7-Octobre: ce qui unit Israël et la France

L’édito politique d’Ivan Rioufol

Lors de l’hommage aux ressortissants français tués lors de l’attaque du 7 octobre en Israël, le président Macron a dénoncé le «plus grand massacre antisémite de notre siècle».

Toutefois, promettre par la suite un «temps mémoriel» pour les victimes de Gaza n’est pas un choix opportun, selon notre chroniqueur. Car si toutes les vies innocentes se valent dans le conflit qui oppose la démocratie israélienne à la terreur islamiste du Hamas, toutes les morts ne sont pas équivalentes.

La haine d’Israël annonce la haine de la France ; la haine du Juif annonce la haine de tous.

Une communauté de destin unit plus que jamais les deux plus vieilles nations. Certes, les 28 rois d’Israël qui ornent la façade de Notre-Dame de Paris rappellent l’historique filiation de l’Eglise catholique. La roi David n’a-t-il pas légué à la royauté la fleur de lys ? Cependant, la guerre déclarée aux démocraties occidentales, et singulièrement à Israël et à la France, par l’islam suprémaciste renforce la solidarité entre les deux pays.

En ce sens, l’hommage rendu aux Invalides ce mercredi par Emmanuel Macron aux 42 victimes franco-israéliennes du terrorisme islamiste, dépasse le sort du seul État hébreu. Derrière le pogrom anti-juifs du 7 octobre (1160 morts), conduit depuis Gaza par le Hamas, s’esquisse une même mise en danger des autres pays libres.

C’est la haine de la France qui a conduit Mohamed Mogouchkov à assassiner au couteau son ancien professeur Dominique Bernard à Arras, le 13 octobre 2023. Ses motivations, révélées dans Le Parisien de mardi, puisaient moins dans un mimétisme avec le Hamas que dans la lecture compulsive du Coran guerrier et des versets appelant au djihad contre les ennemis de l’islam. « Ces versets-là s’enchaînent et se répètent », a reconnu Mogouchkov.

Cette détestation de la France a poussé, samedi, le malien Kassogue S., présenté comme « musulman pratiquant non radicalisé », à blesser trois personnes Gare de Lyon, à Paris, à coups de couteau et de marteau. « Je déteste tous les Français », a-t-il expliqué en reprenant la rhétorique des minorités se disant victimes de l’Etat colonial.

C’est ce totalitarisme islamiste, qui a des parentés avec le nazisme dans sa quête de l’homme pur et son obsession judéophobe, que soutient La France Insoumise, en mal de révolution prolétarienne. Son absurde entêtement à vouloir participer à l’hommage national contre le terrorisme, en dépit de l’opposition de familles de victimes choquées par le négationnisme de certains de ses membres, ne peut faire oublier sa traîtrise.

LFI, en refusant de qualifier de terroriste le massacre du 7 octobre, s’est enfermée dans une radicalité qui comble d’aise l’antisémitisme coranique, ce ressort religieux qui peut aller jusqu’à donner la mort au nom d’Allah offensé. Depuis quatre mois, les actes antisémites auraient augmenté de plus de 1000% ! Jean-Luc Mélenchon est devenu le porte-voix inaudible de ceux qui détestent Israël, la France et les démocraties.

Ceux-ci sont prêts à toutes les acrobaties pour disculper ceux qu’ils protègent.
Pour l’extrême gauche, le Hamas est un mouvement de résistance, tandis que l’État hébreu attaqué commet un génocide à Gaza. La victime devient bourreau, et inversement.

Or il devient urgent de choisir et de défendre son camp. En cela, Macron commet une faute en suggérant, en même temps, un « temps mémoriel » pour les victimes françaises à Gaza. Suggérer une équivalence entre un pogrom et une riposte militaire ajoute à la confusion des esprits. La lâcheté ne peut être la réponse à la haine.

JForum.fr avec causeur
Cérémonie en hommage aux victimes françaises des attaques terroristes du 7 octobre 2023 en Israël, Cour d’Honneur des Invalides, Paris, 7 février 2024 © Eric TSCHAEN-POOL/SIPA

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alain

Ce qui unit Israël et la France : la bêtise des islamo-gauchistes juifs (il y en a) dans les deux pays.
Ce qui unit Macron et LFI : la lâcheté, l’opportunisme, le cynisme.

Dernière modification le 22 jours il y a par Alain
Guidon

Rien n’unit Israël et la France !