Allemagne: la censure totale est désormais officielle©

11
4388
Ebrahim Bham/Campaign Against Antisemitism

Une nouvelle loi allemande introduisant la censure d’état sur les plateformes de médias sociaux est entrée en vigueur le 1er octobre 2017. La nouvelle loi exige que les médias sociaux, tels que Facebook, Twitter et YouTube, censurent leurs utilisateurs au nom de l’Etat.

Par Judith Bergman

Source : Gatestone Institute

Les entreprises de médias sociaux sont tenues de supprimer ou de bloquer toute «infraction pénale» en ligne telle que diffamation, diffamation ou incitation, dans les 24 heures suivant la réception d’une plainte d’un utilisateur – que le contenu soit exact ou non. Sept jours pour les cas plus complexes. S’ils ne le font pas, le gouvernement allemand peut les condamner à 50 millions d’euros pour avoir enfreint la loi.

Cette censure étatique fait que la liberté d’expression est soumise aux décisions arbitraires des entreprises qui sont susceptibles de censurer au-delà du nécessaire, plutôt que de risquer une amende écrasante.

Lorsque les employés des sociétés de médias sociaux sont désignés comme police de pensée privée de l’État et ont le pouvoir de façonner le discours politique et culturel actuel en décidant qui sera autorisé à parler et à dire, et qui en sera privé, la liberté d’expression devient rien de plus qu’un mythe. Ou est-ce peut-être déjà le cas ?

Parallèlement, le tribunal de Munich a récemment condamné un journaliste allemand, Michael Stürzenberger, à six mois de prison pour avoir affiché sur sa page Facebook une photo historique du Grand Mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, serrant la main d’un haut nazi officiel à Berlin en 1941. La justice  accuse Stürzenberger d ‘«incitation à la haine envers l’islam» et de «dénigrement de l’islam» en publiant la photographie. Le tribunal a déclaré Stürzenberger coupable de “diffusion de la propagande d’organisations anticonstitutionnelles”.

A German court recently sentenced journalist Michael Stürzenberger (pictured) to six months in jail for posting on his Facebook page a historical photo of the Grand Mufti of Jerusalem, Haj Amin al-Husseini, shaking the hand of a Nazi official in Berlin, in 1941. The prosecution accused Stürzenberger of “inciting hatred towards Islam” and “denigrating Islam” by publishing the photograph. (Image Source: PI News video screenshot)

Alors même que l’admiration réciproque qui existait autrefois entre al-Husseini et les nazis allemands est un fait historique incontesté, il est évident que l’histoire est en train d’être réécrite par les tribunaux allemands.

Stürzenberger a fait appel du verdict.

L’Allemagne n’a pas caché son désir de voir sa nouvelle loi reprise par le reste de l’Union Européenne, qui a déjà un code de conduite similaire pour les géants des médias sociaux. La commissaire à la justice de l’UE, Vera Jourova, a récemment déclaré qu’elle serait disposée à légiférer à l’avenir si le code de conduite non sanctionné ne produisait pas les résultats escomptés. Elle a toutefois déclaré qu’il fonctionnait déjà “relativement” bien, Facebook supprimant 66,5% du matériel qui lui avait été signalé comme étant “haineux” entre décembre et mai de cette année. Twitter a supprimé 37,4% et YouTube a pris des mesures sur 66% des notifications des utilisateurs.

Cela n’a pas empêché le Parlement européen, qui se dit préoccupé par les “discours de haine” en ligne, d’accueillir en ses locaux en septembre une terroriste arabe condamnée, Leila Khaled, du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), pour une conférence sur “Le rôle des femmes dans la lutte populaire palestinienne” (l’UE, les États-Unis, le Canada et l’Australie ont tous désigné le FPLP comme une organisation terroriste). La conférence était organisée par, entre autres, la délégation espagnole d’Izquierda Unida (Gauche unie) dans le cadre du bloc de la Gauche unitaire européenne / gauche verte nordique au Parlement européen.

