Aviv Kochavi  en visite officielle à Washington

Aviv Kochavi achève ses deux premiers jours de visite aux Etats-Unis

Le chef d’état-major de Tsahal achève ses deux premiers jours de visite de travail aux Etats-Unis. Il a eu une série d’entretiens au Pentagone et a assisté à une cérémonie au cimetière militaire d’Arlington lors de laquelle il a déposé une gerbe sur le mémorial du Soldat inconnu.

Aviv Kochavi a été reçu avec les honneurs au Pentagone par son homologue américain, le général Mark A. Milley puis a été reçu par le secrétaire à Défense Llyod Austin.

Les séances de travail ont porté sur les défis communs aux Etats-Unis et à Israël et en premier de liste la menace iranienne sur le plan nucléaire comme sur le plan hégémonique régional. Aviv Kochavi a exposé à ses interlocuteurs les failles de l’accord nucléaire qui permettent à l’Iran de poursuivre son programme et opposer des obstacles aux inspections. Le chef de Tsahal a attiré leur attention sur les dangers d’un retour à l’accord originel et a demandé, au nom d’Israël, de tout faire pour empêcher l’Iran d’avancer vers l’arme nucléaire. Aviv Kochavi a également évoqué le Hezbollah et les missiles de haute précision ainsi que la question de Gaza. Enfin, il a présenté aux Américains les méthodes employées par Tsahal lors de l’Opération « Gardiens des Murailles » et les acquis opérationnels de cette campagne.

A l’issue de la série d’entretiens, le chef d’état-major de Tsahal a déclaré : « L’alliance stratégique et militaire entre Israël et les Etats-Unis est un pan très important dans le dispositif de défense nationale de l’Etat d’Israël. La coopération entre nos armées redouble notre puissance et constitue un intérêt commun qui va en se renforçant ces dernières années. Nous continuerons à œuvrer ensemble face aux défis communs au Moyen-Orient ».

Aviv Kochavi a certes été reçu avec tous les honneurs et a sans doute été écouté avec attention par ses hôtes. Mais la décision politique a déjà été prise à la Maison-Blanche de revenir le plus rapidement à l’accord avec l’Iran.

Inquiétude en Israël suite à de nouvelles informations sur l’accord américano-iranien

Le lieutenant-général Aviv Kohavi, chef d’état-major de Tsahal, avait débattu jusqu’à la dernière minute de l’opportunité de se rendre ou non à Washington samedi. La volatilité du secteur de Gaza a de nouveau menacé de faire dérailler le voyage, comme ce qui s’est passé le mois dernier lorsque les tensions sécuritaires ont déclenché l’opération « Gardien des murailles ».

Les informations obtenues par Israël ces derniers jours indiquent la volonté de Washington d’éliminer presque complètement les sanctions économiques actuellement imposées à l’Iran et de faire des concessions de grande envergure concernant le mécanisme international de surveillance de ses activités nucléaires.

L’élection d’Ebrahim Raisi comme prochain président de l’Iran signifie que Téhéran maintiendra probablement son approche belliciste des pourparlers nucléaires de Vienne, donc un accord ne devrait pas être conclu dans les prochains jours. Cela donne à Israël une fenêtre d’opportunité étroite pour essayer d’influencer l’administration Biden et, par la suite, l’accord nucléaire naissant.

Kohavi sera le premier haut responsable israélien à relever le défi dans le cadre du changement de politique du gouvernement israélien. Alors que Benjamin Netanyahu a déterminé que l’accord nucléaire était fondamentalement vicié et a interdit aux hauts responsables de la sécurité et aux diplomates de discuter de ses détails avec les Américains, le Premier ministre Naftali Bennett a adopté une approche différente, affirmant qu’un accord troublé vaut mieux quel accord terrible. En d’autres termes : puisque les États-Unis se sont déjà prononcés en faveur du renouvellement de l’accord nucléaire, Israël doit faire autant de limonade que possible avec le citron qu’on lui a donné.

À première vue, il semble que les chances de succès de Kohavi (ainsi que des autres hauts responsables israéliens qui devraient se rendre à Washington dans les semaines à venir, dont le président Reuven Rivlin et le nouveau directeur du Mossad David Barnea) ne soient pas élevées. Dans tous les cas, l’effort en vaut la peine. L’Iran est beaucoup plus proche d’une arme nucléaire aujourd’hui qu’il ne l’était lorsque les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire initial en 2018 ; en l’absence de motivation américaine pour maintenir une pression maximale sur Téhéran – et encore moins le menacer militairement – de nouveaux moyens doivent être trouvés pour retarder les progrès constants et déconcertants de l’Iran dans tous les paramètres de sa recherche et développement nucléaires.

Mais les négociations avec Washington – qui seront sûrement présentées au Cabinet lors de sa première réunion dimanche – ne sont qu’une partie des décisions que le nouveau gouvernement doit prendre par rapport au programme nucléaire iranien. En plus de perfectionner l’option militaire (qui nécessite une approbation budgétaire et opérationnelle spéciale), Israël doit établir d’autres voies d’action pour s’assurer que l’accord nucléaire est élargi et mis en œuvre comme le prétendent les Américains. Il doit également réancrer les ententes sur la soi-disant « guerre entre les guerres » contre l’Iran, ses efforts pour établir une présence en Syrie et armer le Hezbollah au Liban.

Vraisemblablement, les Américains, pour leur part, tenteront de défier le nouveau gouvernement israélien sur la question palestinienne. Il est peu probable que ce gouvernement à plusieurs têtes puisse avancer sur cette question (et ne le voudra probablement pas), mais la paix et la tranquillité en Judée-Samarie peuvent être achetées avec de l’argent, des projets et d’autres plans à long terme. En ce qui concerne Gaza, Israël a besoin d’une légitimité internationale pour s’opposer fermement au Hamas lorsque les négociations commenceront enfin au Caire ; et alternativement, être en mesure de riposter militairement si les incendies criminels transfrontaliers persistent.

Ces questions nécessiteront un leadership coordonné et pratique. Le cabinet de sécurité diplomatique s’est rarement réuni sous Netanyahu, une tendance qui est susceptible de changer. Le gouvernement ferait bien d’éviter les débats inutiles et de se concentrer sur la définition de la stratégie et la prise de décisions. Au-delà de l’Iran et de l’arène palestinienne, il y a des défis sur tous les fronts, y compris internes, qui nécessitent des solutions : du budget national, la structure de Tsahal et ses plans à long terme, à la réduction du service militaire obligatoire, la relocalisation des sièges de la Direction du renseignement militaire dans le Néguev et la crise aiguë de motivation à servir en premier lieu.

Jforum avec Shraga Blum  et  infos-israel.news

Photo porte-parole de Tsahal

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.