Détruire les tunnels du Hezbollah : une opération qui dure depuis des années
Quatre années d’intenses activités de renseignement ont abouti, début décembre, au lancement d’une opération visant à découvrir et à détruire les tunnels du Hezbollah à la frontière libanaise. Des discussions très secrètes limitées à la moitié de l’état-major général jusqu’à des soldats de génie qui ne savaient même pas pourquoi ils s’entraînaient, voilà comment l’opération Bouclier du Nord (Northern Shield) est née.

Au cours de son élaboration secrète, le poste de commandement supérieur de l’armée israélienne, installé dans la base de Kirya à Tel-Aviv, également appelé “la fosse”, a toujours porté un nom de code secret. Mais la semaine dernière, lorsqu’il a été ouvert pour la première fois pour gérer l’opération Bouclier du Nord (Northern Shield), il a reçu son nom permanent : “Fort Zion”.

La planification et la construction de la nouvelle “fosse” a duré dix ans. C’est un espace géant, à plusieurs dizaines de mètres sous terre, avec plusieurs étages. Le personnel de la Division des opérations siège dans des zones, séparées les unes des autres, par des parois de verre, chacune étant utilisée pour un centre de contrôle différent. Tout le monde peut voir tout le monde. Au-dessus, un étage de bureau, utilisé par les responsables de l’armée, tels que le chef de l’armée, le chef de la direction des opérations, le chef de la division des opérations qui commande la “fosse”, etc. Les techniques de communication et de contrôle installées sur ce site sont à la pointe de la technologie. L’ouverture de la nouvelle “fosse” devait coïncider avec le lancement de l’opération visant à dévoiler les tunnels du Hezbollah à la frontière libanaise.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

La décision d’ouvrir “la fosse” sous le commandement du chef d’Etat-Major de Tsahal est de réserver cet espace aux grandes opérations, généralement au-delà des frontières de l’État, qui comportent un risque élevé d’escalade menant à la guerre. Et en effet, lorsque l’opération Bouclier du Nord (Northern Shield) a été annoncée, le niveau d’alerte a été augmenté non seulement dans le commandement du Nord, mais dans l’ensemble de l’état-major, y compris les préparatifs en vue du déploiement immédiat des unités d’intervention rapide de l’armée : la brigade de commandos, qui a été envoyée au nord la semaine dernière ; les Unités des forces spéciales ; et l’armée de l’air israélienne (IAF).

Dans une telle situation, du moins sur la base de l’expérience du passé, des dizaines d’avions de combat de l’IAF sont prêts à fonctionner dans les différentes bases aériennes. L’évaluation de la situation à la veille de l’opération a peut-être permis de déterminer que le risque d’escalade était faible, mais la zone d’opérations à la frontière nord – la Syrie et le Liban – est tellement instable que toute évaluation de la situation est presque considérée comme une hypothèse (supposition) éclairée.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

 

Il suffit qu’une série d’opérations militaires – qui ont commencé par une frappe en Syrie début décembre, attribuée à Israël, se poursuivent par la présence massive de Tsahal à la frontière libanaise et la découverte des tunnels du Hezbollah – soient mal interprétées, de l’autre côté et qu’ils se sente menacé. C’est la raison pour laquelle on a également critiqué, au sein même de l’armée israélienne, la rhétorique prétentieuse utilisée par l’échelon politique, quelques semaines avant l’opération et lors de son lancement, ce qui pouvait être perçu de l’autre côté comme une façon de préparer l’opinion publique israélienne à la guerre.

Matériel caché dans le champ

“Opération Bouclier du Nord -Northern Shield” est le chapitre public d’une opération secrète menée depuis quatre ans sous le nom de code “White Gold” (or blanc). Seuls quelques dizaines de commandants et de professionnels étaient au courant de l’opération. Ils ont tous signé des accords de confidentialité. Le sujet n’a jamais été abordé dans les discussions de l’état-major, mais dans les discussions spéciales  au sein des bureaux du chef d’Etat-Major de Tsahal, du ministre de la Défense et du commandement du Nord du GDC. Cela a commencé avec le major-général Aviv Kochavi et s’est poursuivi sous le commandement du major-général Yoel Strick, qui a élaboré le plan et le supervise directement. Au moins la moitié des généraux de l’état-major ignoraient tout de l’éventualité de l’opération. Ce n’est qu’à l’approche du lancement de l’opération publique que le nombre de personnes mises dans le secret a été porté à 300.

