De nombreuses questions doivent être prises en compte lors de l’évaluation des perspectives de 2023 et de leurs implications pour la sécurité nationale d’Israël, ainsi que des menaces auxquelles il est confronté de la part d’ennemis voisins et lointains.

2023: Israël face aux menaces de l’Iran(1)

Prévisions de politique étrangère pour le Moyen-Orient en 2023
Les forces armées iraniennes ont dévoilé un missile balistique sol-sol baptisé « Rezvan » lors d’un défilé militaire à Téhéran en septembre 2022. ( Agence de presse Tasnim )

L’année 2023 sera-t-elle différente de la précédente, ou se déroulera-t-elle selon le célèbre adage de l’écrivain français Jean-Baptiste Alphonse Karr, « Plus ça change, plus c’est pareil » ?

Parmi ces questions fatidiques se trouve en premier lieu la question relative au programme nucléaire iranien, et si l’Iran poursuivra sa course pour franchir le seuil nucléaire et maîtriser un engin nucléaire chargé dans des missiles à longue portée capables de frapper Israël. Ce développement pourrait-il déclencher un prélude à une course aux armements nucléaires dans le Moyen-Orient arabe, d’autant plus que nous assistons dernièrement à un réveil arabe en opposition à l’hégémonie iranienne ? En raison des positions de l’Iran envers Israël, quelles sont les perspectives de guerre entre Israël et l’Iran via ses mandataires dans la région ? Dans quelle mesure les États arabes vont-ils s’unir autour d’Israël pour contenir les ambitions de l’Iran au Moyen-Orient ?

Israël est profondément préoccupé par l’avenir de l’Autorité palestinienne (AP), la question étant centrée sur ce à quoi s’attendre après la mort de Mahmoud Abbas, le président de l’AP qui aura 88 ans en 2023. Le Hamas remplacerait-il l’AP dirigée par le Fatah ? et, si oui, quelles seraient ses relations avec Israël ?

Au niveau régional, Israël est préoccupé par le manque de stabilité autour de ses frontières. Avec les événements dramatiques qui se déroulent, des questions se posent concernant l’avenir du Liban, de la Libye et de l’Irak en tant qu’États viables ou en faillite. D’autre part, un conflit armé se prépare-t-il entre l’Algérie et le Royaume du Maroc ? Le conflit autour du barrage Grand Renaissance sur le Nil en Ethiopie va-t-il dégénérer en un conflit armé entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie ? La guerre entre l’Arabie saoudite et les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen est-elle terminée ?

Quel rôle la cyberguerre jouera-t-elle entre les acteurs du Moyen-Orient ?

Que peut-on attendre des radicaux ISIS-Daech et Al-Qaïda au Moyen-Orient et en Afrique ?

La Turquie continuera-t-elle à étendre sa présence au Moyen-Orient et en Afrique ? Quelles sont les implications sur la politique étrangère de la Turquie si Erdogan perd les élections présidentielles de juin 2023 ? Et si la Turquie décidait de révoquer le traité de Lausanne signé il y a 100 ans, comme le suggèrent certains observateurs – un traité qui régit, entre autres, les relations problématiques de la Turquie avec la Grèce ainsi qu’avec ses voisins arabes ?

Dans quelle mesure la guerre entre la Russie et l’Ukraine aura-t-elle un impact sur le Moyen-Orient ?

L’influence américaine au Moyen-Orient est-elle en déclin ?

Tous ces problèmes ont un impact sur Israël, sa sécurité et sa politique étrangère et de défense.

Une analyse

L’évaluation de l’équilibre des armes conventionnelles qui montrait la menace militaire arabe comme la menace existentielle contre Israël n’est plus valable. Le dernier effort arabe concerté pour vaincre Israël a eu lieu en 1973 et s’est terminé avec la défaite des troupes israéliennes contre les armées égyptienne et syrienne. Les accords de paix avec l’Égypte, la Jordanie et les accords d’Abraham ont ajouté à la structure de paix, et les Émirats, Bahreïn et le Maroc ont en outre écarté le spectre d’un effort arabe uni qui prendrait Israël et mettrait fin à son existence en tant que État juif.

