Après la fureur, la question palestinienne suscite l’apathie

7
918

Là où il y avait de la fureur, la question palestinienne suscite maintenant l’apathie

La région ne considère plus le sort des Palestiniens comme un point d’ancrage, ou – dans certains cas – même une cause qui mérite d’être défendue haut et fort

Une protestation contre le plan de paix américain au Moyen-Orient dans la ville de Gaza.
 Une protestation contre le plan de paix américain au Moyen-Orient dans la ville de Gaza. Dans la région élargie, le plan de Donald Trump a suscité peu d’indignation. Photographie: APAImages / Rex / Shutterstock

Pendant une grande partie des 70 dernières années, la cause de la Palestine a agité la rue arabe. Du Yémen au Maroc et à tous les points intermédiaires, les lamentations ont été chantées et inscrites dans la poésie alors que les décennies montaient sans État palestinien. Les hommes d’État de la région ont construit leur carrière en se tenant aux côtés d’un peuple sans terre. Des guerres ont été menées et perdues en son nom.

Après l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, qui a lentement commencé à changer et au moment où l’Iran est devenu la préoccupation des États-Unis et de ses alliés dans la région, les Palestiniens ont été jetés dans le rôle inconnu consistant à jouer au deuxième violon. Puis vint Donald Trump , et depuis, la cause autrefois primordiale de la région a à peine obtenu un siège dans la fosse d’orchestre.

Le dévoilement du “plan de paix” très différé du président américain au Moyen-Orient n’a suscité ni enthousiasme ni colère – seulement de l’apathie – dans une région qui ne considère plus le sort des Palestiniens comme un point d’honneur central, ou – dans certains cas – simplement même une cause qui mérite d’être défendu à haute voix.

 Trump dévoile un “ accord ultime ” pour la paix au Moyen-Orient – vidéo

Jusqu’à présent, le pendule a basculé, au point que les ambassadeurs d’Oman, de Bahreïn et des Émirats arabes unis étaient présents lorsque Trump a dévoilé le plan à la Maison Blanche. Ce n’était plus le soutien chuchoté dans l’ombre, mais plutôt une approbation très publique.

Même en Jordanie et au Liban, qui sont plus liés que les autres pays à ce qui pourrait suivre, le lancement n’a suscité que peu d’indignation. Alors que Trump parlait, le sud de Beyrouth, longtemps un bastion de résistance à Israël, était orné d’affiches du général iranien pris pour cible et éliminé, Qassem Suleimani et du Hezbollah soutenu par l’Iran au Liban, a déclaré que le plan américain n’aurait pas eu lieu sans la “complicité et la trahison” de plusieurs États arabes. Le reste de la ville s’est senti alourdi par ses préoccupations les plus pressantes – comment contourner une crise économique.

Riyad, qui tirait une grande partie de son influence régionale de la défense des Palestiniens, était muette à l’approche de l’heure. De même, Abu Dhabi, qui partage l’attention de son plus grand voisin sur l’Iran et les Frères musulmans, et dénonce les liens de ce dernier avec le groupe palestinien Hamas. Au Caire, socle des premières années des luttes palestiniennes, il a été peu question d’un plan visant à réduire la portée des accords passés avec les dirigeants précédents.

Il ne devait pas y avoir de retour aux lignes de 1967, seulement un soupçon de contrôle arabe d’une partie de Jérusalem-Est, des implantations israéliennes seraient annexées et la vallée du Jourdain maintenue sous contrôle israélien. Il y avait des suggestions de liens terrestres entre Gaza et la Cisjordanie, et les restes du contrôle palestinien pourraient être appelés un État ; mais aucun dirigeant palestinien ne pouvait ou n’oserait y aller. “C’est comme être invité au dîner de Noël après qu’il ne reste que les os de la dinde”, a expliqué Raad Ghandour, un Palestinien de 36 ans du camp de Sabra Shatila dans la capitale libanaise. “C’est honteux de proposer une telle chose.”

Malgré l’énorme changement par rapport à ce que les États-Unis ont déposé en 2000 au sommet de Bill Clinton à Camp David et ce qu’ils sont prêts à faire maintenant, il n’y a eu aucun retrait parmi ses alliés – qui avaient tous été informés à l’avance. L’Arabie saoudite, en particulier, a fait partie intégrante du processus préparatoire; le prince héritier du pays est en bons termes avec le gendre de Trump et conseiller pour le Moyen-Orient, Jared Kushner, qui a élaboré le plan. Le duo était venue partager de nombreux aspects d’une vision du monde, en particulier les idées qui ony conduit l’état d’esprit transactionnel de Trump.