L’Unité d’ingénierie des opérations spéciales “Yahalom”, l’unité de commando spéciale du Génie, a été chargée de traduire les informations recueillies au cours des quatre dernières années en travaux concrets, consistant à localiser et à découvrir les tunnels sur le terrain.

Des soldats du renseignement travaillent à la recherche des tunnels (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

Des soldats du renseignement travaillent à la recherche des tunnels (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

 

“Nous avons fermé la base et annulé toutes les vacances vendredi”, a déclaré le colonel Shahar Beck, commandant de Yahalom. “Nous sommes passés de zéro à 100: préparation opérationnelle totale avant une opération.”

“Les soldats n’avaient aucune idée de ce qui allait se passer. Les commandants ont d’abord été informés, puis les ordres ont été communiqués aux forces”, explique-t-il. “En tant que commandant de l’unité et au sein du corps des ingénieurs, nous avions nos procédures opérationnelles permanentes pdepuis de nombreux mois auparavant. J’avais une petite équipe compartimentée dans mon unité qui s’occupait des aspects technologiques et opérationnels de l’opération. Ils étaient parfois affectés au commandement du Nord et travaillaient avec l’équipe spéciale constituée dans ce pays, une équipe opérationnelle du renseignement, qui enquêtait sur les tunnels au cours des quatre dernières années et jusqu’à quelques heures avant l’opération. ”

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: AFP)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: AFP)

 

Le colonel Beck a déclaré que les soldats n’avaient pas besoin d’entraînement particulier pour l’opération, car “ils s’entraînent toute l’année dans ce modèle d’opération souterraine, à la fois du modèle sud et nord, et étudient le terrain en détail – ce qui est complètement différent sur chacun de ces fronts …. Ils ne savent pas pourquoi ils s’entraînent. ”

“À partir de vendredi (avant le lancement de l’opération, ndlr), les soldats ont de nouveau étudié le terrain, nous avons préparé le matériel et les équipes qui seront déployées dans plusieurs zones de la frontière nord. Chacune de ces équipes est composé de combattants et d’experts, ces derniers étant responsables de l’aspect technologique de la localisation des tunnels. Il s’agit du plus gros effort d’ingénierie de l’unité, jamais réalisé sans fairepas partie d’une guerre ouverte “, a déclaré Beck.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

L’unité Yahalom s’est rendue dans le nord quelques heures seulement avant le début de l’opération, où elle s’est associée à la brigade de commandos et à d’autres brigades d’infanterie stationnées dans des zones soupçonnées d’activités de tunnel ou d’activités inhabituelles menées par le Hezbollah. Mais les préparatifs de l’opération ont commencé 24 heures plus tôt, lorsque des unités technologiques sont arrivées clandestinement à la frontière et ont commencé à examiner le terrain. Au même moment, des équipements de génie mécanique lourds ont été transportés secrètement à la frontière nord.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Bouclier du Nord (Northern Shield ; Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

L’opération Northern Shield a officiellement commencé aux premières heures du lundi 3 décembre. Mais la recherche des tunnels a commencé la nuit à l’aide de mesures technologiques spéciales développées dans le sud, parallèlement à des mesures spécialement conçues pour le front nord. L’une des principales mesures développées pour localiser les tunnels est un véhicule d’ingénierie appelé “Ant”. Ce véhicule, équipé de capteurs capables d’entendre creuser dans le roc à travers la roche, patrouille sur le front nord depuis quelques années.

