« La question de l’antisémitisme habite tous les écrits d’Éric Zemmour »

Dans « Zemmour et nous » (Bouquins), Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun décryptent la part juive du candidat à la présidentielle. Éclairant.

Les relations d’Éric Zemmour avec le judaïsme et la question antisémite ne devraient regarder que lui. Sauf que ces sujets sont au cœur de son œuvre livresque et de son projet politique. Dans un livre percutant, Zemmour et nous (Bouquins, à paraître le 24 février), Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun explorent cette part intime du candidat à la présidentielle, bien plus complexe qu’il y paraît. Passionnant.

Le Point : Qu’est-ce qui modèle la judéité d’Éric Zemmour ?

Judith Cohen Solal : Être juif, c’est d’abord avoir une mère juive selon la tradition. Et Éric Zemmour ne s’en cache pas : il a eu une relation fusionnelle avec sa mère, laquelle lui a transmis un judaïsme traditionnel et lui a souvent répété qu’on pratique à la maison mais que, dans la rue, on enlève sa kippa. Il va à la synagogue, il observe certains rituels. Éric Zemmour est fidèle aussi à la tradition juive.

Cela compte donc pour lui.

Jonathan Hayoun : Énormément, bien qu’il s’en défende. Il a été éduqué dans des écoles juives, que j’ai fréquentées moi-même, tous ses camarades étaient donc juifs.

J. C. S. : Éric Zemmour répète souvent qu’il a été façonné par l’histoire de Napoléon et de Jeanne d’Arc. Mais il a appris aussi l’histoire juive, le Talmud, l’hébreu. Éric Zemmour est un fils de Marianne mais aussi d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

Zemmour s’inscrit dans la lignée de penseurs antisémites voire révisionnistes. Judith Cohen Solal.

Le fait d’être juif est-il un marqueur pour le candidat Zemmour ?

J. H. : Non : un candidat à une élection présidentielle n’est pas là pour représenter une identité particulière. Mais à partir du moment où Éric Zemmour propose un projet nourri de son propre parcours qu’il présente comme parfait, on est en droit d’interroger la façon dont il a constitué ce modèle. Et de déceler la part de contrefaçon qu’il intègre dans sa trajectoire. Notre objectif n’est pas de stigmatiser Éric Zemmour, ni même d’interroger sa judéité. Il s’agit de décrypter le récit personnel qu’il propose car il utilise sa petite histoire comme la grande pour composer son projet politique.

J. C. S. : Le fait d’être juif, il s’en sert. Tout en s’accordant avec des négationnistes. Mieux, il s’inscrit dans la lignée de penseurs antisémites, voire révisionnistes. Il nous paraissait donc légitime d’essayer de comprendre les facettes de son identité, et ses ambivalences.

NDLR – S’inspirer d’auteurs divers et variés, pour bâtir sa réflexion n’est pas interdit. Maïmonide l’a fait avec Aristote, sans s’accorder avec lui sur bien des points bien au contraire. Quant au Sionisme, il s’est inspiré des révolutions pour ouvrir le chemin de l’indépendance Juive, puisant dans le marxisme des principes ayant servi à la création de l’État via les kibboutzim entre autres. L’Etat Juif est-il marxiste pour autant ?

La question de l’antisémitisme habite tous les écrits d’Éric Zemmour.Jonathan Hayoun

Vous soulignez que l’antisémitisme est présent dans tous ses livres. Comment peut-on être juif et perçu comme antisémite ?

J. H. : C’est Éric Zemmour lui-même qui pose la question dans ses romans, notamment son premier, Le Dandy rouge (1999), qui conte la destinée de Ferdinand Lassalle, le fondateur du premier parti socialiste européen, qui a construit sa trajectoire politique en s’affirmant comme juif tout en cultivant des amitiés antisémites. Dans un autre roman, Petit Frère (2008), son héros est un journaliste confronté à un drame antisémite en 2003, l’assassinat de Sébastien Selam, qui finit par comprendre qu’il faudrait adhérer aux idées de Maurras. La question de l’antisémitisme habite tous les écrits d’Éric Zemmour.

J. C. S. : Dire qu’Éric Zemmour est antisémite, ce n’est pas le sujet, et la thèse ne résiste pas à l’analyse (NDLR il faudrait le dire plus fort, notamment au grand rabbin de France, à BHL, et à d’autres). Dans l’Histoire, beaucoup de juifs ont été animés par « la haine de soi ». Ce n’est pas son cas. Il ne renie pas ses origines, il continue à participer aux offices. L’argument qu’il avance sans cesse à ceux qui se mettent en travers de son chemin, Bernard-Henri Lévy, les dirigeants du Crif, est qu’il est plus juif qu’eux. Tout le positionnement d’Éric Zemmour est de se présenter aux juifs comme le meilleur rempart contre l’antisémitisme. Sa stratégie politique rejoint son histoire personnelle. Celle des juifs d’Algérie auxquels le décret Crémieux a accordé la nationalité française que l’on ne donnait pas aux indigènes arabes.

Pourquoi tant de juifs semblent vouloir voter Zemmour ?

