Le stratagème d’Elkin

Le joueur d’échecs Elkin, l’esprit politique aiguisé, est passé du côté qui veut renverser Netanyahu. Pendant ce temps, Saar parvient à fixer l’agenda. Dans les coulisses d’un mouvement longtemps gardé secret

S’il y a une chose que Gideon Saar a prouvé au cours des deux dernières semaines, depuis qu’il a quitté le Likoud dans un maelström et qu’il a formé un nouveau parti, ce sont des capacités excédentaires par rapport à ce qui est normalement accepté dans le système politique. Il sait initier, planifier et surprendre. Lorsque Saar s’est retiré, a prononcé un discours cinglant contre Netanyahu, puis a ajouté Yifat Shasha Bitton à sa petite liste, il semblait avoir déjà gaspillé trop de munitions au tout début de la campagne. Pourtant, ‘ajout de Zeev Elkin et son discours sans concession prouve que les premiers initiateurs avaient raison.
Ce n’est pas seulement la sortie surprenante d’Elkin, qui est restée discrète même si les contacts durent depuis plus de deux semaines (cette fois aussi Lieberman, l’homme qui sait presque tout, ne l’a pas su à l’avance), c’est aussi – et peut-être le plus important – le texte d’Elkin: l’un des plus clairs et des plus nets jamais entendu contre Benjamin Netanyahu.
Les paroles d’Elkin parlent aux tripes des adversaires de Netanyahu, mais pas moins – aussi à celles de ses fans. Il s’agit d’un texte précis et détaillé de celui qui a vu les choses de l’intérieur. Les descriptions de la façon dont il est entré par effraction dans la chambre de Netanyahu et ce qu’il lui a dit pendant les quatre heures stressantes de leur rencontre ont fourni un aperçu plutôt rare des coulisses de la politique israélienne.
Elkin n’est plus membre du Likud. Il a passé de longues périodes dans la ruche la plus intime du premier ministre. Personne ne s’attendait à ce que le ministre fidèle, celui qui courait défendre Netanyahu chaque matin dans les médias, bombarde comme ça de nulle part. Dans l’Air Force, on dit que l’avion qui vous abat est justement celui que vous ne voyez pas (dans l’angle mort). Eh bien, Elkin est apparu au soir de sa démission, comme un bombardier stratégique et personne, pas même Netanyahu, ne l’a vu approcher.
Le geste d’Elkin a sans doute rencontré quelques partenaires secrets, dans une campagne prête à lancer l’assaut, au cours des deux dernières semaines. Le discours lui-même n’a pas été rédigé par des militants mais par Elkin lui-même, mot pour mot. Saar a parcouru le texte à l’avance. Il a été filmé deux heures avant sa publication, et même les porte-parole de la campagne – qui ont informé les journalistes d’une annonce importante à faire dans la soirée – ne savaient pas de quelle annonce il s’agissait.
Il ressort clairement du texte qu’Elkin a écrit qu’il portait avec lui une longue, très longue accusation contre Netanyahu. C’est un politicien qui a l’air gris, sans charisme, mais tout le monde, dans le système politique, sait qu’il est l’un des politiciens les plus brillants à émerger en Israël au cours des 20 dernières années. Elkin apporte de nombreux atouts au maelström au sein du Likoud, en étant un homme de droite, un résident des implantations de Judée-Samarie, un porteur de kippa tricotée et un russophone, mais l’atout principal est son esprit politique aiguisé, qui a officiellement cessé de travailler pour le Premier ministre ce soir-là.

 

Naftali Bennett Gideon Saar Benjamin Netanyahu

( Photo: Shaul Golan, Avi Mualem, Yoav Dodkevich )

Saar a dépassé Bennett et surpris Netanyahu

Elkin est un joueur d’échecs doué. Inspiré par Le Jeu de la Dame (ou Jeu de la Reine en anglais : «Queen Gambit»), la série de Netflix, le mouvement de Saar est une ouverture étonnante. Embarquez-vous dans une aventure tout en renonçant à un poste à la tête du parti au pouvoir. Elkin sera l’un des principaux partenaires de Saar et devrait diriger les négociations de coalition pour former un gouvernement, si et quand Saar en recevrait le mandat. Les relations entre eux, d’ailleurs, sont chaleureuses depuis de nombreuses années. Ils pourraient parvenir rue Balfour (résidence du Premier Ministre).
Saar a rapidement terminé une série de coups réussis qui font de lui le principal concurrent contre Netanyahu pour le moment, en face à face. Il a démissionné du Likud avant l’annonce des élections, ce qui en temps réel semblait être un pari dangereux, et aujourd’hui cela apparaît comme un pari adroit et surtout gratifiant. Son saut dans l’eau et son annonce qu’il serait candidat au poste de Premier ministre avant Bennett semble maintenant d’une grande importance. Il a pris le pli.
Lors d’une campagne électorale, l’un des éléments importants consiste à établir un programme. Au cours des deux dernières semaines, Saar a défini l’agenda politique. Netanyahu, qui a été le seul et unique dirigeant à établir l’agenda politique en Israël pendant plus d’une décennie, a, cette fois-ci, dû répondre à plusieurs reprises aux initiatives de Saar.
« Et quel froid dehors, c’est faux, ce sont tes mots qui ont gelé la pièce« , a chanté Noy Fadlon.
On peut supposer qu’en entendant le discours d’Elkin, c’était plus ou moins le sentiment de Netanyahu lors de la réunion du cabinet suivant. Et il y a une autre ligne intéressante dans la chanson: « Mon ego dominera la façon dont je te laisse partir. » Il ne serait pas déraisonnable d’estimer que Netanyahu s’identifie également aujourd’hui à cette ligne de pensée.
Adaptation : Marc Brzustowski

3 Commentaires

  1. Bibi continue de faire un excellent travail pour l’Etat d’Israel et le Ham Ehad.
    les jaloux et les envieux, nombreux, ne revent que d’une chose : prendre sa place sans apporter la peuvent materielle de leurs competences : alors on dira pour paraphraser certains : il y auras beaucoup d’appelés et peu d’élus !
    dommage de faire perdre un temps précieux à Israel, à notre cause et à notre redemptions sur nos terres ancestrales et nos objectifs ultimes.
    mais Dieu ne ferme jamais toutes les portes en meme temps : il laissera toujours une porte ouverte pour Israel et le peuple juif !

  2. Toute mon admiration a Bibi…………sauf qu il n a jamais eu le courage de preparer sa succession ! De Gaulle disait « les cimetieres sont pleins d’irremplcables ».

  3. César à Brutus lors de son assassinat :tu quoque fili mi ( toi aussi mon fils). On ne peut être trahi que par ceux à qui ont fait confiance.
    Mais Bibi est plus stratège que César.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.