Leila Khaled, a Palestinian who hijacked planes in Europe last century, speaks at an event at the European Parliament in Brussels on Tuesday, September 26, 2017. (Screengrab: European United Left/Nordic Green Left group)

Au Royaume-Uni, la Premier ministre Theresa May a également déclaré qu’elle demanderait  aux sociétés compétentes de s’attaquer au contenu extrémiste sur internet:

«L’industrie doit aller plus loin et plus rapidement en automatisant la détection et la suppression des contenus terroristes en ligne … en fin de compte, ce ne sont pas seulement les terroristes eux-mêmes qu’il faut vaincre, ce sont les idéologies extrémistes qui les alimentent. la haine, semer la division et saper notre humanité commune Nous devons être beaucoup plus robustes pour identifier ces idéologies et les vaincre – dans toutes les parties de nos sociétés.”

Et d’insister sur le fait que “ces idéologies” se propagent “dans toutes les parties de nos sociétés” alors qu’en réalité, pratiquement tout le terrorisme est islamique.

Parallèlement, son propre ministre de l’Intérieur, Amber Rudd, a refusé d’interdire l’aile politique du Hezbollah. Apparemment, le discours de haine du Hezbollah est parfaitement acceptable pour les autorités britanniques.

Il en va de même pour Ebrahim Bham, prêtre musulman sud-africain et prédicateur de la haine, qui fut un jour l’interprète du conseiller juridique principal des talibans. Il a été autorisé à entrer au Royaume-Uni pour prendre la parole au Centre Reine Elizabeth II, un bâtiment du gouvernement, lors de l’exposition «Palestine Expo», grand événement haineux , qui était organisée à Londres en juillet. Bham est connu pour avoir cité le ministre de la propagande nazi Goebbels et dit que tous les juifs et les chrétiens sont des «agents de Satan».

En revanche, le chercheur Robert Spencer est interdit d’entrer au Royaume-Uni, au motif que ce qu’il rapporte – précisément – est “islamophobe”.

The British Crown Prosecution Service (CPS) a également récemment déclaré que les «crimes haineux» en ligne seraient poursuivis «avec la même approche ferme et dynamique que celle utilisée pour les infractions hors ligne». La décision de traiter les infractions en ligne de la même manière que les infractions hors ligne devrait augmenter les poursuites pour crime motivé par la haine, qui sont déjà au niveau le plus élevé jamais enregistré. Les procureurs ont ainsi enregistré 15 442 cas de crimes motivés par la haine en 2015-2016.

Les Juifs en Grande-Bretagne, qui ont connu une augmentation dramatique de l’antisémitisme au cours des trois dernières années, sont fréquemment victimes de crimes haineux. Néanmoins, les cas les concernant ne représentent qu’une fraction infime dans les statistiques des infractions poursuivies.

Ainsi, en 2016/17, la CPS a poursuivi 14 480 crimes motivés par la haine, mais selon la Campaign Against Antisemitism

“Nous n’avons pas encore vu une seule année au cours de laquelle plus d’une douzaine de crimes haineux antisémites ont été poursuivis … Pour le moment en 2017, nous sommes au courant de … 21 poursuites, en 2016 il y en avait 20, et en 2015 : 12…

Nous sommes si préoccupés par cet échec à poursuivre les actes antisémites, que nous avons lancé nos premières poursuites privées. Nous nous sommes sentis obligés d’agir après que le Crown Prosecution Service (CPS) n’ait pas poursuivi Alison Chabloz (de Glossop, Derbyshire), qui avait publié une vidéo dans laquelle elle tenait des propos antisémites et révisionnistes.

Ce crime a été poursuivi, signalant aux forces de police que leurs efforts pour enquêter sur les crimes de haine contre les Juifs ne servent à rien et qu’ils envoient un message d’impunité aux antisémites … Pour preuve : entre 2014 et 2016, la criminalité antisémite a bondi de 45% “.

Près d’un juif britannique sur trois a apparemment envisagé de quitter la Grande-Bretagne à cause de la hausse de l’antisémitisme ces deux dernières années.

Mais, les autorités britanniques semblent beaucoup plus préoccupées par «l’islamophobie» que par l’augmentation des crimes de haine contre les Juifs. En fait, la police s’est associée aux autorités de Transport for London pour encourager les gens à signaler les crimes haineux lors de la «Semaine nationale de sensibilisation au crime haineux» qui se déroulait du 14 au 21 octobre.

Transport for London et la Metropolitan Police ont organisé plus de 200 événements communautaires pour «rassurer les communautés sur le fait que le système de transport public de Londres est sûr pour tous». Mais les manifestations étaient ciblées sur la sécurité des musulmans; les agents ont ainsi visité la mosquée de l’est de Londres pour encourager la dénonciation des crimes haineux.

