de ne pas assister à la cérémonie qui s’était tenue précédemment au Mont Herzl pour éviter les discours désobligeants.

Le Jour du Souvenir commémorant l’assassinat de Rabin a été transformé en un grand rassemblement avec des veilleuses sur la place Rabin. Le rassemblement a lieu pour la deuxième année à l’initiative du Centre Yitzhak Rabin. Des milliers de bougies en souvenir de l’âme de Yitzhak Rabin ont été disposées sur la place et le public a été invité à les allumer. Dalia Rabin, chef du Centre Yitzhak Rabin, est arrivée sur la grande place pour allumer la bougie principale.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a prononcé un discours lors de l’événement commémoratif de la Knesset et a déclaré qu’il y avait une ligne claire entre l’assassinat de Rabin et l’année dernière, tous deux faisant partie de la grande lutte israélienne. Il n’est pas entre la droite et la gauche. La grande lutte israélienne est entre les personnes qui croient en la démocratie et les personnes qui essaient de la détruire. Rabin n’a pas été assassiné par la droite. La vraie droite est démocratique. Rabin a été assassiné par ceux qui n’acceptaient pas la démocratie israélienne. Yigal Amir voulait tuer la démocratie. Si quelqu’un se dit que la majorité ne doit pas gouverner — il n’est pas vraiment dans le camp national ; c’est un nationaliste radical dangereux. Au lieu d’aimer le pays, il déteste ceux qui ne pensent pas comme lui. Les nationalistes extrémistes ne sont pas des patriotes ; le nationalisme extrême n’est pas l’amour du pays, c’est un chantage par les menaces. Les descendants idéologiques de Yigal Amir sont assis à la Knesset aujourd’hui, pour obtenir la légitimité, et sont invités à toutes les réceptions. Si nous n’avions pas imposé par miracle le changement de gouvernement, ils seraient maintenant au gouvernement. » En réponse, les membres de la Knesset, Bezalel Smootrich, Ofir Katz, et Avi Maoz, ont quitté la salle.

« L’assassinat de Rabin était un assassinat de la démocratie israélienne. Au cours des dernières années, il y a eu une tentative d’assassinat par d’autres moyens. Nous l’avons arrêté à la dernière minute grâce à un engagement patriotique, en réalisant que ce qui s’est passé et qui n’était pas prévisible. Je veux dire aux forces antidémocratiques qui sont présents parmi nous : nous sommes ici pour longtemps. Nous n’irons nulle part ailleurs. Nous n’avons pas peur de tous les cris. Rabin a dit : “L’angoisse ne construit pas un pays.” Nous savons quels sont nos objectifs : continuez à combattre, continuez à gagner. »

Netanyahou a déclaré : Je me suis retenu, « Ne nous sermonnez pas sur la démocratie ou la morale. »

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahou a ensuite pris la parole. Il avait ouvert son discours en mentionnant le Premier ministre Naftali Bennet : « Je connais personnellement Yitzhak Rabin depuis 20 ans. C’était un guerrier, un commandant exemplaire et un leader privilégié qui a grandement contribué à la sécurité de l’État d’Israël. Sa vie a été écourtée par un vil meurtrier dans l’un des moments tragiques de notre peuple et de notre pays. »

Netanyahou a dit : « Mes chers collègues, la polémique avec la position du gouvernement à l’époque était importante, elle était ferme et dure parce qu’il traitait des questions cruciales pour notre avenir et notre existence. Mais aussi dans le feu du débat, je l’ai dit encore et encore, surtout à ce stade — et c’est bien démontré — que nous avons un intérêt, je l’ai dit, avec des opposants politiques, pas à des ennemis. Benny, nous sommes un seul peuple. Et j’ai aussi dit que Rabin n’est pas un traître. Il a eu tort – mais ce n’est pas un traître. »

Je l’ai dit, « pendant 26 ans, année après année, que certains utilisent les jours de souvenir en mémoire de Yitzhak Rabin pour pourfendre une grande partie du peuple et ceux qui le représentent. Toutes ces années, j’ai entendu des choses blessantes et fausses au sujet du camp que je représente et de moi-même. Mais j’ai serré les dents, j’ai poursuivi le chemin, et malgré l’hostilité, j’ai rempli mon devoir d’être là en tant que Premier Ministre, conformément au protocole de l’État. Bien sûr, quand je venais on me demandait pourquoi j’étais venu, et maintenant que je ne suis plus Premier ministre et que je ne suis plus obligé, vous me demandez pourquoi je ne suis pas venu. »

