Cyber et renseignement humain au cœur de l’opération Soleimani

0
901

Liquidation de Suleimani: le renseignement Haute Qualité derrière l’opération dramatique

L’action américaine pour éliminer l’un des symboles les plus essentiels de Téhéran indique des capacités de renseignement élevées. Du cyber aux agents intégrés au sein de la Force Quds – que peut-on dire de l’infrastructure de renseignement derrière l’élimination de Suleimani? Et aussi : d’une réponse silencieuse (secrète) à une réponse limitée – quelles sont les options de vengeance. Interprétation

 

Eyal Pinko | 6/01/2020 

Qassem Suleimani. Photo: AP

Les tensions américano-iraniennes ont atteint un niveau record le 17/12/2019 lors de l’attaque à la roquette d’une milice chiite sur une base américaine (connue sous le nom de base K1) près de la ville de Kirkouk, en Irak. Un civil américain a été tué et plusieurs soldats blessés. L’US Air Force a répliqué sur les positions de la milice, qui a effectué les tirs de roquettes.

En réponse à la contre-attaque américaine, des manifestations irakiennes ont eu lieu devant l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad. Les membres de renseignement américains pensent que les manifestations ont été parrainées et encouragées par la Force Qods d’Iran. A cette occasion, pour Trump, il est grand temps d’envoyer un message fort et clair, promettant que les Etats-Unis sont responsables de la sécurité de leurs citoyens et de ses soldats et qu’ils ne permettront pas que l’Iran cherche à leur porter de graves préjudices.

Trump a souligné, mais ce n’était pas la première fois, que l’Iran opère, soutient, finance et forme des milices chiites irakiennes, et qu’il est directement responsable des dommages causés aux civils, aux soldats et aux actifs américains.

Trois jours plus tard, Qassem Suleimani, commandant des gardiens de la révolution de la Force Quds, embarque sur un vol en provenance de Syrie qui le conduit à l’aéroport de Bagdad. Avec lui, une délégation de cinq hommes comprenait Muhandis, le commandant adjoint de la milice pro-iranienne “Al-Hashd al-Sha’abi” et des hauts responsables du Hezbollah, y compris le gendre d’Imad Mougniyeh (ancien chef terroriste et militaire du Hezbollah qui a été éliminé par le Mossad en Février 2008).

Ismail Qaani. Remplaçant de Suleimani. Vengeance promise contre tous les organismes américains dans tout le Moyen-Orient

De l’avion, la délégation est descendue vers deux véhicules en attente à l’aéroport. En route, les deux véhicules sont attaqués par quatre missiles Hellfire tirés par deux véhicules aériens sans pilote, détruisant les véhicules et éliminant les occupants, dont le légendaire commandant de la Force Quds, Qasem Suleimani.

Suleimani, qui était proche du chef suprême Ali Khamenei, était un penseur polyvalent, talentueux, créatif et manipulateur qui a été utilisé par le Guide Suprême pour effectuer des opérations secrètes et de renseignement iraniennes. Ali Khamenei l’a même déclaré 2010 comme étant «la main vivante» de l’Iran, pour son travail et sa contribution à la sécurité en Iran et à l’influence des gardiens de la révolution.

L’Iran doit beaucoup à Qassem Soleimani et à ses hommes de main, et il y a ceux qui lui avaient prévu un brillant avenir politique, y compris dans le rôle de président de l’État. Lors d’entretiens des médias avec lui, Suleimani avait préféré démentir cette éventualité. Mais les États-Unis lui ont désigné son sort tout tracé, après avoir tué et fait tuer plus de 600 Américains et il a été éliminé. Selon les médias américains et des associés de la Maison Blanche, l’élimination a eu lieu à un moment critique, au cours duquel Suleimani avait planifié une série d’attaques contre des cibles militaires et diplomatiques américaines en réponse aux attaques en Irak.

