Golrokh Ebrahimi Iraee et Arash Sadeghi
Golrokh Ebrahimi Iraee, une auteure iranienne,  a été condamnée à 6 ans de prison pour avoir écrit une histoire non publiée sur la pratique de la lapidation, a déclaré jeudi Amnesty International. Son mari, Arash Sadeghi, militant des Droits de l’Homme, a écopé de 15 ans de prison pour « propagande contre le système »

Golrokh Ebrahimi Iraee et Arash Sadeghi, tous deux militants des Droits de l’Homme, avaient été arrêtés initialement à Téhéran en 2014 après que la police a perquisitionné leur domicile et trouvé le récit qualifié d’ »atteinte aux valeurs sacrées de l’islam ».

« Les charges retenues contre Golrokh Ebrahimi Iraee sont absurdes. Elle encourt des années de prison simplement pour avoir écrit une histoire, qui n’a même pas été publiée; elle est punie pour avoir fait appel à son imagination », a déclaré un responsable d’Amnesty International, Philip Luther.

« Plutôt que d’incarcérer une jeune femme parce qu’elle a exercé pacifiquement ses droits fondamentaux en dénonçant la lapidation, les autorités iraniennes devraient concentrer leurs efforts sur l’abolition de ce châtiment, qui constitue un acte de torture », a-t-il ajouté.

« Il est déplorable que l’Iran continue d’autoriser le recours à la lapidation, en invoquant comme justification la protection de la moralité », a renchérit Luther.

Après son arrestation en 2014, l’auteure avait été détenue pendant 20 jours et aurait subi des interrogatoires musclés pendant lesquels des policiers lui auraient dit qu’elle serait exécutée pour « insulte à l’islam ».

Sadeghi aurait quant à lui été victime de torture, il affirme avoir été roué de coups de pied, frappé à coups de poing à la tête, giflé et étranglé.

Après un procès expéditif où Iraee dénonce les pressions faites à ses avocats, le premier s’étant désisté de l’affaire et le second s’est vu interdire de prendre connaissance du dossier, Amnesty International exhorte l’annulation de sa condamnation.

« Le gouvernement iranien, usant de méthodes impitoyables et répressives, est en passe d’écraser toute une génération de jeunes militants », s’est indigné Luther.

Le mari de l’écrivaine a été condamné à 15 ans de prison pour avoir « répandu de la propagande contre le système » et pour « rassemblement et connivence contre la sécurité nationale ».

I24 News

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.