À Auschwitz, le «choc» d’Édouard Philippe

Le premier ministre a assisté aux commémorations de la libération du camp avec des rescapés de la Shoah.

Lors de sa visite du camp, lundi matin, Édouard Philippe était aussi accompagné par des lycéens de Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise), vainqueurs du Concours national de la Résistance et de la déportation.
Lors de sa visite du camp, lundi matin, Édouard Philippe était aussi accompagné par des lycéens de Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise), vainqueurs du Concours national de la Résistance et de la déportation et de Dorotha, notre guide polonaise de la semaine précédente (19 janvier 2020). WOJTEK RADWANSKI/AFP

Les présidents israélien et polonais ont lancé, lundi, un appel à combattre avec plus de vigueur l’antisémitisme alors que le monde commémorait le 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Plus de 1 million d’hommes, de femmes et d’enfants sont morts à Auschwitz, pour la plupart des Juifs, exterminés dans les chambres à gaz ou victimes de la faim et du froid.

«Notre devoir est de combattre l’antisémitisme, le racisme et la nostalgie fasciste, ces maux qui menacent de dévorer les fondations de nos démocraties», a prévenu le président israélien, Reuven Rivlin. Le président Andrzej Duda a remercié son homologue israélien de sa présence«un signe de mémoire, un signe visible de l’opposition au traitement inhumain, à la haine, à toute forme de haine, en particulier le racisme».

e premier ministre français, Édouard Philippe, a exhorté des lycéens à transmettre la mémoire de la Shoah. «Lorsqu’on vient visiter le camp, le choc est net», a-t-il observé, en évoquant «cet effroi, ce silence absolu qui prévaut face à la découverte de cette radicale part d’inhumanité» qui a conduit à l’Holocauste.

Venus du monde entier, plus de 200 survivants étaient présents sur le site de l’ancien camp nazi, situé dans le sud de la Pologne, pour partager leurs témoignages, entendus comme un avertissement grave après une récente vague d’attaques antisémites des deux côtés de l’Atlantique. «Nous voulons que la prochaine génération sache ce que nous avons vécu et que cela ne se reproduise plus jamais», a déclaré aux journalistes David Marks, 93 ans, survivant d’Auschwitz, la voix brisée d’émotion. Trente-cinq membres de sa famille proche et lointaine de Juifs roumains ont été tués à Auschwitz, le plus grand des camps de la mort mis en place par l’Allemagne nazie, devenu le symbole des 6 millions de Juifs européens tués dans l’Holocauste.

«On est partagé entre la volonté de savoir et de comprendre et la certitude qu’au fond il y a quelque chose d’incompréhensible. On est partagé entre la nécessité du silence et de la mémoire et la nécessité de dire les choses, de les transmettre», a poursuivi Édouard Philippe, lors d’une allocution sur le site de la «Judenramp», lieu de sélection des prisonniers à leur arrivée en captivité. C’est à cet endroit même qu’est «arrivé quelque chose d’incroyable» à Isabelle Choko, âgée de 91 ans, rescapée juive des camps d’extermination et présente lundi aux côtés du premier ministre.

«Un homme qui nettoyait la gare s’est approché de moi et, malgré l’interdiction de parler, s’est mis à me répéter tout doucement: “Fais attention. Là-bas au bout du quai il y a une sélection. À gauche, c’est la vie, et à droite, c’est la mort”», a-t-elle témoigné. «Alors, moi, en entraînant ma mère et en essayant d’aller le plus vite possible, je me suis mise à dire: “Allez à gauche!”, pour que le maximum de personnes puissent m’entendre», a-t-elle raconté.

«Un des pires exemples d’inhumanité»

Avant de prendre part à une cérémonie internationale dans l’après-midi à Birkenau, le premier ministre était accompagné lundi matin lors de la visite du camp d’Auschwitz I d’une classe de lycéens de Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise), vainqueurs du Concours national de la résistance et de la déportation. «Souhaitons que les élèves qui nous accompagnent prennent conscience de ce qui a été le plus grand génocide du siècle dernier», a plaidé un autre survivant de l’Holocauste, Henri Zajdenwergier, 92 ans. Ce dernier, lui-même déporté en Estonie en 1944 dans le convoi 73, a perdu 13 membres de sa famille à Auschwitz, dont son père.

«Il vous appartiendra désormais, quand vous le pourrez, avec les mots qui sont les vôtres, sans prétendre à la perfection historique, mais avec sincérité, de dire ce que vous avez vu, a lancé aux élèves le premier ministre. Et de faire en sorte que, collectivement, nous n’oublions pas qu’il y a eu ici un des pires exemples d’inhumanité, que l’inhumanité fait partie de ce que nous sommes, et qu’il ne faut pas l’oublier.»


» VOIR AUSSI – 75 ans après la libération du camp, des survivants d’Auschwitz racontent l’enfer

75 ans après la libération du camp, des survivants d’Auschwitz racontent l’enfer
A l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz, des survivants de la Shoah établis en Israël racontent l’épreuve historique subie en Pologne.

» VOIR AUSSI – L’incroyable histoire de Witold Pilecki, déporté volontaire à Auschwitz

4 Commentaires

  1. Personne n’ose le dire tout haut, mais De Gaulle fait partie des antisémites, mais il avait le talent de feindre la vérité, et c’était plus facile d’accuser le voisin.
    Nous n’oublierons pas son indigne phrase devenue célèbre dont il aurait certainement justifiée comme un compliment.

    • De Gaulle a relancé l’antisémitisme en France avec les intérêts et les conséquences que la France et l’Europe connaissent aujourd’hui.
      La seule manière de lutter contre l’antisémitisme est de soutenir Israël dans son droit et dans son histoire et dans la justice internationale. Les arabes ont assez de territoires pour accueillir leurs coreligionnaires. (L’Europe en a accueilli bien plus d’ailleurs…..)
      Il n’y a eu qu’un cour laps de temps pendant laquelle la France a agit de la sorte, en témoigne une affiche d’Air France de 1949 et pendant laquelle on a cru à la disparition de l’antisémitisme.
      Note: j’avais envoyé une copie de cette affiche à Jforum, je pense qu’il serai bien de la publier.

  2. Macron Circus en déplacement à l’extérieur .

    En France il n’y a pas mal de sites à visiter aussi .

    Sans oublier la police française , les milices , la SNCF etc….

    De Gaulle dans ses appels à la résistance ne s’est jamais élevé contre les lois antisémites de Vichy et du sort des milliers de Juifs qu’on emmenait à l’abattoir .

    Oui Macron Circus nous « amuse » .

  3. Pendant ce temps là la France continue d’autoriser des manifestations antijuives et anti israéliennes par le Hezbollah et la maudite CAPJPO de la juive convertie Zemor ce samedi 1er février 2020 par autorisation du préfet de police subalterne du ministre tout puissant ancien socialiste Castaner et l’on s’attend à des cris de mort aux juifs….
    Merci Macron faux et hypocrite comme tous les chrétiens
    De la mise en scène pour ce PM Phillipe qui a trouvé une diversion et choisit avec Macron et castaner le bouc émissaire les juifs français
    Philippe comme les autres sont les descendants français des collabos avec l’Allemagne et je ne crois pas du tout de « ce choc » c’est encore un mensonge de cette France pourrie et décadente

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.