Des combats ont éclaté samedi pour la première fois entre les troupes du régime syrien et les forces kurdes à Hassaka, dans l’est du pays en guerre, faisant au moins six morts, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Les combats entre ces deux camps sont rares depuis le début du conflit en Syrie il y a près de quatre ans, surtout après la décision de l’armée de se retirer des zones kurdes de l’est et du nord du pays.

La ville de Hassaka est contrôlée à moitié par l’armée et à moitié par les forces kurdes et les combats ont eu lieu dans plusieurs secteurs, a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH. Les affrontements ont fait rage toute la journée avant de baisser d’intensité en début de soirée, a-t-il dit.
Quatre soldats et un combattant kurde sont morts dans les combats ainsi qu’une femme dans le bombardement par l’armée d’une zone contrôlée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG, la principale milice kurde).
Selon l’OSDH, les combats de samedi ont éclaté après la capture par les YPG de 10 soldats accusés d’avoir « empiété sur leur zone d’influence à Hassaka ».

Hassaka, une ville de quelque 200.000 habitants, est restée relativement calme, malgré les tentatives du groupe jihadiste Etat islamique (EI) de s’emparer de certains secteurs.

Parallèlement, la coalition a procédé vendredi et samedi matin à onze raids aériens dans le secteur de Kobané, ville kurde du nord assiégée à l’Etat islamique à la frontière avec la Turquie. Un blindé a été détruit, de même que des positions de combat.

Dans l’est de la Syrie, les secteurs de Deïr az Zour et d’Abou Kamal, sur la frontière irakienne, ont également été visés.

L’Orient le JOur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.