2023: Israël, Egypte, Yemen, Turquie et EI.. (3/3)

De nombreuses questions doivent être prises en compte lors de l’évaluation des perspectives de 2023 et de leurs implications pour la sécurité nationale d’Israël, ainsi que des menaces auxquelles il est confronté de la part d’ennemis voisins et lointains.

L’année 2023 sera-t-elle différente de la précédente, ou se déroulera-t-elle selon le célèbre adage de l’écrivain français Jean-Baptiste Alphonse Karr, « Plus ça change, plus c’est pareil » ?

Combats interarabes et arabo-africains

Les luttes interarabes ainsi que les conflits régionaux potentiels ont continué d’accompagner les développements au Moyen-Orient en 2022.

Un conflit qui n’a pas dégénéré en guerre est le conflit autour du barrage de la Renaissance en Éthiopie. Le barrage a été construit sur le Nil Bleu, qui est la source de 80% de l’approvisionnement en eau du Nil qui traverse le Soudan jusqu’en Égypte . L’Éthiopie affirme qu’elle a le droit de construire l’installation, qui est destinée à fournir de l’électricité à la région ainsi qu’aux voisins de l’Éthiopie, et à contribuer de manière significative au développement de son agriculture.

L’Égypte, quant à elle, prétend avoir des droits historiques sur le fleuve depuis la fin du XIXe siècle. L’Égypte affirme que le remplissage du gigantesque réservoir du barrage entraînera une baisse du niveau d’eau du Nil égyptien de plus d’un mètre et demi, causant des dommages irréparables aux infrastructures et à l’agriculture. L’Éthiopie affirme que l’Égypte bénéficiera réellement du barrage car le débit d’eau sera modéré, empêchant les dommages causés par les inondations et l’accumulation de limon nuisible. L’Égypte a évoqué la possibilité d’agir militairement contre le barrage, et les médias égyptiens se sont engagés dans une campagne destinée à signaler à l’Éthiopie que l’Égypte « est synonyme d’affaires ».

La troisième étape du remplissage du réservoir est maintenant en cours et il semble que les terribles avertissements ne soient pas aussi réels que prévu. Cependant, la possibilité que l’Égypte se déplace militairement contre le barrage existe toujours. Cette tension entre les deux pays a conduit à une médiation internationale pour tenter d’éviter tout affrontement.

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienneLe Grand projet de barrage de la Renaissance éthiopienne (GERDP). ( Ambassade d’Ethiopie )

Le conflit au Yémen s’est arrêté en avril 2022 après que les parties adverses ont signé une trêve négociée par l’ONU qui a limité les combats sans mettre fin à la guerre. Le conflit qui a commencé fin 2014 opposait le gouvernement yéménite internationalement reconnu, soutenu par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, et les rebelles houthis soutenus par l’Iran. Le conflit de huit ans a révélé l’incapacité de l’Arabie saoudite à vaincre un ennemi beaucoup plus petit mais audacieux et audacieux, tandis que l’Iran a utilisé la situation yéménite pour expérimenter ses missiles balistiques et ses drones d’attaque. L’Iran, en effet, a utilisé le sol yéménite comme rampe de lancement non seulement contre l’Arabie saoudite mais aussi contre des cibles israéliennes.

Le conflit au Yémen a permis aux Émirats arabes unis de maintenir leur présence dans certaines parties du Yémen ainsi que sur l’île de Socotra. Les Émirats ont également pris le contrôle de l’île de Perim au large du Yémen, près du détroit de Bab el Mandab, et y ont installé une base aérienne leur permettant de projeter leur puissance dans la région.

Sans fin prévisible du conflit, il semble qu’un statu quo sera maintenu dans la région. Cependant, les relations chaleureuses entre l’Iran et les Houthis pourraient générer une menace de missiles balistiques contre des cibles israéliennes depuis les positions tenues par les Houthis.

Enfin, on ne peut pas couvrir le Moyen-Orient sans faire référence à la Turquie. Sous Erdogan, la Turquie a élargi le champ de sa présence au Moyen-Orient. Erdogan a positionné des troupes en Irak ainsi que le long de ses frontières avec l’Irak et la Syrie. La Turquie protège l’enclave syrienne d’Idlib contre les organisations musulmanes radicales qui y ont trouvé refuge, ainsi que plus de deux millions de réfugiés qui ont fui la guerre civile en Syrie.

La Turquie a signé des accords militaires séparés avec la Somalie et le Qatar, selon lesquels la Turquie a construit une école de formation en Somalie et envoyé un bataillon de soldats dans la principauté qatarie. La Turquie a été active dans le bourbier libyen, et par son approvisionnement en armes – notamment en pilotant des drones d’attaque dans la bataille de Tripoli – où elle a contribué à la défaite des troupes du général Khalifa Haftar de Benghazi qui s’apprêtaient à envahir les défenses de l’international gouvernement reconnu à Tripoli. En outre, la Turquie a signé un accord maritime avec la Libye qui constitue un obstacle important aux plans de construction d’un projet de gazoduc sous-marin entre l’Égypte et Israël vers l’Europe.

Dernièrement, Erdogan a envisagé de réparer les clôtures avec son ennemi juré, Bashar Assad. Cette évolution vise très probablement à parvenir à un accord permettant le retour des quatre millions de réfugiés syriens qui résident en Turquie dans leur pays d’origine et qui sont devenus un fardeau pour l’économie turque.

La Turquie devrait organiser des élections présidentielles en juin 2023. Une victoire d’Erdogan ouvrirait la voie à des changements radicaux dans la politique étrangère de la Turquie, comme la révocation du traité de Lausanne signé il y a 100 ans, qui délimitait les frontières réelles de l’État turc. La Turquie a revendiqué des territoires qui, selon elle, ont été arrachés à la République turque naissante, comme la région riche en pétrole de Kirkouk en Irak et l’enclave d’Idlib en Syrie.