« Je tiens à préciser une chose : nous n’échangeons pas nos points de vue sur les dirigeants de l’État selon la mode du temps et les exigences médiatiques. Nous ne pensons pas non plus pouvoir remplacer les concepts de légalité et de légitimité. Le gouvernement est légal pour tout, mais quelqu’un a dit ici que former un gouvernement avec 10 sièges — pas avec six — ce n’est pas légitime et ce n’est pas démocratique. Et je dis clairement à l’attention du Premier ministre suppléant que celui qui a dit cela est la personne assise à côté de lui. Alors, ne nous sermonnez pas sur la démocratie, la légitimité, la moralité ou la gouvernance. »

Le président de la Knesset, Mickey Levy

 Il a ouvert la réunion spéciale par une minute de silence et a ensuite déclaré : « Les trois coups de feu tirés sur la place des rois d’Israël dans la nuit de novembre 1995 font encore écho entre les murs de cette maison et au sein de la société israélienne, même 26 ans plus tard. Ce meurtre traumatisant a laissé au cœur de la démocratie israélienne une blessure permanente qui ne peut guérir. Le traumatisme et le choc de cette sombre nuit ont accompagnés depuis tous les débats et controverses que nous avons connus. Quelque chose d’innocent de la vie politique en Israël s’est effondré cette nuit-là et s’en est allé sans retour. Parce que depuis cette nuit, on sait que ça peut arriver.

« Nous avons mangé du fruit empoisonné du discours radical et instigateur, nous avons senti la chaleur brûlante des flammes qui montaient dans les rues et nous avons vu comment la violence politique entrainait le meurtre d’un Premier ministre en Israël. Depuis lors, nous avons tracé la ligne entre des déclarations claires qui sont légitimes dans le cadre de la libre expression, et l’incitation dangereuse qui pourrait se terminer par le meurtre d’un chef politique. »

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré :

« En ces jours de bouleversements régionaux et de défis sécuritaires, il est de notre devoir de renforcer les bases que Rabin a posées et d’améliorer les relations avec tous les partenaires de la région afin de construire la paix. Paix entre les nations, paix entre les peuples. Nous devons le faire même avec nos voisins palestiniens qui n’iront nulle part et qui doivent reconnaître que nous sommes ici pour de bon. Même aujourd’hui, nous n’avons pas d’autre pays, et nous n’avons pas d’autre solution, si ce n’est la combinaison importante de la paix, et de la sécurité. Membres de la Knesset, l’héritage de Rabin en tant que leader est aussi malheureusement l’héritage du meurtre de Rabin. Nous admettrons honnêtement – en ces jours sombres, que nous avons échoué. ». « Dans l’ombre d’un schisme, nous avons perdu la capacité de discuter ensemble, et je suggère que nous fassions attention à cela aujourd’hui. Les opposants politiques se sont transformés en ennemis les uns contre les autres, et je suggère que nous fassions attention à cela aujourd’hui. Notre crime, notre péché sont les trois coups de feu nous ont réveillés et nous ferions mieux de rester éveillés. L’héritage du meurtre de Rabin devrait être sous nos yeux encore aujourd’hui, lorsque la haine est véhiculée dans l’espace et renforcée sur les réseaux sociaux. »

Le député Smootrich a répondu : « Pour entendre le discours d’un chef d’État de Benny Ganz, et le comparer à la haine sauvage et à l’incitation de Lapid, et pour comprendre pourquoi Ganz va rompre avec Lapid à la première occasion. Quelle différence!

Le Premier ministre Bennet a déclaré dans son discours : « Quiconque a vécu la nuit du 4 novembre n’oubliera jamais ce moment. Le soir même où le Premier Ministre et Ministre de la Défense Yitzhak Rabin a été assassiné, à ce moment je servais comme commandant dans l’unité Magellan et j’étais ce samedi-là en permission en à Haïfa, pour voir un film au cinéma du Carmel Center.