Initialement, Tsahal a pensé qu’il faudrait 24 à 48 heures pour exposer physiquement le premier tunnel, mais dans la pratique, cela n’a pris que deux heures [on en est déjà au quatrième]. “Les renseignements initiaux et la recherche technologique étaient très poussées”, explique le colonel Beck. “Lentement mais sûrement, nous réduisons la zone de recherche en utilisant un grand nombre de mesures technologiques. Les découvertes technologiques sont envoyées à un laboratoire spécial du Commandement Nord qui traite les informations géologiques, et les résultats sont renvoyés sur le terrain pour nous aider à localiser le tunnel avec précision. ”

Le premier tunnel découvert à Kafr Kela (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

Le premier tunnel découvert à Kafr Kela (Photo: Unité du porte-parole de Tsahal)

 

Trouver le tunnel n’est que la première étape. “Il y a un processus très intensif qui suit la découverte d’un tunnel, qui consiste non seulement à exposer le tunnel, mais également à s’assurer qu’aucune surprise -piégeage, etc- ne survienne de l’intérieur”, a-t-il déclaré.

Lorsque Tsahal a envoyé des robots dans le premier tunnel découvert, ils ont trouvé deux personnes à l’intérieur – des hommes du Hezbollah, dont un ingénieur tunnelier haut-gradé : Imad Azaladin Fahs- se dirigeant vers Israël. “Nous avons été surpris qu’ils aient pu entrer. Ils ont été repérés deux heures après le début de nos activités. De l’autre côté de la frontière, ils auraient pu voir le lourd équipement et remarquer notre activité. Ils auraient dû se rendre compte que nous étions dans ce tunnel. Ils sont probablement allés voir ce qui se passait, ce que nous faisions “, note Beck.

 

Des combattants du Hezbollah dans le tunnel (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

Des combattants du Hezbollah dans le tunnel (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

 

Et après?

“Nous nous préparons à un long séjour à la frontière nord. Nous travaillerons de manière organisée et systématique, zone par zone, pour écarter toute possibilité d’infiltration clandestine. En tant que commandant vétéran de l’armée, je suis épaté à chaque fois lorsque je vois les soldats et leur créativité, leur esprit d’initiative, les solutions qu’ils proposent … la guerre contre les tunnels est une guerre de l’esprit : l’ennemi tente de cacher, de dissimuler, d’induire en erreur – et ce, de la sorte, très habilement. Je ne sous-estime pas l’ennemi du nord ou du sud, ni son ingéniosité pour tenter de nous mettre en défaut. Mais nous sommes ici jusqu’à ce que la menace soit levée. ”

 

Missiles sur les VTT

Les tunnels ne sont qu’un moyen d’atteindre un but. L’ennemi est la force Radwan du Hezbollah, qui est directement exploitée par Hassan Nasrallah. L’unité d’élite compte entre 8 000 et 10 000 combattants, divisés en deux forces : une force d’intervention et une force spéciale. La force spéciale est censée briser l’obstacle construit par Israël à la frontière et infiltrer la Galilée, l’accent étant mis sur les 22 communautés israéliennes adjacentes à la frontière.

Au cours de la prochaine étape, la force d’intervention disposera d’une puissance de feu considérable, notamment de VTT équipés de missiles antichars Kornet, et fournira des tirs de couverture pour permettre la prise de contrôle d’une communauté, d’une base militaire ou d’un carrefour stratégique, éliminer toute force de Tsahal qui arrive sur les lieux. La force d’intervention comprend également des unités d’ingénierie et des tireurs d’élite qui dégageront le terrain pour les unités dotées d’équipements plus lourds.

 

Les lanceurs de missiles montés sur VTT du Hezbollah

Les lanceurs de missiles montés sur VTT du Hezbollah

 

Il y a trois scénarios différents correspondant à l’attaque du Hezbollah en Galilée. Le premier : une réponse à une attaque israélienne. La seconde : une attaque lancée par le Hezbollah dans le cadre d’un effort plus vaste pour surprendre Israël. Et le troisième, moins probable : utiliser les tunnels pour enlever des Israéliens. Le Hezbollah connaît bien la réaction réflexe de Tsahal. Lors des deux enlèvements majeurs, d’octobre 2000 à juillet 2006, la réaction instinctive de l’armée israélienne était de se rendre en territoire ennemi. L’enlèvement d’un soldat du territoire israélien pourrait être la première étape d’un plan visant à tendre une embuscade à la force israélienne, qui traversera la frontière à la poursuite et détruire ces unités en franchissement.