Capacités de suivi en temps réel

L’élimination ciblée de Qassem Suleimani n’est rien de moins qu’un assemblage de tout cela. Il avait l’habitude d’agir très secrètement sous les yeux grands ouverts des services de renseignement américains, occidentaux et israéliens. Suleimani a compris la menace que faisait peser sur lui le renseignement étranger américain, occidental ou israélien. La capacité opérationnelle des États-Unis à l’éliminer durant le déplacement de son convoi indique des capacités de renseignement élevées, qui comprenaient l’identification et le suivi de ses mouvements en temps réel.

Les renseignements nécessaires pour mener à bien une telle opération nécessitent la localisation exacte de Suleimani ou de toute autre personne de son groupe, la reconnaissance des lieux, de ses itinéraires et de ses plans alternatifs. Ces capacités de renseignement, d’une part, sont nécessaires en tant que renseignement d’infrastructure, ce qui permet au renseignement américain de suivre, de tracer et d’étudier ses mouvements et leurs variations au fil des années (y compris l’étude des identificateurs monotones qui indiquent l’identité de Qassem Suleimani, comme le son de sa voix). D’autre part, des capacités de renseignement sont nécessaires pour identifier et vérifier son emplacement en temps réel et pour identifier ses intentions (telles que sa destination, ses partenaires de voyage et le mode de déplacement entre les destinations).

Élimination de Qassem Suleimani – couverture spéciale

Du drone au missile “Hell Fire”: les moyens de l’éliminer

La percée de Suleimani: de la pauvreté au sommet du gouvernement

Après l’assassinat de Suleimani: les guerres du Moyen-Orient

Le successeur au commandement de la Force Quds: “Vous verrez toujours gésir des corps américains à travers le Moyen-Orient”

Bras iranien: les fortes milices chiites d’Irak

Ces informations ont été collectées sur une longue période et par divers moyens, les principaux moyens de collecte étant les systèmes Sigint (Electronic Signal Intelligence), qui permettent l’identification et le suivi des téléphones portables (de n’importe où et n’importe où dans le monde), tout en pouvant associer leurs numéros à leurs propriétaires. Les capacités du système sigint permettent également d’écouter les appels et de générer des renseignements à partir d’eux.

D’autres mesures susceptibles d’être utilisées par les services de renseignement américains sont les cyberattaques et les outils de collecte, qui peuvent avoir été déployés contre les systèmes informatiques et d’information des Gardiens de la révolution, par le biais desquels des renseignements sur les Gardiens de la révolution en général, et Qassem Suleimani en particulier, ont été collectés.

Étude de cas ou planification à long terme?

Une autre dimension de la variété des mesures de collecte de renseignements américains a peut-être été l’existence d’agents à long terme au sein des forces Qods ou des milices chiites ou syriennes, qui connaissaient à l’avance l’arrivée prévue de Suleimani à Bagdad et l’ont signalé à leurs agents traitants américains.

Il est possible que les informations sur les intentions de Qassem Suleimani et sa localisation soient parvenues aux services de renseignements américains en temps réel (soit peu de temps auparavant), en utilisant l’opportunité de l’arrivée “accidentelle” à Bagdad pour son attaque. Cependant, si la situation militaire à Bagdad et les menaces de Trump sont liées, les récits sur l’attaque américaine et la mise hors-jeu de Qassem Suleimani fourniront probablement les renseignements en temps réel qui étaient entre les mains des Américains.

Trump a promis une âpre réplique si les Iraniens se vengent. Photo: AP

Les pressions politiques et diplomatiques au pays et à l’étranger concernant le manque de réponse de Trump aux incidents de sécurité survenus dans le golfe Persique, en Irak et en Syrie au cours de l’année écoulée, et enfin l’attaque contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad, qui était la “ goutte qui a fait débordé le vase ”, a probablement conduit à sa décision d’éliminer Suleimani. Ceci, afin d’envoyer un signal d’avertissement au régime iranien et en tant qu’outil puissant et époustouflant pour les services de renseignement et militaires américains qui démontrent que les menaces du président Trump ont du poids et de l’importance (renfort de la dissuasion).