« Nous sommes sortis, mon ami et moi, « de l’obscurité du théâtre à une autre obscurité avec beaucoup plus de confusion. Autour de nous les gens disaient ‘Ils ont tiré sur Rabin’, alors nous nous sommes précipités à la maison de mes parents à Haïfa. En chemin, nous avons appris que Rabin était mort. Un choc qu’on ne peut décrire. Yitzhak Rabin, commandant de la brigade Harel, de la guerre d’indépendance, chef d’état-major de la grande victoire lors de la guerre des Six Jours, Premier ministre d’Israël, a été assassiné par un juif. Cette nuit-là a été difficile parce qu’on n’y croyait pas vraiment. Nous ne croyions pas qu’une telle chose pouvait nous arriver dans l’État d’Israël. Un assassin juif attendrait avec une arme chargée et tirerait trois balles mortelles dans le dos du Premier ministre israélien.

« Au cours des 26 années qui ont suivi, je suis revenu plusieurs fois sur la place des rois d’Israël. J’espère que depuis le meurtre, nous avons appris à quel point la violence est dangereuse et à quel point elle est rouge sang. J’espère que nous avons aussi appris que nous ne devrions pas réduire au silence des collectivités entières de notre société. Vous ne pouvez pas discréditer un public entier si quelques-uns ont péché. La droite n’a pas tué Rabin, pas les religieux. Yigal Amir a tué Rabin. »

— J’espère surtout, dit Bennet, que nous avons appris que si Dieu nous en préserve, nous nous dresserons les uns contre les autres dans notre bon pays, si nous laissons la haine s’infiltrer et nous diviser, si nous laissons les malédictions prendre le contrôle de nos conversations, nous perdons tout ce qui nous est cher à tous. Et que Dieu nous en préserve de perdre notre pays aussi. Nous, cette génération, ou la plupart d’entre nous qui sommes nés dans l’État d’Israël, nous le tenons pour acquis. Israël n’est pas pour nous acquis. Nous devons chaque fois non seulement agir pour assurer la sécurité du pays à l’extérieur, mais aussi nous rendre compte que nous avons perdu notre maison à cause des dissensions de l’intérieur. »

Le député Itamar Ben-Gabir a déclaré qu’il n’assisterait pas à la cérémonie : « La gauche n’a pas appris la leçon de l’assassinat de Rabin. Ils continuent d’obliger un public entier à se taire. »

Plus tôt sur le mont Herzl s’est tenue à Jérusalem, la cérémonie commémorative pour Yitzhak Rabin, qui a été assassiné le 4 novembre 1995 par l’assassin Yigal Amir à la fin d’un rassemblement de soutien dans le processus de paix de Tel-Aviv. Le Premier ministre Naftali Bennet, le Président de l’État d’Israël, Yitzhak Herzog, la Présidente de la Cour suprême Esther Chaim, la Présidente du Ministre général Ronen Bar, et d’autres personnalités ont assisté à l’événement.

Au début de la cérémonie, le chef d’état-major Aviv Kochavi qui a été contraint de partir après un court moment en raison des alarmes dans la bande de Gaza.

Bennett a déclaré : le 4 novembre 1995, l’État d’Israël était au bord du gouffre. Ce n’était pas la première fois que le peuple juif risquait la souveraineté juive sur la Terre d’Israël à cause dissensions entre nous. C’est la troisième fois dans l’histoire que les Juifs ont la chance d’être maîtres de leur destin, de vivre sur notre terre, d’édicter nos lois, de garder notre foi. Deux fois, nous avons laissé cette opportunité nous échapper. Il y a toute une génération israélienne qui est traumatisée, que le meurtre de Rabin a bouleversé et a façonné sa vision du monde. À droite et à gauche, nous nous sommes remis en question.

— Ma leçon à moi, qui était alors un jeune homme, il y a 26 ans d’ici, c’est que, quelles que soient les circonstances, on ne peut déchirer le peuple. On ne peut pas brûler la maison. Parce que nous sommes des frères. Malgré le temps et les années, la blessure est là, même s’il y a une cicatrice, elle est toujours là. La douleur est toujours présente. Il y a de la place pour la douleur de tout le monde. Ceux qui rêvaient de paix et dont le rêve s’est brisé par un grand bruit. De ceux qui pensaient protéger la Terre d’Israël et qui sont catalogués automatiquement comme extrémistes ou même comme  complices. La personne qui se voyait comme une personne complexe, ronde, avec une personnalité qui a toutes sortes de nuances et d’effets, et il s’est avéré être juste une étiquette, soit colon, soit gauchiste, point. Le seul réconfort dans le meurtre, c’est que nous avons pu reprendre nos esprits, nous réparer, même dans les jours et les années qui ont suivi le meurtre, considérer la profondeur d’âme, désirer le dialogue, et reconnaître l’autre. »

