De faibles attentes à l’ouverture de l’Atelier de Bahrein

1
299

UN ATELIER À BAHREÏN S’OUVRE ALORS QUE LES ATTENTES SONT FAIBLES

Des responsables du monde entier, y compris des États arabes, se sont rassemblés pour le déploiement du chapitre économique du plan de paix Trump.

BAHRAIN se prépare à organiser un événement consacré au plan de paix américain.

BAHREIN se prépare à accueillir un événement consacré au plan de paix américain. (Crédit photo: REUTERS)

Après des années d’anticipation et de préparation, la première partie du plan de paix pour le Moyen-Orient du président américain Donald Trump – la partie économique – sera inaugurée mardi soir et mercredi dans un hôtel de luxe à Manama, au Bahreïn.

Des dizaines de responsables gouvernementaux et de représentants du monde entier participeront – y compris de pays arabes tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte, la Jordanie et le Maroc – il n’y aura pas de représentation gouvernementale d’Israël ni de l’Autorité palestinienne.

Cela a conduit certains critiques – et il y en a beaucoup – à dire que c’est comme un mariage sans la participation des futurs mariés.

L’Autorité palestinienne boycotte l’atelier «la Paix vers la Prospérité», affirmant qu’il s’agit d’un effort pour «corrompre» les Palestiniens, et Bahreïn a décidé de ne pas inviter de représentants du gouvernement israélien lorsqu’il est devenu évident qu’aucun responsable de l’AP ne serait présent.

Des responsables israéliens ont déclaré que, lorsque l’Autorité palestinienne avait compris qu’elle ne serait pas en mesure, malgré tous ses efforts, d’empêcher les pays arabes de participer, ils ont pressé Bahreïn de ne pas inviter les représentants du gouvernement israélien.

La position palestinienne de longue date est que la normalisation des relations entre Israël et le monde arabe ne peut avoir lieu que s’il existe un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale, pas avant.

L’administration Trump a publié le plan samedi. Il propose d’investir quelque 50 milliards de dollars dans 179 projets d’infrastructure, d’éducation, de commerce et de tourisme en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, en Jordanie, en Égypte et au Liban. Quelque 28 milliards de dollars sont proposés pour la Cisjordanie et Gaza, y compris une voie de transport entre les deux zones.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, la directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, et des représentants des ministères des Finances du monde entier, y compris des États du Golfe, participeront à la réunion.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a déclaré dans un entretien avec la chaîne russe RT que son pays participait à la conférence, car il est important «d’écouter cette proposition et de l’évaluer». «Nous avons le droit de l’évaluer, de la visualiser et développer une vision à ce sujet, mais la décision finale à ce sujet revient à la principale partie prenante – l’Autorité palestinienne “, a-t-il déclaré.

Les attentes pour la conférence sont faibles et ces dernières semaines – avec une intensité croissante après la publication du plan par la Maison Blanche samedi soir – des experts et un certain nombre de responsables impliqués dans le processus de paix par le passé ont vivement critiqué le plan.

Yossi Beilin – le président de l’Initiative de Genève, l’un des principaux architectes des Accords d’Oslo et qui a dirigé une conférence économique en Jordanie en 1995 – a déclaré au Jerusalem Post qu’en libérant le volet économique du plan de paix avant celui diplomatique, l’administration “mettait le deuxième acte avant le premier” [la charrue avant les bœufs].

Il a déclaré que le plan était considéré par les Palestiniens comme un “pot-de-vin” et que “quiconque connaît un peu le conflit israélo-palestinien, la vie et la culture palestiniennes, sait que l’honneur est beaucoup plus important que l’argent.

Beilin a déclaré que, même s’il ne pensait pas que les États-Unis essayaient de «corrompre» les Palestiniens, le plan économique devait suivre le plan diplomatique, pas l’inverse. “S’il n’y a pas de plan diplomatique”, a-t-il déclaré, “et que vous ne savez pas quelle est la solution diplomatique, vous ne pouvez pas parler de projets économiques”.

Par exemple, a t -il demandé, comment est-il possible de discuter d’une voie terrestre allant de la bande de Gaza à la Cisjordanie, sans savoir où cela mène, et qui a la souveraineté sur cette trajectoire?

Beilin a déclaré que ce qui se déroulait à Bahreïn n’était pas un plan, mais une “belle liste de projets que vous pouvez faire pendant la paix”. Ce type d’exercice, a-t-il dit, a été développé par le passé. Il a qualifié cet effort d ‘”amateurisme”, affirmant que mettre le plan économique au premier plan était une “erreur de débutant”.

Le médiateur américain Jason Greenblatt, l’un des architectes du plan, a retweeté un éditorial à son sujet publié sur le site Web de CNN, écrit par Jon Lerner, chercheur principal à l’Institut Hudson, qui a été adjoint de l’ambassadrice à l’ONU, Nikki Haley, en 2017-2018.

Lerner a mis au défi les critiques du plan, affirmant qu’ils “adoptent un point de vue étrange selon lequel, bien que tous les efforts passés aient échoué, nous ne devions jamais nous en éloigner. Ils sont offensés par les modifications apportées aux anciennes formules, alors que celles-ci n’ont jamais mené à la paix.

«L’administration Trump n’est pas moins attachée à la paix que ses prédécesseurs», a écrit Lerner. “La principale différence est que Trump ne se sent pas attaché aux formules infructueuses du passé et lui et son équipe sont prêts à remettre en cause ouvertement cette pensée conventionnelle”.

Lerner a écrit que la vision présentée à Bahreïn démontrerait “l’énorme potentiel disponible pour améliorer la vie de millions de Palestiniens », et il a déclaré : « Ce n’est pas une mince affaire. »

« Les critiques feront rapidement remarquer qu’un plan économique à lui seul ne permettra pas la paix. Personne ne le conteste », a-t-il soutenu. “Mais, alors que les dirigeants politiques sont attirés par les problèmes les plus pressants, personne ne devrait faire l’impasse sur l’importance que les conditions économiques jouent dans la vie des gens ordinaires.”

Lerner a écrit que le plan Trump «contient des projets spécifiques et réalistes qui pourraient doubler le PIB palestinien, créer un million de nouveaux emplois à Gaza et en Cisjordanie et réduire de moitié la pauvreté. Imaginez ce que cela ferait dans la vie de millions de jeunes Palestiniens, qui feraient face à un avenir bien meilleur qu’aujourd’hui. »En attendant, la chaîne israélienne Chaîne 12 a décidé lundi de ne plus envoyer de personnel couvrir l’atelier de Bahreïn après que la Maison Blanche a invité son principal présentateur, Yonit Levi, couvrir l’événement, plutôt que sa principale correspondant ediplomatique, Dana Weiss.

Lorsque sa demande d’inclure Weiss dans l’invitation a étét rejetée, la station a décidé de n’envoyer personne – dans une déclaration selon laquelle seuls eux décideraient qui envoyer pour couvrir les événements.

Certains reportages de Weiss dans le passé ont apparemment froissé à la Maison Blanche.

Ni Weiss, ni la Chaîne 12, ni la Maison Blanche n’ont fait de commentaires à ce sujet.

Bahreïn a invité six médias israéliens, dont le Jerusalem Post, à couvrir cet atelier. C’est la première fois que des journalistes israéliens sont autorisés dans le pays depuis la participation de l’éditorialiste Yossi Sarid, ministre israélien de l’Environnement, lors d’une conférence à Bahreïn sur les questions environnementales en 1994.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.