J. C. S. : Pour nous, il est intrigant qu’il y en ait même un seul. Éric Zemmour est imprégné de l’histoire des juifs d’Algérie qui ont peur de se « faire mettre à la porte » une seconde fois. Et il existe indéniablement une fascination pour ce petit juif d’Algérie, issu d’une famille désargentée, qui incarne la réussite de l’intégration française.

Sa défense d’une France chrétienne, c’est du cynisme électoraliste ?

J. H. : Pas seulement. Il considère que, pour être protégé en tant que juif en France, il faut aussi être chrétien (NDLR: stupide, il se serait converti, ce qui est loin d’être le cas). Il parle de culture chrétienne, et confesse qu’il n’a pas la foi. Cela peut faire penser aux marranes qui, traqués par l’Inquisition, se montraient chrétiens en public mais restaient juifs chez eux. Moins on est juif dans l’espace public, plus on est à l’abri.

NDLR : Défendre la France chrétienne ne s’analyse qu’à travers des faits, qui obligent les Juifs à une certaine reconnaissance envers la France et envers Vatican II.

Pour de nombreux juifs, venus d’Afrique du Nord, la France a été un pays de refuge, et d’accueil qui a permis de fuir les pays musulmans. Ces pays avec leur indépendance ont montré un autre visage, après avoir perdu le sens de l’accueil suite au départ de la France ou de l’Empire britannique dans le Maghreb et le Moyen-Orient.

En plus d’être des réfugiés, les juifs ont eu à souffrir du contentieux entre le judaïsme et l’islam suite à la création de l’État d’Israël, champ d’affrontement permanent , ce à quoi s’ajoute le terrorisme qui a frappé les juifs partout dans le monde.

Autre point objectif majeur, est qu’il y a eu un très grand effort de la part de l’Église pour résoudre le contentieux entre l’Église et les Juifs avec Vatican II. Si l’on trouve un antisémitisme païen – qui reste la marque de fabrique de l’extrême droite- , bien avant l’apparition du christianisme, l’antijudaïsme chrétien a prospéré pendant des siècles, jusqu’au tournant du concile Vatican II.

Après la guerre, dans la sidération de la Shoah, se tient la conférence de Seelisberg, en Suisse. Soixante-dix protestants, catholiques et Juifs se penchent sur l’enseignement religieux chrétien concernant les Juifs, et publient un texte en 10 points qui insiste notamment sur le fait que le même Dieu parle dans l’Ancien et le Nouveau Testament, que le précepte fondamental du christianisme – celui de l’amour de Dieu et du prochain – se trouve déjà l’Ancien Testament…

Ces 10 points de Seelisberg, approuvés par le Vatican et par le Conseil œcuménique des Églises, ont inspiré la réflexion du concile Vatican II sur le judaïsme. Celle-ci se formalise dans la déclaration Nostra Aetate en 1965, qui affirme que le peuple juif n’est pas responsable de la mort de Jésus et que l’Église ne se substitue pas au peuple d’Israël dans l’alliance avec Dieu. Depuis, les papes ont tous rappelé que l’antisémitisme est un péché et qu’être à la fois chrétien et antisémite est incompatible. Devant la communauté juive d’Allemagne, le 17 novembre 1980, Jean-Paul II parle ainsi du « peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance, qui n’a jamais été révoquée». «Vous êtes nos frères préférés et, d’une certaine manière, on pourrait dire nos frères aînés », affirme le même pape en 1986 dans un discours à la synagogue de Rome.

De fait, le contentieux avec la chrétienté s’estompe et défendre une France chrétienne pays de refuge face à un islam agressif est quelque chose qui s’entend, d’autant qu’il y a un double conflit : les juifs menacés en France et obligés de quitter des villes entières à cause de l’agressivité de l’immigration arabo-musulmane à leur égard, et le conflit israélo-arabe qui exacerbe les tensions.

On ajoutera pour répondre à ces deux journalistes, qui ont une petite mémoire, qu’il y a aussi un vieux contentieux avec les musulmans, qui ont dépouillé les Juifs de tous leurs biens, pour un grand nombre d’entre eux ( Égypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Yémen, Syrie, Irak, Iran, etc.… Etc..). Donc de nombreux juifs qui vont voter Zemmour ont des comptes à solder. Si les deux journalistes ne l’ont pas compris, c’est dommage pour eux, pour le CRIF et les autres. C’est du moins ainsi que l’entendent certains d’entre eux.

Faire un livre sur Zemmour ca fait surtout vendre du papier.

Le Point – JForum

11 Commentaires

  1. « les juifs ont eu à souffrir du contentieux entre le judaïsme et l’islam suite à la création de l’État d’Israël »: retour du mythe de l’importation du conflit moyenoriental. La réalité, c’est l’importation des préjugés racistes du Maghreb. Pour Merah&co, la « cause palestinienne » n’est qu’un alibi.

  2. Discuter de la contradiction entre la judéité d’un candidat et ses positions négationnistes, n’est qu’un faux débat de plus pour la prochaine farce électorale, donc une perte de temps et d’énergie.

