Paradoxe : la position d’Israël s’améliore au Moyen-Orient.

0
11

Le Mossad a exposé, mercredi, son rapport sécuritaire et politique sur les évolutions récentes dans la région, devant le cabinet ministériel. Il a évoqué les conséquences du désarmement chimique en Syrie, des affaires internes en Egypte et du renforcement inquiétant du Hezbollah, grâce à son engagement dans la guerre civile syrienne.

Le cabinet de la sécurité et des affaires diplomatiques s’est réuni, mardi, dans une installation du Mossad, pour l’exposé de son rapport annuel sur la position géostratégique d’Israël au Moyen-Orient.

Selon ce rapport, le statut d’Israël au Moyen-Orient s’est amélioré, au cours de cette dernière année, particulièrement à la lumière des principales tendances dans la région, dont la perte de ses capacités, en armes et balistique chimique, par la Syrie, des conflits internes au Liban, entre le Hezbollah et les autres factions ou confessions, et l’arrêt du développement de l’armée égyptienne, conséquence de la focalisation de l’Egypte sur ses affaires et troubles intérieurs.

Concernant les relations d’Israël avec l’Autorité Palestinienne, ces sources estiment qu’en dépit du fait que le Président de l’AP Mahmoud Abbas tire des avantages certains du processus diplomatique avec Jérusalem, il n’est pas du tout certain, voire improbable, qu’il soit en mesure de prendre la décision de signer un accord avec Israël.

Les sources sécuritaires notent que bien que le mécontentement s’intensifie à Gaza, la chape de plomb du Hamas est suffisamment agressive et répressive envers ses citoyens pour les dissuader de le renverser.

A la suite du désarmement de plus de 50% des armes chimiques syriennes, les sources estiment que, si, par le passé, Tsahal aurait eu besoin de plus d’une semaine pour atteindre Damas en cas de guerre, l’armée israélienne sera, désormais en capacité d’encercler et de soumettre Damas en moins d’une journée.

Mais la principale conséquence du chaos en Syrie, cependant, est d’avoir rendu les groupes terroristes plus puissants, posant un véritable péril pour la stabilité de la région toute entière.

Parallèlement, le groupe terroriste libanais est également devenu plus fort, en s’étant aguerri sur le terrain syrien, et/mais c’est encore la République Islamique d’Iran qui est devenue l’ennemi le plus dangereux d’Israël, du fait de l’acquisition en suspend de son programme nucléaire et de sa présence par procuration sur tous les théâtres de guerre environnants. A n’en pas douter, le renforcement du statut diplomatique de l’Iran Article original a aussi dû faire l’objet d’une attention particulière, lors de ses échanges d’information.

Attila Somfalvi

Publié le : 26.11.13, 23:52 / Israel News

ynetnews.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here