Tsahal cherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield

Tsahal cherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield

 

Incidemment, la défense israélienne est au courant de la force de VTT du Hezbollah depuis le 6 novembre 2016, alors que l’organisation organisait un défilé commémoratif à la suite de la conquête de la ville syrienne de Qusayr. Des dizaines de VTT étaient exposés, avec des missiles Kornet montés au sommet, à côté de chars et d’APC américains, équipés de missiles antichars que le Hezbollah avait reçus de l’armée libanaise. Les services de renseignement israéliens se sont rendus compte que le Hezbollah avait subi un changement important – tant en taille qu’en capacités – pendant la guerre civile en Syrie. Il est devenu la force constituant les “bottes sur le terrain” pour les Russes et la Force Qods iranienne, qui l’a commandé pendant certaines des batailles. Le Hezbollah a également servi d’avant-garde dans les assauts de l’armée syrienne. Une estimation approximative est que le Hezbollah a perdu près de 2 000 des 8.000 combattants envoyés en Syrie (1/4 de ses forces). Au moins la moitié de cette force est déjà rentrée au Liban.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Photo: Unité du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Photo: Unité du porte-parole des FDI)

 

Le nombre de combattants morts et blessés du Hezbollah a suscité de vives critiques au Liban, mais ces “frais de scolarité” (d’apprentissage) ont porté leur fruit. Les combattants sont rentrés au Liban après avoir reçu les leçons des meilleurs enseignants du pays : les Russes et les forces spéciales iraniennes. Ils ont appris à utiliser des avions de combat, des hélicoptères et des armements à guidage de précision. Leur expertise dans les combats, dans les zones urbaines est aujourd’hui d’une qualité bien supérieure. C’est ainsi que l’équipe d’élite du Hezbollah (“Nukhba”, terme qui se répète également à Gaza) a vu le jour. Maintenant, ils se ressourcent et se préparent à la possibilité de reprendre le conflit avec leur ennemi historique : Israël.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

Israël a commencé à remarquer l’évolution des doctrines du Hezbollah au début de la présente décennie, à la suite de la deuxième guerre du Liban en 2006 : le groupe terroriste met l’accent non seulement sur les tirs de missiles contre Israël et sur la construction d’un obstacle contre l’infiltration israélienne, mais aussi sur l’Offensive terrestre à l’intérieur du territoire israélien, l’objectif principal étant d’améliorer l’équilibre stratégique entre les deux parties belligérantes. Une telle démarche est supposée perturber les opérations de Tsahal, maintenir ses forces occupées à se défendre plutôt qu’à attaquer et à remporter une victoire psychologique.

La possibilité qu’il y ait des tunnels à la frontière nord a été explorée pour la première fois en octobre 2014, peu après l’opération Bordure Protectrice. La découverte des activités souterraines est intervenue après que Tsahal a identifié un élément secret des perspectives opérationnelles du Hezbollah. Il s’est avéré qu’il planifiait un assaut juste à travers la zone habituelle sur le terrain- en infiltrant la Galilée à travers l’épaisse végétation et les vallées – mais également par un chemin différent, les souterrains.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

Les luttes internes en Israël autour de l’existence des tunnels de Gaza ont, non seulement, accéléré la mise au point de mesures techniques d’identification des tunnels, mais ont également accru la sensibilité et l’ouverture à la possibilité que des tunnels soient creusés dans le nord. Le ministre de la Défense d’alors, Moshe Ya’alon, a pu recueillir 120 millions de dollars auprès des Américains pour appuyer le projet de découverte des tunnels. Tsahal a mis en place une équipe de renseignement sur les technologies et les opérations qui a commencé à travailler secrètement au sein du Commandement Nord.

