Sur les traces des Agents Des Services De Renseignement Iraniens – en Europe Centrale Et Balkans

Pendant longtemps, le blog Intel Times a analysé des dizaines de profils d’agents iraniens opérant au sein du réseau de recueil d’informations, du ministère du Renseignement et du bras terroriste de la force Qods. Le résultat – un examen attentif de l’activité des agents iraniens, depuis la phase de recrutement jusqu’à la couverture, l’intégration dans le pays de base et les retours périodiques à Téhéran, ainsi que des opérations de collecte et d’attaque dans les pays cibles . Ceci est le Premier article de la série.

Il y a environ trois semaines, la police albanaise a tenu une conférence de presse au cours de laquelle elle a présenté un tableau des infrastructures déployées par l’unité 840 de la force Al Quds en Albanie. Il s’agit d’une unité secrète conçue pour contrecarrer l’opposition et ses contacts occidentaux.

Le commissaire de la police albanaise, Ardi Volio, a déclaré que la force Qods des Gardiens de la révolution avait activé une « cellule terroriste » destinée à attaquer des membres des Moudjahidine du Peuple opérant en Albanie. Le commissaire albanais n’a pas précisé les objectifs ou les procédures d’arrestations de la cellule terroriste, mais a indiqué qu’il s’agissait de la même infrastructure qui avait tenté de nuire à la manifestation de l’opposition iranienne organisée par ce groupe d’opposants à Tirana, à la fin du mois de mars 2018.

Mme Miriam Radjavi, Présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), le maire Rudy Giuliani et d’autres dignitaires d’Europe et des États-Unis, ainsi que des responsables régionaux du camp Ashraf 3 de l’organisation Mujahideen Khalek (MEK) étaient présents.

Le 23 mars 2018, deux membres des services de renseignement iraniens ont été arrêtés à Tirana, en Albanie, lors de la fusillade du « Centre mondial Baktashi », juste avant le « Norouz » (le nouvel an de la Perse) de l’opposition iranienne. Les deux agents (identifiés par l’acronyme FZ + SM), âgés de 50 à 60 ans, ont expliqué qu’ils étaient des journalistes mais leur surveillance et leur détention a permis, selon les Albanais, de comprendre qu’ils recevaient des informations transmises par un « sympathique » agent de renseignement étranger. Les deux hommes sont arrivés quelques jours plus tôt, via l’aéroport international et ont passé le point de contrôle de sécurité sans aucun problème.

Leur arrivée a eu lieu parallèlement à la visite d’un agent de renseignement iranien, Alirza Naja Sahzada, né en 1974. Le blog Intelli Times retrace le parcours de l’agent et constate qu’il a été recruté par les services de renseignement iraniens et installé en Autriche. L’arrivée en Albanie a lieu le 19 mars sous le nom de Erwin Aram et le numéro  du passeport autrichien K1250382, qui lui offre une couverture lui permettant de se faire passer pour un membre du parti des moudjahidine du peuple.

Sachzada était basé en Autriche avec sa famille, s’est construit un cadre social parmi les expatriés iraniens et des locaux et sa vie communautaire s’est traduite par une visite régulière dans les clubs de danse de salon où il a démontré ses talents de danseur et s’est construit ses relations interpersonnelles. Lors de ses missions à l’étranger, il a déjà adopté une apparence convenable, car il a tendance à porter une veste munie de capteurs, qui lui permette d’enregistrer l’environnement dans lequel il a été envoyé dans le but de recueillir des renseignements.

L’attaque devait être menée par des mercenaires d’une organisation criminelle turque contrôlée par Abdulassem Thurgut, un contrebandier turc déjà emprisonné en Albanie en 2011 sous le chef d’accusation de trafic d’une tonne d’héroïne. Thurgut s’est enfui en Albanie, est retourné en Turquie avec un faux passeport et a continué à gérer un réseau de lutte contre la traite des êtres humains, les armes et la drogue.

Le réseau turc a mis en place un itinéraire de contrebande de drogue qui commence à l’est dans les Balkans et en Azerbaïdjan pour se terminer en Allemagne et en Europe occidentale, en traversant la frontière avec la Turquie et la Bulgarie. On a constaté de fréquents passages par ce réseau, où une série d’Iraniens munis de faux passeports ont été arrêtés et interrogés ces dernières années.

Les liens avec l’organisation criminelle ont été établis par Abdulkhalg Malek Zada ​​- un haut responsable iranien, né en 1979, détenteur d’un passeport iranien N42886891 et ayant déjà servi en Malaisie et à Oman avant d’être posté à Antalya, en Turquie.

Malek Zada ​​est originaire de la province du Sistan et du Baloutchistan (sud-est de l’Iran). Bien qu’il ait été démis de ses fonctions de PDG de la coopérative Drag Sabs (goudron vert) à Chabhar, il a été recruté par les services de renseignements iraniens pour effectuer son stage dans le commerce international et être affecté en Malaisie, l’un des principaux pays de base du renseignement iranien en Asie du Sud. Par la suite, il a été transféré au sein de la branche des services de renseignements iraniens à Mascate, à Oman, où il contrôlait les routes du Golfe ainsi que des itinéraires de contrebande vers le Yémen voisin. Plus tard, il a été transféré en Turquie et s’est installé à Antalya, sous la couverture d’un employé de Petro-Fares.

Le blog a révélé que l’agent vétéran opérait à Antalya en Turquie par l’intermédiaire d’une société de traitement des pailles, dont le rôle était également de couvrir le transport de marchandises entre les pays de base et les pays cibles, le blanchiment de l’argent à des fins de financement et par le biais de services de change, de location et de vente de voitures, permettant la gestion des logements et la gestion des itinéraires de transport. La contrebande de moyens terrestres et maritimes s’effectuait par le biais de la voie criminelle créée par l’Organisation turque de grande criminalité. En novembre 2017, des hommes venus de Téhéran ont également participé à des réunions d’information avec les membres de la Force Qods, dans le cadre de la planification de la tentative d’attaque prévue quelques mois plus tard. Dans le même temps, une société de commerce international appelée Malk Patrol s’est établie dans ses zones d’opération, et l’infrastructure logistique et opérationnelle a été construite pour la tentative d’attaque infructueuse en Albanie en mars 2018, mais également constituer une base à utiliser par la Force Quds pour des opérations régionales supplémentaires,  lui apportant notamment la capacité de transporter des moyens et des technologies vers la Syrie voisine.

L’examen du blog Intelli Times révèle que participaient aussi à cette infrastructure : quatre membres de la police albanaise mis en cause, qui ont observé leur routine jusqu’aux derniers jours. L’un d’entre eux, résidant à Vienne, en Autriche, a mis en garde le réseau plusieurs jours avant qu’il ne soit révélé au grand jour et a été arrêté pour interrogatoire. Deux des membres du réseau résident en Turquie, ainsi que le chef de l’unité 840 de la « Force Qods », vivant au siège de la division du renseignement des Gardiens de la révolution.

L’axe sur lequel les membres de l’infrastructure terroriste ont opéré :

Sur le lieu du crime – Tirana, Albanie 03/2018

בעקבות סוכני המודיעין האיראני – מרכז אירופה והבלקן

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.