    La francaouie compte près de 6 millions de chômeurs, 10 millions de pauvres, une récession économique grave, elle plie sous le poids d’une dette publique abyssale, avec en prime une violence sanglante et insécurité liée à une invasion migratoire. Pour des millions de personnes, elle n’est qu’un pays de misère et d’exclusion. Bien sûr, le Peuple écrasé et odieusement manipulé par un appareil judiciaire et policier archi corrompu, se révolte, malgré une répression policière de plus en plus sanglante. Aucun politicien ne pourra redresser ce pays dans ces circonstances, ni donner du travail à 6 millions de chômeurs, ni expulser les millions de migrants indésirables. La solution évidente est le clash social, coup d’État, guerre civile, et établissement d’un régime totalitaire avec sacrifice de plusieurs millions de personnes.

    En 1962, les Juifs d’Algérie, écrasés et abrutis par un siècle d’impérialisme colonial, ont été piégés à entrer dans ce pays de ratés, pervers et corrompus, bêtes et méchants, destructeurs et lâches. Une qu’ils ont réussi à prendre conscience de cette Réalité, la meilleur solution pour eux est de partir vers des pays plus prometteurs. Le Monde est immense. Alors Juifs ne perdez pas votre temps, ni énergie, dans les faux débats de la prochaine farce électorale. Que pourriez vous espérer d’un pays où des millions de personnes n’ont rien d’autre à perdre que leur petite peau, et n’hésiteront pas à se venger en frappant sans limites?

  3. « Donc de nombreux juifs qui vont voter Zemmour ont des comptes à solder. » Stupide !
    Il n’ya pas que le juifs sépharades qui vont voter pour Zemmour. Moi, je suis juif alsacien et je vais voter pour Zemmour. Quel compte aurais-je à régler ?
    Des comptes à demander à Macron, oui.

  4. Les mondialistes ont un super programme électoral….cela fait 50 ans qu’ils ont convaincu le peuple français que la meilleure solution; c’est le suicide !
    Quand on est capable de vendre un tel programme; on peut se prendre pour Dieu !
    (Macron ne s’en prive pas et il n’est pas le seul !)

  5. Les français ne veulent ni être remplacés par d’autres peuples, d’autres cultures, ni déclassés et cela fait 50 ans que , par divers biais (associer les guerres mondiales à l’existence de nations souveraines, le front national au nazisme, Jm le Pen à la shoah, et, maintenant Zemmour au fait qu’il est juif . « Coucou ! les antisémites; Zemmour est juif ! » A grand bruit de casseroles et de crécelles !) le peuple se fait couillonner …il vote pour avoir ce qu’il ne veut pas ! L’absurdité des moyens utilisés pour rouler le peuple cette fois-ci, consiste à cumuler les voix et des juifs et des antisémites ! Balaise ! Mais si le peuple continue de se plaindre d’être détruit culturellement et physiquement, tout en votant pour ceux qui lui expliquent que tout va très bien, et qu’il faut donc continuer parce que sinon,
    ce sera l’enfer….ma foi; il aura, lui-même creusé sa tombe et ses filles seront violées ou voilées.

  6. Grand merci à la rédaction de Forum de remettre les pendules à l’heure, BRAVO.
    Ces attaques nauséabondes et incessantes contre Zemmour tendent à nous priver d’un débat électoral crucial pour la France que l’on soit juif ou non, tout ce que Macron veut fuir. Mais qui plus est ces attaques venant du Crif ou de Mr KORSIA peuvent nous être à terme gravement préjudiciable.
    Au final je ne fais plus de distinction entre Jadot, Mélenchon et le Crif !!!

  7. De BHL à Jadot, en passant par Judith Cohen Solal et Jonathan Hayoun, le Crif, la Licra, Mélenchon, etc. ces mondialistes, immigrationnistes, multiculturalistes, lancent un appel
    à tous les antisémites:
    « Vous n’allez, tout de même pas, laisser élire un président juif, en France ! »
    S »ils avaient des arguments, un projet motivant pour l’électorat; ils ne réduiraient pas Zemmour à sa judéité dont tous les français normaux, se contrefoutent !!
    Leur procédé est grossier et répugnant !
    Il n’est pas inutile de rappeler qu’Eric Zemmour , non seulement veut revenir à l’esprit de la laïcité (séparation du public et du privé, du temporel et du spirituel, discrétion dans l’espace public); mais il ne dissimule ni ne met en avant ses origines juives, berbères, pieds-noirs.
    Il expose d’où il vient, pour faire comprendre son attachement à la France….mais, il est vrai, pour les mondialistes, un tel attachement, est un crime !.

  8. Ce qui est juif dans la politique de Zemmour est surtout révélé par cette phrase qu’il prononce souvent: le peuple de France mérite au même titre que les autres de conserver son existence.
    C’est tout simplement l’application de la théorie rabbinique des 69 nations + 1 (Israël).
    C’est la paracha de la Migdal bavel.

  9. Bravo et merci à la rédaction pour avoir corrigé, par l’ajout de notes, les délires de ces deux saletés antijuives la pouffiasse à déchets COHEN-SOLAL et le trouduc HAYOUN.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.