L’équipe a commencé à analyser des zones stratégiques où le Hezbollah aurait pu creuser secrètement près de la barrière frontalière. C’est ainsi qu’ils ont atteint l’usine de blocs de béton de Kafr Kela, où le premier tunnel a été découvert. Les unités d’observation du renseignement qui surveillaient la zone de l’usine ont remarqué comment, en 2015, une génératrice et un poste de garde y sont apparus, tandis que les personnes qui y travaillaient changeaient peu à peu et que le site devenait lentement mais sûrement une installation militaire à toutes fins pratiques. Ces unités ont également suivi les camions qui sortaient du site avec de la terre.

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Avihu Shapira)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Avihu Shapira)

 

Le major général Aviv Kochavi, alors commandant du Nord du GDC, a pris à l’époque une décision sémantique, qui revêtait une importance opérationnelle : il n’était plus question de guérilla ni d’activité terroriste, mais de la reconnaissance d’une armée du Hezbollah. Les Forces de défense israéliennes ont compris que la menace globale du Hezbollah et de l’Iran – la capacité de frapper Israël par voie aérienne, terrestre et maritime, et désormais aussi sous terre – est totale.

 

Le troisième Mughniyeh

En 2016 et 2017, les forces de défense israéliennes ont commencé à travailler sur un projet de grande envergure d’un milliard de shekels, qui comprend le nettoyage de vastes zones de végétation de la clôture de la frontière, la construction de falaises pour empêcher l’infiltration de véhicules du côté libanais et la construction d’un mur complet de neuf mètres. – (30 pieds) le long de 13 kilomètres (8 milles) de frontière, assorti d’un plan pour éventuellement couvrir 130 kilomètres (80 milles) – s’il y a l’argent nécessaire. Au même moment, des changements ont été apportés au déploiement du Commandement du Nord, des plans ont été élaborés pour l’évacuation de la population, etc. Ce projet en surface est connu du public. Le projet souterrain, qui était également top secret dans les rangs du Hezbollah, est devenu l’un des plus grands secrets de l’État d’Israël.

Opérations de Tsahal visant à localiser les tunnels du Hezbollah près de Kafr Kela (Photo: AFP)

Opérations de Tsahal visant à localiser les tunnels du Hezbollah près de Kafr Kela (Photo: AFP)

 

Les forces de défense israéliennes ont compris que la force Radwan, formée au début des années 2000 en tant que force de sécurité personnelle de Nasrallah, augmentait de plus en plus. Ce qui a commencé avec plusieurs dizaines ou centaines de personnes a augmenté pendant la guerre civile syrienne jusqu’à plusieurs milliers.

L’unité Radwan porte le nom de l’un des fondateurs de la garde personnelle de Nasrallah, Imad Mughniyeh, surnommé al-Hajj Radwan. Il est devenu chef militaire du Hezbollah et a été assassiné en 2008 lors d’une attaque attribuée à Israël. Son fils Jihad a suivi ses traces : il a commencé comme commandant de la garde de Nasrallah et a gravi les échelons pour devenir le commandant des unités du Hezbollah sur les hauteurs du Golan, où il a également été éliminé, le 18 janvier 2015, aux côtés d’un général iranien en visite, AllahDadi.

En janvier 2017, un jour avant son opération chirurgicale, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eisenkot, a ordonné au major-général Kochavi, commandant du commandement nord du COG, de lancer une Opération pour détruire les tunnels à la frontière nord, dont la Direction des renseignements militaires (MID) était au courantà l’époque.

Le chef des FDI, Eisenkot, troisième à droite, avec Strick, commandant du Nord du COG, et d'autres officiers supérieurs organisant une évaluation de la situation dans le nord (photo: bureau du porte-parole de Tsahal).

Le chef de Tsahal, Eisenkot, troisième à droite, avec Strick, commandant du Nord du COG, et d’autres officiers supérieurs organisant une évaluation de la situation dans le nord (photo: bureau du porte-parole de Tsahal).