La fille de feu le premier ministre, Dalia Rabin, a dit : « J’aurais fermé la cérémonie après toutes les choses passionnantes que nous avons entendues du président et du Premier ministre. Ça valait le coup de supporter 26 ans pour entendre ces choses. Dans la brume politique, la famille a toujours été debout à l’arrière pour livrer les messages auxquels nous croyons, être vivants, se battre et mourir pour eux.

Chaque année, je dis que l’année prochaine sera peut-être plus facile, mais non. En plus de la pandémie, nous avons traversé une crise politique profonde de trois élections non décisives, qui a provoqué la paralysie des systèmes de la fonction publique. Si nous regardons dans le miroir aujourd’hui, nous avons une image sombre d’une petite amie malade et violente qui a adopté un buisson ardent. Pas besoin d’avoir peur des divisions. Un désaccord intéressant est le moteur de la démocratie. N’importe quelle voix devrait être entendue, mais personne ne pensera que la loi est entre ses mains et qu’il peut tirer une arme. »

Le Président Herzog a déclaré : « Chefs d’État, leaders d’opinion publique, citoyens et citoyens de l’État, je vous appelle et vous exhorte : surtout dans une telle réalité, faites le choix de la modération, de la réconciliation, de l’ouverture, de respect mutuel. Donnez du pouvoir à ce qui nous unis, non à ce qui sépare. Et faites-le non seulement dans vos paroles, mais aussi, et particulièrement, sur votre clavier. »

Plus tôt, à la résidence du Président s’est tenu une cérémonie commémorative d’État, la « bougie d’Isaac », en présence de représentants de la famille Rabin. Au cours de la cérémonie, le petit-fils Jonathan Benzi s’est référé à la construction du gouvernement Bennet-Lapid, qui a remplacé le gouvernement de Benjamin Netanyahou, et a dit : « La règle du peuple a vaincu la règle de l’un. Au cours des dernières années, la division, le style et la langue sont bien pires que ceux d’alors. »

Un compatriote a dit dans une critique implicite du chef de l’opposition Benjamin Netanyahou que « pas une année depuis le meurtre de mon grand-père n’a été une année facile pour nous. Mais je ne serais pas surpris si je disais que les dernières années ont été particulièrement difficiles. »

Il a affirmé : « La haine a inondé les rues à nouveau, la scission qui a déchiré la société israélienne à la veille du meurtre, a soulevé sa tête laide, et a menacé de déchirer les gens à nouveau. Partout, la violence et l’incitation se répandaient contre tous les citoyens du pays qui osaient penser autrement qu’eux-mêmes. Des flashs de la nuit de novembre 1995 dans lesquels apparaître dans tous nos cauchemars, comme si cela pouvait se reproduire dans un instant. »

« La division, le style et le langage sont bien pires que ceux d’alors, mais le danger — le même danger — celle d’un abominable fou qui portait au-dessus d’une foule en colère une arme de colère », a-t-il ajouté.

JForum – Ynet

3 Commentaires

  1. Je ne vis pas en Israël et je n’ai pas les moyens de le juger .

    Mais

    en tant que Juif j’ai horreur des divisions surtout quand la haine s’istalle dans ce pays .

    Car…

    Nous faisons le jeu de nos ennemis .

  2. Johan Atlani Ce qui prouve que même apr_s sa mort il reste un homme maudit. Il n’est pas oret de finir son gehinom. Comme le Peretz les 2 compluces detenteurs du nobel dela paix ce prix tellement frelaté qu’il honore les ignobles

  3. La ruse et le mensonge font partie de l’homme et quand en veux imposer une décision très mal étudiée alors a risque et péril de l’auteur
    les descendants de l’empire de Rome en créé le nazisme pour exterminer ISRAËL et le deuxième monstre Palestine le cheval de Troyes de l’Europe dans l’islam !!! ils ont distillé la haine et le mensonge jusqu’à son paroxysme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.