NOS ENNEMIS AGISSENT. DEVONS-NOUS RESTER INDIFFERENTS ?

    0
    35

    La promenade de la discorde ? Non celle de la haine gratuite !C’est le nouveau combat des militants de la cause pro-palestinienne. Empêcher l’inauguration jeudi 15 avril à 10 heures de la promenade Ben Gourion, Quai Branly à Paris. La cérémonie aura lieu en présence du président de l’Etat israélien Shimon Peres, du maire de Paris Bertrand Delanoë et du maire de l’arrondissement Rachida Dati. En signe de protestation, trois cent personnes, selon la police, ont manifesté lundi soir sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.

    Quand il s’agit d’Israel, les militants de la cause palestinienne ne manquent jamais d’idées. Le 20 mars dernier, des membres de la campagne BDS (Boycott-désinvestissement-sanctions) investissaient un magasin H&M de la Rue de Rennes pour y organiser un défilé de mode anti-israélien.

    Le crime d’ H&M? Avoir osé ouvrir des magasins en Israël, notamment à Tel Aviv et à “Jérusalem-est”.

    “Nous avons le plaisir de vous présenter la nouvelle collection H&M fait sur mesure pour accompagner l’armée d’occupation israélienne” clament ces partisans de la cause pro-palestinienne, affublés de costumes de l’armée israélienne, et aux cris de “Shame, Shame on H&M”, “Honte à H&M” .

    Le crime d’ H&M? Avoir osé ouvrir des magasins en Israël, notamment à Tel Aviv et à “Jérusalem-est”. En vérité, la boutique a ouvert dans le quartier de Malcha au sud de Jérusalem, à l’intérieur des frontières israéliennes pré-1967. Ce mensonge géographique décrédibilise, bien entendu, le propos de ces militants de la cause pro palestinienne mais montre d’autres vérités plus voilées. Pour ces sympathisants, Israël semble n’avoir aucun droit sur Jérusalem: est ou ouest.

    C’est là toute l’ambigüité de cette campagne BDS qui se veut critique à l’égard de la politique israélienne mais qui dérive souvent dans le dénigrement systématique de l’Etat d’Israël, remettant même en question sa légitimité, au détriment de la vérité historique.

    “Les Palestiniens ont été victimes, c’est une évidence, mais ils ont aussi été victimes de leur refus de cette résolution (partageant en deux la Palestine mandataire) des Nations Unies.”

    François Lafon, historien au Centre de Recherche Français à Jérusalem revient pour Guysen sur l’avènement de l’Etat d’Israël en 1948 et sur les conséquences pour les Arabes de Palestine: “Par définition, la création de l’Etat d’Israël a été une catastrophe pour les Palestiniens mais c’était le résultat d’un plan de partage. Une partie l’a accepté (Israël) et l’autre l’a refusé (les pays arabes). Les Palestiniens ont été victimes, c’est une évidence, mais ils ont aussi été victimes de leur refus de cette résolution des Nations Unies. ”

    Pour F.Lafon, l’exode palestinien de 1948 est avant tout le résultat d’une guerre: “il n’y a pas eu de politiques d’expulsions systématiques mais des cas d’expulsions dans des zones stratégiques. Par exemple, dans la région de l’aéroport international de Lod. Mais avant tout, on est dans une logique de guerre. Les Palestiniens sont partis parce qu’ils ont eu peur ou parce qu’ils pensaient qu’ils pourraient revenir après la guerre.”

    En tout cas, l’inauguration à Paris de la place Ben Gourion permet de rappeler les liens étroits qu’entretenaient Israël et la France au moment de la création de l’Etat hébreu: “Après le vote de la résolution de l’ONU créant deux Etats (NDLR : en 1947), un juif et un arabe, les Arabes nous ont déclaré la guerre. A notre grande surprise, nos trois alliés privilégiés Etats-Unis, France et Grande-Bretagne favorisèrent un embargo sur les armes à destination du Proche-Orient. Cela revenait à un embargo contre Israël. La France prit le risque de passer outre et de nous fournir des armes pour nous défendre” se souvient Shimon Peres dans une interview au Parisien.

    “Les milieux politiques et militaires qui comptaient dans la 4ème République étaient très favorables au sionisme”

    L’historien F.Lafon renchérit: “Les milieux politiques (Parti socialiste, Parti Communiste au début, les démocrates chrétiens de G.Bidault) et militaires qui comptaient dans la 4ème république étaient très favorables au sionisme. Dans les années 1950, il y avait une véritable alliance militaire franco-israélienne.”

    Une alliance qui s’est étiolée après la fin de la guerre d’Algérie (1962) “C’était une alliance avec des arrières pensées. Pour la France, c’était une alliance anti-égyptienne. Les Français accusaient Nasser d’être le grand chef d’orchestre du soulèvement en Algérie” raconte F.Lafon.

    Promenade Ben Gourion, place Mahmoud Darwich

    Depuis la moitié des années 1960, la France s’est tournée vers une politique étrangère pro-arabe, avec néanmoins quelques soubresauts pro-israéliens. En 1982, F.Mitterrand est le premier chef d’Etat français à visiter l’Etat d’Israël. Il déclare que “l’irréductible droit de vivre” appartient à Israël et appelle au respect des droits des Palestiniens de Gaza et de “Cisjordanie”.

    En tant qu’ “ami d’Israël”, les présidents français ont toujours essayé de naviguer tant bien que mal entre les deux histoires et revendications de ces deux peuples, privilégiant depuis de nombreuses années la solution des deux Etats pour deux peuples. C’est ce qui a poussé B.Delanoë à proposer la création de cette promenade Ben Gourion mais également d’une place Mahmoud Darwich pour honorer le souvenir du poète palestinien.

    Pour les verts, le Parti Communiste et le NPA, ce n’est pas assez. Ils appellent à la création d’une rue ou place Yasser Arafat. Interrogé sur cette éventualité par Le Parisien, Shimon Peres portent un jugement nuancé sur la politique de l’ancien chef de l’OLP: “Pour avoir négocié avec Arafat, je peux dire une chose : sans lui, le processus de paix avec les Palestiniens n’aurait jamais démarré ; mais avec lui, il n’aurait jamais eu de chance d’aboutir. Les choses ne sont pas noires ou blanches. Je n’oublierai pas ce qu’a fait Arafat, mais, malheureusement, nous ne pouvons pas oublier ce qu’il n’a pas fait.”

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here