 

Depuis, les deux dernières semaines, un petit groupe d’officiers s’est réuni dans le bureau du chef de Tsahal pour discuter de l’avancement du projet d’élimination des tunnels. L’effort s’articule autour de trois axes : L’équipe technique, surnommée “l’axe gris”, a préparé l’opération de localisation et de destruction. “L’Axe Bleu” se prépare à l’éventualité d’une escalade menant à une guerre totale. Et «l’axe rouge», chargé de la guerre psychologique, agit constamment pour délégitimer le Hezbollah en tant qu’organisation violant la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a mis fin à la seconde guerre de 2006 au Liban.

La mise à nu des tunnels la semaine dernière a conduit à une série de condamnations internationales contre le Hezbollah, a renforcé la demande de sanctions plus sévères à l’encontre de l’organisation et est censée empêcher la vente d’armes de pointe par les États-Unis ou la France à l’armée libanaise, en tant qu’armes qui pourraient aboutir entre les mains du Hezbollah.

Tsahal avec des soldats de la paix de l'ONU à la frontière dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Avihu Shapira)

Tsahal avec des soldats de la paix de l’ONU à la frontière dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Avihu Shapira)

 

Le chef de l’armée israélienne, Eisenkot, a déclaré publiquement qu’Israël était au courant de tous les tunnels transfrontaliers du Hezbollah. Ce message était destiné à l’organisation terroriste : Vous n’avez plus aucun secret pour nous. Ce message s’appuie sur un autre message il y a deux mois envoyé par un haut responsable du Commandement Nord, qui a déclaré aux journalistes militaires, lors d’une réunion d’information, que la force Radwan ne pourrait même pas atteindre la frontière. Signification: elle sera éliminé avant cela.

Nous attendons maintenant le discours de Nasrallah. Les responsables de la défense israélienne estiment que le discours a déjà été écrit et que le Hezbollah discute du moment opportun. Ce discours pourrait révéler l’impact qu’a eu la guerre psychologique israélienne sur lui.

Lorsque le major-général Yoel Strick est entré dans le bureau du GOC Northern Command en mars 2017, l’opération (SOP) concernant l’exposition des tunnels était déjà en place. Strick a pris en charge les trois axes de l’effort et a tenu des discussions secrètes au sujet de l’opération dans son bureau.

Le major-général Strick en compagnie de soldats et d'officiers sur le terrain (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

Le major-général Strick en compagnie de soldats et d’officiers sur le terrain (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

 

Le chef de Tsahal a indiqué que l’été 2018 était la date butoir pour la destruction des tunnels, mais une crise à Gaza a éclaté à la fin du mois de mars 2018 et l’attention de l’état-major général s’est tournée vers le commandement sud. La crise avec la Russie qui a suivi la chute de l’avion des services de renseignement russes en Syrie en septembre a également contribué au report de l’opération.

Pendant tout ce temps, le chef d’Etat-Major de Tsahal – conjointement avec le Commandement du Nord, la Direction des opérations et la MID – a tenu des dizaines de discussions sur le calendrier de l’opération. Il a estimé qu’il était impératif de lancer l’opération avant que les tunnels ne soient prêts à être utilisés, compte tenu du risque de détérioration de la guerre sur le front nord dans les mois à venir, des efforts du Hezbollah pour convertir les roquettes ordinaires en missiles à guidage précis. L’organisation tente de rétablir sa présence sur le plateau du Golan sous le commandement d’un autre Mughniyeh : Mustafa Mughniyeh.

 

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

 

Eisenkot a également estimé que son successeur, en tant que nouveau chef de Tsahal, mettrait un certain temps à recevoir l’approbation de l’échelon politique pour lancer l’opération. Il est prudent de supposer que quelque part dans son subconscient, Eisenkot a également envisagé la possibilité d’élections anticipées qui pourraient retarder encore l’opération. Et d’une manière générale, il est préférable de devancer l’hiver de Galilée – ce qui rendrait toute activité plus difficile, en particulier de creuser dans la boue – et d’exposer les tunnels maintenant.

