Le ministre israélien de la Défense s’entretient avec le roi de Jordanie dans le cadre d’une reprise des relations.

  • Le ministre israélien et le roi jordanien ont abordé des «questions politiques et sécuritaires»
  • Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la reprise des liens entre Israël et la Jordanie, détériorés sous la direction de l’ancien Premier ministre, Benjamin Netanyahou

Jérusalem: Le ministre israélien de la Défense s’est entretenu avec le roi de Jordanie aujourd’hui, selon les deux parties, dans le cadre d’une reprise des relations entre les deux pays.

D’après le bureau de Benny Gantz, le ministre israélien et le roi jordanien ont abordé des «questions politiques et sécuritaires». M. Gantz «a salué le développement des relations entre la Jordanie et le gouvernement israélien actuel».

Un communiqué du roi Abdallah II indique que les deux dirigeants ont évoqué «la nécessité de maintenir le calme dans les territoires palestiniens» et qu’ils ont discuté des mesures nécessaires pour jeter les bases de la paix entre Israël et les Palestiniens. Les deux hommes se sont rencontrés dans la capitale jordanienne, Amman.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la reprise des liens entre Israël et la Jordanie, qui se sont détériorés sous la direction de l’ancien Premier ministre, Benjamin Netanyahou. Elle fait suite à une réunion secrète tenue l’année dernière entre le roi jordanien et l’actuel Premier ministre israélien, Naftali Bennett, ainsi qu’à une réunion séparée entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

Israël et la Jordanie ont fait la paix en 1994 et les deux pays entretiennent des liens étroits en matière de sécurité, mais les relations se sont dégradées ces dernières années en raison de tensions dans une mosquée de Jérusalem, de l’expansion par Israël des colonies juives en Cisjordanie occupée et de l’absence de progrès dans le processus de paix, longtemps moribond. Les deux pays se sont également brouillés à la suite d’un incident de tir commis par un garde de l’ambassade d’Israël à Amman.

La Jordanie et la Palestine étaient farouchement opposées au plan de l’administration Trump pour le Moyen-Orient, qui aurait permis à Israël d’annexer jusqu’à un tiers de la Cisjordanie. Israël a pris Jérusalem-Est et la Cisjordanie à la Jordanie lors de la guerre de 1967, des territoires que les Palestiniens veulent intégrer à leur futur État.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.