Les États-Unis font pression sur Israël pour qu’il modifie ses plans à Gaza.

Les hauts responsables de l’administration Biden souhaitent que les citoyens soient protégés et font pression pour qu’Israël passe à davantage de frappes chirurgicales, au détriment de la vie des soldats israéliens.

D’un autre côté, les hauts responsables israéliens estiment que les actions menées à Gaza étaient exactes, tout en reconnaissant qu’en tout état de cause, le conflit devait être violent et difficile.

Les États-Unis font pression sur Israël pour qu’il modifie ses plans pour la prochaine phase de la guerre à Gaza afin de mieux protéger les civils et de repousser les critiques selon lesquelles la Maison-Blanche aurait donné carte blanche à l’armée israélienne dans la guerre contre le Hamas.

Israël devrait, en plus de ses problèmes vitaux, ne pas perturber la réélection de Biden qui est de toute façon foutue.

La pression américaine pour qu’Israël mène une guerre plus chirurgicale marque un changement par rapport au soutien massif apporté par le président américain Joe Biden au début de la guerre pour éliminer le Hamas, et est maintenant au centre d’intenses discussions entre Biden et le Premier ministre israélien Benjamin et sur la manière de gérer le conflit. Conflit sur lequel Washington a travaillé aux côtés de ses alliés arabes afin de l’empêcher de s’étendre en dehors de Gaza.

Même si les États-Unis continuent de soutenir l’objectif d’Israël de détruire le Hamas, ils espèrent réduire l’effusion de sang, même si le Hamas opère en dehors des zones civiles. Le nombre de victimes civiles – plus de 15 000 Palestiniens, pour la plupart des femmes et des enfants – inquiète les législateurs démocrates et d’autres Le bilan palestinien, basé sur les autorités sanitaires de Gaza contrôlées par le Hamas, ne fait pas de différence entre les terroristes et les civils.

L’administration Biden exhorte Israël à mener des frappes aériennes avec des armes de précision lorsque les combats reprendront, tout en s’assurant que les infrastructures civiles telles que les hôpitaux et les systèmes d’égouts et d’électricité ne figurent pas parmi les cibles, ont déclaré des responsables américains.

La retenue que les États-Unis demandent maintenant intervient à un moment où les dirigeants israéliens signalent qu’ils poursuivront la guerre dès l’expiration du cessez-le-feu, prolongé jusqu’à jeudi, contre les monstres et dirigeants du Hamas », a déclaré Gantz.

En plus d’inciter à davantage de frappes aériennes chirurgicales, l’administration Biden rejette le projet israélien de déplacer la majeure partie de la population de Gaza vers une « zone de sécurité » dans une bande étroite appelée al-Mawasi près de la côte, a déclaré un haut responsable de l’administration. « Vous ne pouvez pas avoir une ampleur de déplacement de résidents qui s’est produite aussi bien au nord qu’au sud », a déclaré lundi un haut responsable de l’administration. « Ce sera plus que perturbateur. Cela dépassera les capacités de tout réseau de soutien humanitaire, aussi renforcé soit-il. »

Les responsables de l’ONU ont affirmé que la zone était trop petite et aride pour accueillir des milliers de citoyens déjà déplacés. Au moins 1,7 million de personnes sur la population de Gaza – environ 2 millions – ont été déplacées par le conflit, selon l’ONU. Des responsables américains ont déclaré mardi qu’ils pensaient qu’Israël commençait à abandonner le programme de zones de sécurité.

Au lieu de cela, les États-Unis demandent à Israël de désigner comme lieux de refuge les zones autour des installations de l’ONU ou d’autres infrastructures protégées, au profit des civils que Tsahal tentera d’éviter de blesser. Deux millions de Gazaouis assiégés, même après la reprise des activités militaires.

Les responsables américains ont également cherché à persuader Israël d’organiser la guerre, ce qui pourrait aider à libérer des otages au fur et à mesure de sa progression, a déclaré un autre haut responsable de l’administration. Israël a adopté une telle approche ces dernières semaines, et les responsables américains l’ont citée comme un exemple de la réponse de Tsahal aux conseils américains.

De cette manière, Tsahal peut s’arrêter pendant une période déterminée pour permettre la libération des otages, sans perdre de terrain jusqu’à la reprise des activités contre le Hamas.

