Suivez le guide: les sources du Banias

 Photo Doron Horovitz / Flash 90

Le parc national de Banias se trouve à la frontière du plateau du Golan et du « doigt » de la Galilée. C’est un site naturel d’une grande beauté, à la végétation luxuriante (peupliers, chênes, pistachiers), car il est irrigué par des ruisseaux et de splendides cascades. Cette eau en abondance provient du mont Hermon : la roche du Hermon étant faite d’un très vieux calcaire (de l’époque jurassique, datant de 150 à 200 millions d’années), la montagne, comme une grande éponge, absorbe la pluie et la neige qui s’y déversent, et toute cette eau rejaillit à Banias sous forme d’une gigantesque source d’environ 125 millions de mètres cubes d’eau chaque année. L’eau sort de la roche à 15 degrés, créant de magnifiques piscines naturelles ainsi que des cascades, dont une de dix mètres de haut. Banias donne également son nom à une rivière qui constitue l’un des trois affluents du Jourdain, avec le Dan et le Hatsbani.

C’est sans doute la présence de cette eau à profusion qui explique la très ancienne et très riche histoire de Banias. On y a retrouvé des traces d’habitation datant de l’âge de fer, mais c’est à l’époque hellénistique, avec les conquêtes d’Alexandre le Grand (332 avant notre ère), que le site va se développer le plus fortement.

Un temple dédié au culte du dieu Pan y est érigé (dans la Grèce antique, Pan était le dieu des villages, de la chasse, des bergers et de la musique), et une grotte lui est également consacrée – aujourd’hui encore, on peut voir les traces de cette grotte, et même une inscription en grec dédiée au dieu Pan. Le site se nomme alors Paneas ou Panium. C’est là que, en l’an 200 avant notre ère, aura lieu une grande bataille entre les Ptolémées, héritiers d’Alexandre le Grand, et les Séleucides. La victoire de ces derniers leur assurera le contrôle de toute la région jusqu’à la révolte des Maccabées.

 Photo Yossi Zamir / Flash 90

Après la conquête romaine, cette région est donnée au roi Hérode le Grand. Il va développer Paneas et y construire un temple dédié à l’empereur romain César Auguste. Une grande voie romaine – un cardo – y est bâtie, ainsi que différentes constructions, notamment des ponts, dont on peut voir les restes datant de cette époque. À la mort d’Hérode, son empire est divisé entre trois de ses fils et cette région revient à Philippe, dit Philippe le Tétrarque, qui fait de Paneas sa capitale et la rebaptise Césarée Philippe. (…)

À l’époque byzantine, le culte de Pan est abandonné et le temple détruit. L’ancien palais royal est transformé en thermes. Après la conquête de la région par les Musulmans au VIIe siècle, la ville prend le nom de Banias. Pendant la période des croisés, la ville devient une zone frontière : des tours de garde, des fortifications et des douves y sont construites. Après la chute des croisés, la ville perd en importance et se réduit à un petit village.

D’abord ottoman au début du XXe siècle, le site devient français après la Première Guerre mondiale, avec la mise en place du mandat français en Syrie. Syrienne entre 1944 et 1967, Banias fait partie du territoire israélien depuis la guerre des Six Jours. Elle devient alors une réserve naturelle, et des fouilles archéologiques y sont entreprises qui révèlent l’un des sites naturels et historiques les plus impressionnants de la région.

Plusieurs parcours de promenades sont possibles dans le parc ; l’un des plus beaux passe par un pont en verre qui enjambe la rivière pour mener jusqu’aux grandes cascades : frissons garantis !

Jérôme Haas – Guide touristique – www.guideisrael.fr

 Photo Yossi Zamir / Flash 90

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.