Le chef du département de recherche de MID, le général de Brigade Dror Shalom était favorable à la révélation de l’existence des tunnels au monde entier, mais il a demandé que ce soit fait à un moment différent, en invoquant des raisons professionnelles. Le chef du MID, le général Tamir Heyman, a décidé, à l’issue de discussions internes, qu’il était possible de lancer l’opération maintenant. Le chef de Tsahal a cherché à amener le Général de Brigade Shalom dans la discussion du Cabinet de sécurité qui déciderait sur cette question, afin qu’il puisse y présenter et expliquer sa position.

 

Les FDI recherchent des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l'opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole des FDI)

Tsahal recherche des tunnels du Hezbollah dans le cadre de l’opération Northern Shield (Photo: Bureau du porte-parole de Tsahal)

 

Le ministre de la Défense d’alors, Avigdor Lieberman, était favorable à ce que le général Shalom apparaisse devant le Cabinet, estimant que le centre de l’attention militaire devrait rester dans le sud. La raison : dans le nord, Israël dispose déjà d’une bonne connaissance des tunnels, il faudrait encore quelques mois au Hezbollah pour achever leur construction, et aucune évaluation de la situation n’a révélé que l’organisation chiite se préparait à une offensive dans la région Nord. Par conséquent, expliquait Lieberman, il n’y a aucune raison d’arrêter l’activité dans la bande de Gaza afin de déplacer les efforts vers le nord.

Déplacer l’attention militaire d’un front à un autre est une décision politique et c’est donc ce qui est arrivé au sein du Cabinet. Ainsi, lors d’une réunion du Cabinet tenue le 7 octobre, l’opération Bouclier du Nord, Northern Shield a reçu le feu vert. Il est important de noter que Lieberman a finalement autorisé l’opération après avoir reporté la décision à plusieurs reprises et demandé plus de renseignements à l’armée. Il a approuvé l’opération elle-même, mais pas son calendrier.

Il est raisonnable de supposer qu’aujourd’hui, les tunnels sont vides et ne contiennent aucune activité en cours. Il semble qu’après la découverte du premier tunnel par Tsahal, le Hezbollah a mis le projet en suspens. Sur la base de l’expérience passée, c’est là que l’organisation devrait en tirer des conclusions, les leçons de cette affaire et évaluerait la situationpour l’avenir. Le Hezbollah a de la patience et sa réaction , en matière d’ouverture de feu, ne sera pas nécessairement immédiate. Ils ne sont pas pressés. Ainsi, les jours de calme à la frontière depuis le lancement de l’opération Northern Shield n’indiquent rien. Ce pourrait aussi être une tentative de donner à Israël un faux sentiment de sécurité avant une provocation qui ne laisserait à Tsahal aucun choix de réponse que d’arrêter ses opérations.

 

Alex Fishman | Publié: 12.14.18, 23:22

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. Vachement long, le papier ! C’est plus des feuilles, c’est un rouleau !!
    Bon.
    Y’a plus court, glané sur Ynet.
    Mais c’est pas du jeu !
    .
    “Un général iranien se tire une balle dans la peau par accident
    AP | Publié: 12.16.18, 20:10

    Un général des gardes de la révolution qui a combattu en Syrie et en Irak s’est tué accidentellement en nettoyant une arme à feu.
    Selon un reportage publié dimanche sur le site Internet de la Garde, le général Ghodratollah Mansouri s’est tiré une balle dans la tête par accident alors qu’il nettoyait son pistolet.
    Mansouri était un vétéran de la guerre Iran-Irak des années 1980 et un “défenseur du sanctuaire”, une référence aux Iraniens qui combattent le groupe extrémiste “Etat islamique” en Syrie et en Irak.
    Depuis 2014, Mansouri était commandant régional des forces terrestres de la Garde dans la ville de Mashhad, dans le nord-est du pays, à environ 900 kilomètres à l’est de la capitale, Téhéran.”
    C’était un vétéran, qui disent…
    Je vais reprendre un peu de mlou’hiah, pour finir mon pain…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.