L’existence du renseignement et la décision présidentielle de l’élimination de la cible ont donc été le déclencheur du début d’une opération aérienne : elle a saisi la première occasion, alors que Suleimani arrive sur le terrain, sur lequel l’US Air Force peut opérer relativement facilement et sans la menace des systèmes de défense aérienne (comme en Syrie et au Liban).

Les options de l’Iran

Il serait difficile de supposer que l’élimination du héros national, le général-martyr Qassem Suleimani, va s’achever en silence. Déjà au moment d’écrire ces lignes, et après la fin de sa cérémonie funèbre bien illustrée par de nombreuses photographies, dans l’Iran de Suleimani, des nouvelles et des rumeurs appelant à la vigilance sur l’Iran, la Syrie, le Liban et l’Irak ont ​​commencé à s’accumuler et les milices chiites dans ces territoires dotées de la forte intention de lancer des missiles (y compris en direction d’Israël).

Il sera difficile de prédire quelle sera la réponse de l’Iran, mais le nombre de façons de répondre peut être estimé, le problème central inconnu étant le niveau de désir de l’Iran de créer une escalade débouchant sur la guerre avec les États-Unis, dans le cadre de l’attaque dissuasive du président Trump en Iran.

Une ligne de conduite iranienne peut agir en secret, par le biais de cyberattaques contre des sites et des infrastructures américains et israéliens, tels que les centrales électriques et l’énergie, les transports et l’eau. Une telle ligne de conduite n’exposera pas les Iraniens et ne permettra pas aux États-Unis de prouver que l’Iran est derrière les attaques, et donc la réponse américaine sera limitée.

Une autre façon iranienne de “punir” les Américains et d’éviter une confrontation directe avec eux est d’attaquer des cibles en Israël ou dans d’autres pays amis des États-Unis (comme l’Arabie saoudite et l’Égypte), qui ne répondront pas ou ne répondront qu’avec une faible intensité à l’Iran afin de ne pas créer d’escalade militaire. Ces attaques ne seront pas menées directement par l’Iran, mais par l’intermédiaire d’organisations supplétives iraniennes, telles que le Hezbollah, les Houthis au Yémen ou les autres milices chiites dirigées par la Force Quds.

Tout autre plan d’action que l’Iran choisira le mènera à une confrontation avec les États-Unis, ce qui pourrait conduire à une campagne militaire généralisée.

Les modes d’action iraniens offensifs, mettant en cause les relations de pouvoir entre l’Iran et les États-Unis, peuvent être, par exemple :

  • des Actions terroristes, telles que voies de fait et dommages contre des biens et infrastructures non américains sur le sol américain, comme à Oman, en Amérique du Sud, en Asie et dans d’autres parties du monde, où l’infrastructure secrète d’Al Quds opère.
  • Attaquer des cibles militaires ou civiles américaines en Irak (ou dans les pays du golfe Persique) en tirant des missiles balistiques ou un échantillon de moyens allant du mortier au missile de croisière.
  • Assaut “bruyant” de navires militaires ou civils à Hormuz ou dans le golfe Persique par des navires armés, des missiles offshore ou des kamikazes.
  • Assaut “secret” de navires militaires ou civils dans le golfe Persique, l’océan Arabe, la mer Rouge ou la Méditerranée au moyen de drones sous-marins (débarqués de “navires marchands innocents”) ou par des opérations de commandos.

Une autre considération stratégique dans la réponse iranienne est la coopération en matière de défense que l’Iran obtiendra de ses deux partenaires – la Russie et la Chine . Au cours de la dernière semaine de décembre 2019, l’Iran, la Russie et la Chine ont participé à un exercice maritime stratégique de quatre jours, dans lequel des scénarios de combat et de défense mutuels ont été pratiqués.

Les promesses russes et chinoises de défense conjointe de l’Iran contre l’attaque américaine pourraient avoir un impact significatif sur la réponse de l’Iran à la mise à la retraite anticipée de Qassem Suleimani. Et pourtant, avec une perspective optimiste, l’Iran peut se rendre compte que toute action qu’il entreprendra l’entraînera, lui et le monde, dans une campagne, dont l’issue  reste des plus épineuses à envisager.

israeldefense.co.il

Adaptation Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.