La guerre civile syrienne qui a débuté en 2011 et la désintégration de l’État syrien qui en a résulté ont également éliminé la menace possible d’une attaque surprise de l’armée syrienne qui couperait le nord d’Israël en deux. Des États tels que la Libye, le Soudan, l’Irak et l’Algérie qui avaient par le passé envoyé des forces expéditionnaires sur les lignes de front en Égypte et sur les hauteurs du Golan face à Israël sont aujourd’hui aux prises avec des troubles intérieurs, une paralysie politique et une instabilité persistante. De puissantes armées ont été dissoutes en Libye et en Irak, tandis que d’autres se sont tournées vers leurs conflits locaux, comme le cas entre le Maroc et l’Algérie.

En l’absence de telles menaces, l’évaluation israélienne classique de la menace arabe n’est plus pertinente. Au cours des 40 dernières années, de nouveaux ennemis sont apparus dans les zones faisant face à Israël, menés par l’Iran, tels que le Hezbollah, les organisations terroristes palestiniennes – le Hamas et le Jihad islamique – et les mandataires pro-iraniens déployés à l’est des lignes israéliennes dans le Golan. Hauteurs.

Israël fait face à des menaces iraniennes meurtrières sur deux fronts majeurs :

Contrairement aux menaces conventionnelles posées par les armées arabes, les nouvelles menaces de l’Iran représentent – ​​si elles ne sont pas contestées – une menace existentielle pour l’État d’Israël puisqu’elles ont le potentiel de toucher des cibles sensibles et stratégiques profondément à l’intérieur du territoire israélien. Les 39 missiles Scud sol-sol lancés par l’Irak contre le territoire israélien pendant la première guerre du Golfe (1991) et l’incapacité d’Israël à intercepter ces missiles ont montré aux ennemis d’Israël une arme potentielle qui pourrait neutraliser la supériorité aérienne d’Israël et infliger de lourds dommages aux civils et aux infrastructures militaires. En effet, après avoir analysé la supériorité d’Israël à livrer des systèmes d’armes bien au-delà de ses frontières, les nouveaux ennemis ont choisi de contrer Israël avec des systèmes d’armes conçus pour transporter des quantités importantes d’explosifs sur des missiles à moyenne et longue portée.

En conséquence, les affrontements militaires qui ont eu lieu depuis 1982 entre Israël et ses « nouveaux ennemis » ont vu une utilisation croissante de roquettes sol-sol, à courte et moyenne portée et de missiles à longue portée contre des cibles profondément à l’intérieur du territoire israélien. Cependant, contrairement au passé, lorsque ces missiles relativement imprécis étaient destinés à semer la terreur parmi la population et à frapper ou à manquer des cibles sur le front intérieur, le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique – avec l’aide active de l’Iran – ont été se concentrant sur la transformation de leur arsenal de milliers de missiles en munitions à guidage de précision (PGM). Ces systèmes électroniques sophistiqués sont destinés à franchir la formidable barrière créée par Israël avec ses différents systèmes de contre-missiles, tels que les systèmes « Arrow », « David’s Sling », « Iron Dome » et les futurs systèmes « Laser Dome ».

En conséquence, une situation est apparue dans laquelle les ennemis d’Israël sont convaincus qu’ils ont créé un « équilibre de la peur » destiné à dissuader Israël non seulement de déclencher un conflit armé au Liban ou à Gaza, mais aussi à empêcher Israël de modifier tout « statu quo ». comme sur le mont du Temple et en Judée-Samarie, en raison de la menace que fait peser sur son front intérieur l’arsenal de missiles sol-sol.

Le front nucléaire : Israël a toujours exprimé son opposition à l’introduction d’armes nucléaires au Moyen-Orient, que ce soit par des voisins arabes ou par l’Iran. Israël a prouvé à deux reprises dans le passé sa détermination à ne pas autoriser l’armement nucléaire au Moyen-Orient. Le 7 juin 1981, lors de l’opération Opéra , des avions israéliens détruisent le réacteur nucléaire « Osirak » en Irak qui devait utiliser comme combustible de l’uranium enrichi à 90% fourni par la France. Le 6 septembre 2007, dans le cadre de l’opération Outside the Box , Israël a mené une frappe aérienne sur une installation nucléaire militarisée présumée construite par la Corée du Nord à Al-Kibar dans la région de Deir el Zor dans l’est de la Syrie.