De hauts responsables israéliens indiquent qu’ils restent déterminés dans leur intention de démanteler le contrôle du Hamas sur Gaza et d’éliminer l’organisation. La mise en œuvre d’une telle stratégie, tout en équilibrant la nécessité de réduire les dommages causés aux civils, peut s’avérer complexe si les dirigeants du Hamas fuient vers des zones civiles que Tsahal voulait éviter depuis le début.

Le secrétaire d’État du Département d’État, Anthony Blinken, reviendra en Israël plus tard cette semaine et, à son arrivée, il devrait accroître l’intensité du message de l’administration Biden.

De hauts responsables israéliens ont déclaré à leurs homologues américains qu’ils s’attendaient à ce que la prochaine phase des combats à Gaza progresse différemment des premières semaines de la guerre. Cependant, on ignore exactement dans quelle mesure Israël mettra en œuvre les propositions de l’administration Biden, même après que les responsables américains ont publiquement exprimé leurs attentes.

De hauts responsables israéliens estiment que les actions d’Israël dans la bande de Gaza étaient correctes, tout en reconnaissant que, de toute façon, le conflit s’annonçait violent et difficile. Mais, entre-temps, Israël a frappé durement le Hamas, même dans les zones densément peuplées, ce qui a suscité des critiques internationales et des inquiétudes de la part de hauts responsables américains.

Même si les forces de Tsahal cherchaient à éviter les combats dans les zones définies, le Hamas pourrait envoyer des terroristes dans ces zones, ce qui entraînerait des opérations militaires autour des installations ou des hôpitaux de l’ONU, ont déclaré de hauts responsables américains.

Israël a divisé la bande de Gaza en plus de 600 sections, ont indiqué des officiers de Tsahal. Le réseau de quartier, qui comprend également d’autres unités géographiques, permet désormais à Israël d’indiquer aux citoyens, en distribuant des dépliants, des SMS et des conversations sur leurs téléphones portables, où ils doivent évacuer. afin de ne pas être blessés. Cette communication aide les civils à utiliser un couloir sûr qui se trouve en dehors des zones où les tirs sont dirigés, ont indiqué les officiers.

« Nous avons envoyé des millions de messages texte ou vocaux, nous avons passé des dizaines de milliers d’appels de Tsahal et du Shin Bet pour dire aux gens d’évacuer », a déclaré mardi un officier de Tsahal.

Les responsables américains soulignent d’autres domaines dans lesquels Israël a changé de position, notamment la possibilité d’apporter de l’aide humanitaire à Gaza dans le cadre d’une trêve temporaire dans les combats contre le Hamas. Auparavant, les États-Unis avaient exhorté Israël à autoriser l’utilisation d’usines de dessalement pour fournir de l’eau potable et à renouveler les réseaux de communication, ce qu’Israël a fait depuis, ont déclaré des responsables américains.

Cependant, l’administration Biden a clairement indiqué qu’un soutien humanitaire accru était nécessaire et elle continue de faire pression sur Israël pour qu’il ne déplace pas davantage de Palestiniens. « Nous ne soutiendrons pas l’activité militaire dans le sud de la bande de Gaza à moins qu’Israël puisse montrer qu’il prend soin de toutes les personnes déplacées à Gaza », a déclaré mardi aux journalistes le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby. Il a ajouté que les États-Unis ne soutiennent « aucune réinstallation permanente » en dehors de Gaza, ni un déplacement significatif des habitants de la bande de Gaza.

Les Israéliens « entendent le message », a déclaré Kirby, ajoutant : « Je ne parlerai pas au nom d’Israël. Ce ne serait pas approprié, mais nous avons été très clairs et cohérents ».

JForum.fr & Globus

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Biden et sa clique commencent à nous emmerder sérieusement !
Il a besoin d’une victoire diplomatique avant les prochaines élections présidentielles, et il doit obligatoirement, faire libérer les otages américains.
Qu’il se fasse balader par le Qatar ne regarde que lui, il n’a pas à dicter la stratégie militaire de Tsahal et de son commandement militaire.
Il est vital de résister à tous les dirigeants qui exigent un arrêt des combats, sans parler des déclarations alarmistes de tous les départements de l’ONU.
Plus les trêves/houdnas se prolongent et plus Tsahal est exposé aux attaques du hamas qui n’est pas encore complètement terrassé/détruit.
Il faut déjà commencer par limiter l’entrée des aides humanitaires,et tant pis pour tous les donneurs de leçons planétaires, Micron le gamin de 17 ans, en tête.
C’est toujours la même chanson, les pressions internationales interdisent toujours à Israël de finir le travail, cette fois-ci, il faut aller jusqu’au coup de force, c’est vital…