L’année dernière, le Bureau du policier et de la police (Mopac) du maire de Londres, Sadiq Khan, a annoncé qu’il dépensait 1 730 726 livres de la police en argent après avoir demandé une subvention du Home Office. Mais dans le même temps, Khan déclare qu’il n’a pas les fonds pour surveiller les 200 djihadistes qui se trouveraient à Londres, sur les 400 djihadistes qui sont retournés dans la capitale depuis la Syrie et l’Irak (il a également implicitement admis qu’il ne sait pas où se trouvent les djihadistes qui sont revenus). Quand le journaliste Piers Morgan lui a demandé pourquoi le maire ne pouvait pas les surveiller, Khan a répondu:

“Parce que le budget de la Met Police, grosso modo, 15%, 20% est financé par moi, le maire. Le reste vient du gouvernement central. Si la police Met est réduite et réduite, ils doivent prioriser et utiliser leurs ressources d’une manière raisonnable et avisée. “

Quand Morgan a demandé ce qui pourrait être une plus grande priorité que «les gens revenant d’un champ de bataille syrien avec l’intention de nuire aux citoyens britanniques», Khan n’a pas répondu. Peut-être parce qu’il est difficile d’admettre en public que la lutte contre «l’islamophobie» est désormais une priorité plus élevée que la lutte contre le terrorisme?

Judith Bergman est chroniqueuse, avocate et analyste politique.

© Adaptation JFORUM

11 COMMENTS

  1. […] Les entreprises de médias sociaux sont tenues de supprimer ou de bloquer toute «infraction pénale» en ligne telle que diffamation, diffamation ou incitation, dans les 24 heures suivant la réception d’une plainte d’un utilisateur – que le contenu soit exact ou non. Sept jours pour les cas plus complexes. S’ils ne le font pas, le gouvernement allemand peut les condamner à 50 millions d’euros pour avoir enfreint la loi. Lire la suite sur jforum.fr […]

  2. C’est extrêmement grave!
    C’est des sociétés privées qui auront soit par peur soit par corruption la liberté de juger ce qui est bon ou mauvais.
    Faites taires les opinionscmais surtout faire taire l’information relève du mensonge par omission. D’eurabia aux monarchies internationales les peuples d’Europe n’ont pas fini de redevenir des gueux dans un monde qui revient au moyen-âge.
    Pourquoi les catalans demandent leur indépendance ? Question encor possible de se poser…..

  3. Loi contre la “diffamation”, prenons les au mot et demandons alors d’interdire korran et prières dans lesquels figurent des appels aux meurtres, bien plus graves que la “diffamation”

    • Maria, quand à Toulouse en août 2016 un musulman a tenté d’égorger une jeune fliquette dans un commissariat, je suis allée peu après dans le même commissariat porter plainte contre le coran pour menaces de mort. En tant que Juive. En précisant que ces menaces sont répétées par n’importe quel musulman plusieurs fois tous les jours et une fois par semaine à la mosquée. Le flic qui m’a aimablement reçue m’a fait déposer une main-courante. J’en ai parlé autour de moi et sur les réseaux. Personne, absolument personne n’a fait de même. Et pourtant, si nous étions quelques centaines dans chaque grande ville, cela ferait déjà les manchettes de la presse ordinaire. De quoi ont-ils peur ?

  4. Tout cela semble incroyable
    L’Europe et l’occident vont hélas disparaitre, cette folie suicidaire ira jusqu’à son terme
    mais pourquoi?
    Les Dirigeants et décideurs européens ne sont pas stupides, ils savent très bien ou cela
    va nous mener, je n’arrive pas a me persuader que cela est uniquement, pour le pouvoir
    l’argent, le pétrole ou l’abrutissement des peuples occidentaux pour mieux les dominer par un grand brassage ethnique, les raisons doivent être plus profondes………….un jour peut être nous connaitrons la vérité

    • J’abonde tellement dans votre sens, Marc…J’ai frissonnais en lisant cette décision de L’Allemagne que tous les européens vont hélas suivre.
      Le Canada a voté la même loi.
      Quelle belle porte ouverte pour la poursuite du terrorisme.

  5. L’Allemagne a toujours aveugle. Leur putain de imah chemo hitler s’etait allié au mufti de Jerusalem. Cela continue avec angela. Once a Nazi, always a Nazi. It’s in their blood for more than 4 centuries.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.