Israël a pointé du doigt l’activité nucléaire et le développement de missiles de l’Iran au cours des trois dernières décennies, annonçant sa ferme opposition au projet nucléaire iranien pour empêcher l’Iran de franchir le seuil nucléaire et d’acquérir des dispositifs nucléaires qu’il pourrait installer sur ses missiles sol-sol à longue portée. -missiles de surface. Israël s’est opposé à la conclusion de l’accord JCPOA avec l’Iran et a agi pour convaincre les administrations américaines de se retirer de l’accord (avec succès sous l’administration Trump). Depuis lors, l’Iran a poursuivi ses efforts d’enrichissement d’uranium et, selon l’AIEA, l’Iran disposait fin 2022 de plus de 40 kilogrammes d’uranium enrichi, assez pour une arme nucléaire si l’Iran choisit de la poursuivre.

Cela dit, Israël fait face à un ennemi déployé sur deux fronts : l’un destiné à encercler Israël sur ses frontières nord et au sud depuis Gaza. et le second, la menace nucléaire de l’Iran poursuivant son chemin pour atteindre un engin nucléaire.

2023 aura plusieurs des mêmes caractéristiques que les années précédentes

Étant donné que l’Iran poursuivra ses efforts pour encercler Israël dans le nord, il est juste d’estimer qu’Israël continuera d’agir pour empêcher la consolidation des mandataires pro-iraniens en Syrie et attaquer tous les transferts d’armes et de munitions à guidage de précision envoyés par l’Iran. au Hezbollah au Liban. De plus, l’Iran tentera d’atteindre des cibles israéliennes éloignées d’Israël telles que des navires marchands naviguant dans le golfe Persique et ses environs. L’Iran tentera de riposter aux cibles iraniennes touchées par des attaques attribuées à Israël en attaquant des cibles à l’intérieur d’Israël directement ou par l’intermédiaire de ses mandataires.

Le Hezbollah continuera de consolider ses positions au sud du Liban, de rapprocher ses positions de la frontière israélienne et même de renouveler sa tactique de tunnel d’attaque en vue d’une éventuelle confrontation. Israël, pour sa part, n’est pas intéressé par une confrontation militaire avec le Hezbollah et continuera à fortifier ses positions face au Liban. Sur la base de cette hypothèse, Israël s’abstiendra d’actions pouvant être interprétées comme provoquant le Hezbollah, car une flambée militaire pourrait dégénérer à la suite d’un incident banal, ou d’une confrontation politique telle que les négociations sur la frontière maritime entre Israël et le Liban. Le Hezbollah pourrait également agir contre des cibles israéliennes si des officiers ou des opérateurs de haut rang sont ciblés dans des attaques israéliennes en Syrie (Israël frappe rarement des cibles du Hezbollah au Liban).

L’Iran poursuivra sa course à l’acquisition d’un engin nucléaire. En conséquence, Israël pourrait essayer d’empêcher l’Iran d’atteindre son objectif en étroite coordination avec les États-Unis et d’autres alliés potentiels. L’Iran a accusé Israël de cibler ses scientifiques nucléaires et, par conséquent, l’Iran a intensifié ses efforts pour frapper des cibles israéliennes et juives à l’extérieur d’Israël en représailles à ce qu’il croit être un effort israélien pour dissuader les scientifiques iraniens de participer à l’attaque nucléaire iranienne. programme.

Le monde arabe suit de près les efforts de l’Iran. Une percée iranienne dans le domaine nucléaire pourrait déclencher une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient, en premier lieu en Arabie saoudite, et contribuer à la création d’une alliance régionale avec Israël sous l’égide des États-Unis.              A suivre

Le réseau de roquettes dans les arsenaux du Hamas et du Jihad islamique à Gaza, 2021.Le réseau de roquettes dans les arsenaux du Hamas et du Jihad islamique à Gaza, 2021. ( Fabian Hinz/Wilson Center )

jcpa.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.