À la découverte de « l’ancienne maison du roi David »

Au sommet d’une colline entre Hébron et Ashkelon, se trouve un campement tentaculaire qui domine des forêts, des terres agricoles fertiles et des champs de fleurs sauvages

Alors qu’il survolait la vallée Elah en 2007, l’archéologue Saar Ganor qui observait alentour, vit un étrange relief saillant. Après de plus amples observations, il se demanda si cela pouvait être une partie d’une ancienne citée. Il avait vu juste. Les fouilles menées par Yosef Garfinkel de l’Université hébraïque et Ganor, ainsi que le District archéologique d’Ashkelon de l’Autorité des antiquités d’Israël ont mis à jour toute une ville de Judée.

Située au sud de la frontière de la Judée, ce site également connu aujourd’hui comme la forteresse Qeiyafa possède deux portes qui sont vraisemblablement les Shaaraim ( « Les Deux portes »), mentionnées dans la Bible, et datant du 10e siècle avant l’ère commune, lors du règne du roi David.

Quatre ans plus tard, Ganor espérait trouver une autre implantation de l’époque de David. Et voilà qu’en 2013, alors qu’il marchait le long d’une colline à l’occasion d’une étude majeure sur les 1 000 acres qui séparent Kiryat Gat de Beit Guvrin, un morceau d’argile attira son attention. Excité par sa découverte, il la montra à Garfinkel. Et pour leur plus grande joie, cet élément appartenait à la mère région de Qeiyafa. En bonus, la fouille mit à jour une ville philistine, mentionnée dans la Bible.

Ganor et Garfinkel ont fouillé la colline en 2015 avec les représentants de l’Université Macquarie de Sydney. En raison des différences de saisons entre les deux hémisphères, les fouilles eurent lieu durant l’hiver en Israël. La pandémie de coronavirus a stoppé temporairement ces fouilles.

Dans le livre de Samuel (I Samuel 21:10), il est dit que lorsque David entendit que le roi Saul voulait sa mort, il prit la fuite dans la ville philistine de Gath. Il demanda au roi Achish de Gath de lui attribuer un lieu afin que son groupe d’hommes et sa famille puissent y vivre. « Alors Achish lui donna Ziklag, et elle appartient au royaume de Judée depuis lors, » lit-on dans un verset quelques chapitres plus loin.

Plusieurs experts avaient identifié une douzaine de lieux possibles pour la ville de Ziklag. Ganor et Garfinkel sont persuadés que cette nouvelle découverte, cette colline de 200 mètres au-dessus du niveau de la mer, est sans conteste la cité biblique de Ziklag en raison de sa localisation aux frontières de l’ancienne Gath. Ils ont trouvé une multitude de preuves archéologiques de la ville philistine, depuis le 12e au 10e siècles avant l’ère commune, précisément à l’époque du roi David. Cela correspond également au magnifique conte biblique, lorsque la tribu d’Amalek « attaqua Ziklag et l’incendia ».

Sur le site des fouilles de Ziklag avec Saar Ganor. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

David n’était pas là alors. Lorsqu’il revint à Ziklag, il trouva la ville détruite par le feu. Les fouilles sur le site ont fait apparaître les vestiges d’un incendie dévastateur.

Ganor a eu la gentillesse de nous montrer le site biblique. Lorsque l’on se tient avec lui au sommet de Ziklag, on comprend clairement pourquoi les Philistins ont choisi un lieu si particulier pour y bâtir leurs maisons,

En contrebas, la vallée de Lakish regorge de champs fertiles, bordées d’amandiers en fleurs en pleine saison.

On distingue aussi clairement la route qui va d’Ashkelon à Hébron et Jérusalem, semblable à celle que les anciens empruntaient. Hors de portée de vue, se trouve aussi une excellente source d’eau facilement accessible.

Une forêt située en-dessous de ce qui est probablement la ville biblique de Ziklag. (Shmuel Bar-Am)

Comment sont-ils arrivés là, et pourquoi sont-ils venus ? Un événement singulier au 12e siècle avant l’ère commune a causé cette migration de masse, explique Ganor, une migration qui concerne aussi les Philistins vers Canaan. Malheureusement, il n’existe aucune source écrite entre le 12e et 10e siècle avant l’ère commune à l’exception de la Bible. On ne peut expliquer les migrations de ces différents peuples à destination et en provenance de Canaan. On ne sait pas si ce sont les sécheresses, les tsunamis, les épidémies ou quelques autres catastrophes qui expliquent la chute de tous les grands empires de l’Orient ancien.

Lire la suite  https://fr.timesofisrael.com/a-la-decouverte-de-lancienne-maison-du-roi-david/?fbclid=IwAR2ZrNrfMmoXBShzizacxS67GsMMBX_oyOdoojzrghg-t0umdDhRW307PdM

Sur le site des fouilles de Ziklag avec Saar Ganor. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.