Île de SuakinLa Turquie a loué la base de l’île de Suakin au Soudan

 

Le président turc Erdogan et le président soudanais de l'époque Omar Al-Bashir ont passé en revue les troupes au Soudan.Le président turc Erdogan et le président soudanais de l’époque Omar Al-Bashir ont passé en revue les troupes au Soudan.

Le président turc Erdogan et le président soudanais de l’époque Omar Al-Bashir ont passé en revue les troupes au Soudan. ( Présidence de la République de Turquie )
L’accord entre Erdogan et Omar Al-Bashir, l’ancien dirigeant du Soudan, sur la location de l’île de Suakin dans la mer Rouge, ainsi que l’engagement de la Turquie à rénover les installations de l’île, sont des présages d’objectifs turcs à long terme dans la région, qui jouera certainement un rôle dans les prochaines élections turques. Suakin, qui abritait le quartier général de la flotte ottomane dans la région au XVIe siècle, a un emplacement stratégique.

La résurgence de l’Etat islamique (Daech)

ISIS/Daech en tant qu’État a été vaincu en 2017 par une coalition multinationale qui comprenait des ennemis jurés et des rivaux jurés tels que l’Iran, les États-Unis et la Turquie. Cinq ans après la chute de Mossoul, en Irak, la capitale de l’État islamique, et après des débuts hésitants, l’EI a repris l’offensive, lançant des assauts sophistiqués contre des cibles précises dans le monde entier.

La nécrologie de l’État islamique, annoncée triomphalement après le coup reçu en juillet 2017, était prématurée. L’Afrique est devenue le centre des efforts de l’Etat islamique et la dernière réussite de l’Etat islamique. Au cours des deux dernières années, il a attaqué des cibles civiles dans 13 États africains. Ces États n’ont jamais eu à affronter l’Islam radical, et ils se retrouvent totalement démunis face au phénomène. La RDC (République démocratique du Congo), le Togo, le Ghana et le Bénin ont rejoint des pays comme le Mozambique, l’Ouganda, la République centrafricaine, le Cameroun et le Tchad.

Face aux réponses hésitantes de ces gouvernements et à leur incapacité à réprimer de telles insurrections, l’État islamique et d’autres organisations musulmanes radicales poussent à s’étendre vers le sud et vers l’est à partir de la « ceinture sahélienne » (qui s’étend du Sénégal au Soudan), où ils se trouvent désormais. conquérir de nouvelles étendues de terres principalement peuplées de musulmans. Il ressort clairement des cartes de l’Afrique que ces groupes sont actuellement actifs dans des zones autrefois considérées comme inaccessibles aux insurgés (le Mozambique, le Togo et la RDC en sont des exemples).

Conclusion

Le Moyen-Orient est à la croisée des chemins. L’année 2023 ne sera pas « plus du même ». La guerre en Ukraine, au-delà de la création d’une crise alimentaire dans certains des pays les plus sensibles du Moyen-Orient tels que l’Égypte, le Liban, la Syrie et le Yémen, a déjà obligé la Russie à retirer certains de ses systèmes sophistiqués de défense aérienne de la Syrie ainsi que partie de son corps expéditionnaire. Les implications d’une telle décision pour la Syrie doivent encore être vues et pleinement appréciées.

La guerre en Ukraine a montré qu’il existe de nombreuses leçons militaires à appliquer dans tout futur conflit concernant l’utilisation d’essaims de drones d’attaque, de missiles de croisière, de cyberattaques et de missiles sol-sol à longue portée. Des questions seront également posées sur la responsabilité des crimes contre l’humanité et sur l’affrontement entre une superpuissance et un adversaire plus petit déterminé à se battre avec des armes inférieures et sans soutien aérien. Comment et quand la Russie a-t-elle atteint le stade diminué de la transformation de fournisseur d’armes aux pays du monde entier en un État client obligé d’acheter des drones et des missiles à l’Iran ?

Que le Moyen-Orient soit à la croisée des chemins n’est pas un cliché. Les alliés régionaux des États-Unis suivent de près les démarches de l’administration Biden, notamment face à la menace iranienne. La politique peu cohérente de l’administration Biden envers l’Iran, et sa poursuite obstinée pour obtenir un accord qui remplacerait l’accord nucléaire signé en 2015, ont soulevé de nombreux sourcils et provoqué la peur dans la région.

Il y a une forte impression que les États-Unis ont décidé de minimiser leur présence et leur influence au Moyen-Orient, laissant la région à l’Iran et à ses mandataires. Le jugement ultime sera rendu dans le contexte de l’implication américaine dans la guerre en Ukraine. L’engagement des États-Unis à aider un ami et allié sera examiné et comparé à sa position dans le conflit du Moyen-Orient qui oppose le monde sunnite à celui chiite dirigé par l’Iran.

Le monde arabe n’est pas du tout prêt à entendre des leçons sur la démocratie et la nécessité de réformes radicales concernant les droits de l’homme. L’insistance américaine sur ces questions éloignera ses alliés arabes de l’orbite américaine. Parce que c’est une question existentielle pour eux, ils chercheront d’autres alliances sur lesquelles ils pourront compter pour contenir l’Iran.

Col. (à la retraite) Dr Jacques Neriah  jcpa.org

Recep Tayyip Erdogan, accueilli par son homologue soudanais Omar El-Béchir, à son arrivée à Khartoum le 24 décembre. © AFP

Lire sur notre site:

2023: Israël face aux menaces de l’Iran (1)

2023: Israël, l’AP et les Etats voisins (2)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.