Deux passeports ayant appartenu à Theodor Herzl viennent de subir une procédure de conservation très minutieuse réalisée par un spécialiste venu tout spécialement de Londres et iront rejoindre ces jours ci les archives de l’Organisation Sioniste Mondiale à Jérusalem.

Deux passeports ayant appartenu à Theodor Herzl

Le premier délivré en 1884, Herzl a 24 ans, vient d’obtenir son doctorat en droit et part en vacances en Allemagne et à Paris. La couverture porte le symbole de l’empire austro-hongrois et le nom de l’empereur François-Joseph et il est rédigé en hongrois la langue officielle et en français alors la langue diplomatique. A ce moment-là pas de photos dans les passeports mais la description de son détenteur. « Grand, tête ovale, cheveux noirs, yeux bruns, structure de la bouche et du nez normales. » Voilà comment est décrit celui qui sera l’un des premiers à mettre en place l’idée d’un État autonome juif. Pas de mention de sa célèbre barbe et pour cause, il ne commencera à la faire pousser qu’un an plus tard…
Le second passeport lui date de juillet 1903 et s’il est si historique c’est car c’est celui qu’utilisera Herzl pour promouvoir l’idée d’un Etat Juif en Palestine. Les cachets témoignent de son voyage à Saint-Pétersbourg où il se rend dans le but de gagner le soutien de l’élite russe dans la réalisation de l’idée sioniste et les convaincre de faire pression sur les Ottomans pour qu’ils acceptent de délivrer aux Juifs une charte de colonisation en Terre d’Israël.
Il se rapproche de toutes personnes susceptibles de l’aider. Le Baron Edmond de Rothschild qui a déjà commencé à acheter des terres en Palestine depuis 1882. En 1901, il rencontre le sultan de l’Empire Ottoman pour le convaincre de laisser les Juifs s’installer en Palestine. Fin de non-recevoir. Il demande des lettres de soutien au pape qui le reçoit en 1904, au roi d’italie Victor-Emmanuel III et se rend même à Istanbul en Empire ottoman, à Sofia et en Bulgarie pour rencontrer des délégations juives. À Londres, il reçoit un mandat d’encadrement de la part des sionistes de l’East End de Londres qui sera approuvé par toutes les organisations juives sionistes mondiales.
Cette procédure de conservation des passeports s’inscrit dans le cadre des préparatifs des célébrations qui marqueront, fin août, en Israël et à Bâle où il s’est tenu le 29 août 1897, le 125e anniversaire du premier congrès sioniste initié par Herzl.
On en parle dans mon Journal quotidien de la Culture sur #radiojfrance
Nathalie Sosna-Ofir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.