Israël n’était pas préparé à faire face à la menace des tunnels terroristes du Hamas pendant le conflit de 2014 dans la Bande de Gaza, selon un rapport du contrôleur de l’Etat qui devrait bientôt être rendu public….

Les conclusions de ce dossier explosif sont basées sur une série de documents déclassifiés qui rapportent des scissions internes, et décrivent des échanges houleux entre des membres du cabinet de sécurité et des hauts gradés pendant l’opération « Bordure protectrice ».
Le ministre de la Défense de l’époque, Moshe Ya’alon et l’actuel ministre de l’Education, Naftali Bennett, qui auraient mené une lutte acharnée l’un contre l’autre, ont été particulièrement cités dans cette affaire.
Le rapport en question fait aussi état de l’échec de Netanyahou et Ya’alon d’avoir suffisamment informé les membres du cabinet de sécurité de l’ampleur de la menace que représentaient les réseaux de tunnels terroristes du Hamas entre Israël et Gaza.
La coalition, qui a tenté d’empêcher la publication de ces informations, a vivement critiqué la manœuvre, affirmant qu’elle avait pour but de renforcer les critiques contre le Premier ministre.
Bennett a qualifié jeudi cette publication de « tremblement de terre » qui peut bouleverser l’institution de la sécurité, pointant du doigt la « rigidité de la pensée des dirigeants israéliens comme la racine du problème », lors d’un discours à la conférence annuelle de l’Institut des études de la sécurité nationale à Tel Aviv.
Il a par ailleurs déclaré publiquement avoir pris conscience de la gravité de la menace des tunnels terroristes uniquement par le biais de conversations tenues en dehors du cabinet de sécurité, et a reproché le manque de décisions fermes de la part de Netanyahou lors de réunions officielles.
« Il y a des dizaines de tunnels à Gaza qui ont pour but de kidnapper (des soldats), ils ne sont pas là pour rouiller », avait déclaré Bennett face à Ya’alon, le 30 juin 2014 au cours d’une réunion du cabinet, quelques heures après la découverte des corps des 3 jeunes israéliens kidnappés en Judée-Samarie par le Hamas.
« La réponse contre l’attaque a été jusqu’à présent, une réponse faible et gênante », avait-il ajouté.
D’après Yediot Ahronot, Ya’alon a déclaré le 1er juillet 2014 que selon ses propres conclusions, le Hamas n’avait pas l’intention d’exploiter ces tunnels pour d’éventuelles attaques.
« L’objectif est maintenant de contenir », avait alors déclaré Netanyahou, apparemment en accord avec Ya’alon.
Le jour suivant, le ministre de la Défense aurait déclaré qu’une opération au sol, vivement défendue par Bennett, pourrait avoir de graves répercussions sur Israël.
« Je suis contre une action dans les tunnels, ils peuvent nous engloutir », avait défendu Ya’alon auprès du cabinet de sécurité.
Lorsque l’opération « Bordure protectrice » a été lancée une semaine plus tard, Ya’alon a accusé Bennett de saper son autorité.
« J’ai fait l’armée, tu ne viens pas du terrain et tu n’as pas à me dire quoi faire ou ne pas faire, tu m’entends ? », a crié Ya’alon à Bennett, qui a répondu: « Je le fais si la vérité n’est pas révélée ».

« Cette opération a été menée de manière responsable, ferme et affirmée » a déclaré le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui a rejeté mardi soir les accusations de négligence et de scissions internes au cabinet de sécurité pendant l’opération « Bordure protectrice » à Gaza en 2014.

Selon un rapport du contrôleur de l’Etat qui devrait bientôt être rendu public, Israël n’était pas préparé à faire face à la menace des tunnels terroristes du Hamas pendant le conflit de 2014 dans la Bande de Gaza.

« Comment peut-on dire que la menace n’a pas été présentée au Cabinet ? », s’est indigné Netanyahou lors de son intervention à la Fédération des autorités locales d’Israël.

« Je l’ai présenté comme l’une des quatre principales menaces stratégiques qui met en danger Israël », a-t-il ajouté.

Site IDF/Tsahal

Site IDF/Tsahal
« Tunnel terroriste de Gaza vers Israël »

Le Premier ministre a affirmé qu’il avait abordé ce sujet pour la première fois en 2013 et que le 12 janvier 2014, soit 6 mois avant le début de l’opération à Gaza, « j’ai spécifiquement mentionné les tunnels et les missiles » aux forces de sécurité israéliennes.

Il a par ailleurs assuré que « conjointement avec le ministre de la Défense et le chef d’état-major, cette opération a été menée de manière responsable, ferme, informée, et affirmée ».

« L’actuel chef d’état-major a déclaré que la région frontalière avec Gaza n’a pas été aussi calme depuis la guerre des Six Jours. Le Hamas a reçu un coup dévastateur. Les villes de la région frontalières sont en pleine effervescence », s’est-il félicité.

Le Premier ministre a noté que c’était juste la «pointe de l’extrémité de l’iceberg» de ce qui a été discuté dans les réunions. « Comment peut-on dire que la menace [tunnel] dans toute sa gravité n’a pas été présentée au cabinet de sécurité », a répondu le premier ministre.

JPOST I24

1 COMMENTAIRE

  1. Il suffit de se reporter aux articles de l’époque pour constater que Bibi avait précisé que la lutte contre les tunnels était l’un des objectifs de l’opération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.