Les Palestiniens étaient devenus un fardeau, financièrement et politiquement, et ne valaient plus l’investissement, avait conclu l’héritier saoudien du trône. Après tout, il y avait de plus gros poissons à faire frire en Iran, et Israël pourrait les aider à le faire.

L’amélioration des relations avec Israël au cours des trois dernières années a visé à conditionner le royaume au changement d’approche – et d’ennemi. Au cours du week-end, Israël a autorisé ses citoyens à se rendre en Arabie saoudite à des fins religieuses ou commerciales. Les États du Golfe assouplissent également l’interdiction de voyager dans un pays qui a longtemps été considéré comme un obstacle à la paix régionale, mais qui est, de plus en plus, considéré comme un partenaire.

Là où en sont les Palestiniens, ou une cause qui a galvanisé la région depuis si longtemps, reste un problème très alarmant pour beaucoup de ceux qui ne voient pas de paix durable tant que les griefs nés de la déclaration de l’État d’Israël en 1948 restent sans réponse.

Il y aura des protestations pour la forme, de la part des pays qui ont souscrit à un changement historique aussi profond, et prétendent qu’une solution à deux États reste essentielle.

Mais cette annonce ressemble beaucoup au glas de la formule autrefois envisagée par les prédécesseurs de Trump. La conversation a maintenant évolué si loin dans une direction qu’elle est susceptible d’en rester là. Et ceux de la région qui autrefois, se faisaient les champions de la cause ne semblent plus s’en soucier.

theguardian.com

7 COMMENTS

  1. Ce sera très difficile pour les palestiniens de sortir de leurs fantasmes car des décennies de propagande ont produit leurs effets. Pour en sortir, il faut changer les têtes, au propre comme au figuré. Mais le plan Trump a l’avantage d’avoir été préparé en consultation avec les pays arabes modérés de la région. Il a de plus la modestie de se donner 4 ans pour réussir, de donner du temps au temps. Du temps nécessaire pour que les esprits, après s’être échauffés, puissent envisager de nouveaux horizons et le verre a moitie plein. J’ai de l’espoir car une page importante a bien été tournée.

  2. En 2000, Ehud Barak avait offert 90% de la Cisjordanie. Trump 75%. Le prochain ce sera 50% et puis rien du tout.

    Le plan TRUMP n’est certainement pas parfait et il reste encore de nombreux points à éclaircir., voire à négocier. Mais il a le mérite d’exister et de prévoir dans le détail une solution à chaque point de friction de ce conflit : Frontières, Jérusalem-Est, statut des implantations comme Maalé Adoumim et Ariel, sort des réfugiés du Liban et d’ailleurs qui ne reviendront pas en Israel, etc.

    Si la France a un autre plan plus intelligent et avec plus de chances d’aboutir, qu’elle le présente également au monde entier et dans le détail, et qu’elle ne se contente plus de cette formule creuse de “2 états sur la base des frontières de 1967 et Jérusalem-Est capitale de la Palestine”.

    Questions à la France sur son plan : Que devient l’esplanade du Kotel et le Quartier Juif de Jérusalem-Est ? Que deviennent les 600.000 juifs habitant la Judée-Samarie et notamment les habitants de Maalé Adoumim et Ariel ? Que deviennent et où vont les fameux 5 millions de réfugiés ? Etat palestinien militarisé ou démilitarisé ? Israel “Etat juif” ou pas ? Etc……

    La France se garde bien d’entrer dans le détail de son plan, car on verrait alors les véritables objectifs du Quai d’Orsay !

    Maintenant que l’on connaît d’un coté le plan américain, je préconiserais à la presse hexagonale et internationale, notamment israelienne et américaine, d’harceler les politiciens français et les journaleux français qui nous saoulent à la TV avec leur incompétence et leur vision étriquée, pour qu’ils abattent leurs cartes et détaillent à leur tour leur plan.

    Le match ne sera que plus équitable.

  3. Il n’y a que Macron et le Quai d’Orsay pour croire encore à une telle connerie
    2 états et Jérusalem pour capitale.
    D’ailleurs, je n’ai pas entendu notre minable président s’exprimer.
    ROSA

  4. LES PAYS ARABES ONT ENFIN COMPRIS QUE LES PALESTINIENS N ONT JAMAIS VOULU LA PAIX LEUR SEUL DÉSIR A EN CROIRE C EST D ÊTRE RÉFUGIÉS POUR L ÉTERNITÉ.

    • Je pense surtout que les peuples de la région comprennent que les Palestiniens n’existent pas vraiment. Quand tout le monde aura compris cela, le probleme palestinien aura disparu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.