UNRWA : la punition des Emirats et du Bahreïn

Alors que les Etats-Unis de Joe Biden s’apprêtent à restaurer leur aide financière à l’UNRWA, les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont pratiquement coupé les vivres à cette agence de l’Onu qui est un puits sans fond, qui perpétue le statut de « réfugié palestinien » et couvre un enseignement à la haine et à la violence dans les écoles qu’elle gère.

Ce n’est certes pas pour ces raisons que ces deux Etats du Golfe veulent punir l’Autorité Palestinienne mais parce que cette dernière a réagi de manière particulièrement ingrate et violente envers ces deux pays grands donateurs après la signature des Accords d’Abraham, les accusant de « traîtrise » et d’avoir « planté un couteau dans le dos du peuple palestinien, de Jérusalem et de la mosquée Al-Aqsa ». Abou Mazen avait même rappelé ses deux « ambassadeurs » en signe de protestation. Sans parler des manifestations dans les villes arabes « palestiniennes » où les portraits des dirigeants de ces émirats étaient brûlés.

Si en 2018, l’aide annuelle des Emirats arabes à l’Unrwa s’était élevée à 53 millions de dollars et 51 millions de dollars en 2019, cette aide est tombée à…un million de dollars en 2020.

A Ramallah on compte désormais sur l’Oncle Joe pour combler autant que faire se peut cette perte d’argent et continuer à alimenter cette fabrique de haine, une situation on ne peut plus paradoxale et absurde.

Photo Abed Rahim Khatib / Flash 90

Les EAU ont considérablement réduit le financement des réfugiés palestiniens en 2020

Le porte-parole de l’UNRWA a déclaré que l’État du Golfe avait fait un don de 51,8 millions de dollars à l’agence en 2018 et à nouveau en 2019, mais qu’en 2020, il ne lui avait donné qu’un million de dollars; les critiques affirment que l’UNRWA perpétue le problème des réfugiés créé par la guerre de 1948

Presse associée| Publié le: 02.06.21, 09:35

Les Émirats arabes unis ont considérablement réduit leur financement à l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens en 2020, l’année où ils ont signé un accord de normalisation négocié par les États-Unis avec Israël et qui a été fortement critiqué par l’Autorité palestinienne.

L’agence connue sous le nom d’UNRWA fournit une éducation, des soins de santé et d’autres services vitaux à quelque 5,7 millions de réfugiés palestiniens enregistrés à travers le Moyen-Orient, principalement des descendants des 700000 Palestiniens qui ont fui ou ont été chassés d’Israël pendant la guerre de 1948 qui a entouré sa création.

Des membres d’une famille palestinienne, certains vêtus d’un masque en raison de la pandémie de coronavirus COVID-19, se tiennent à la porte de leur maison alors qu’ils reçoivent une aide alimentaire fournie par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) à Gaza

Les EAU ont fait don de 51,8 millions de dollars à l’UNRWA en 2018 et à nouveau en 2019, mais en 2020, ils n’ont donné à l’agence qu’un million de dollars, a déclaré vendredi le porte-parole de l’agence, Sami Mshasha. « Nous espérons vraiment qu’en 2021, ils reviendront aux niveaux des années précédentes », a-t-il déclaré.

Les responsables émiratis n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires tôt samedi.

L’année dernière, les EAU ont normalisé leurs relations avec Israël, rompant avec un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance ne devrait venir qu’en échange de concessions dans le processus de paix avec les Palestiniens, moribond depuis plus d’une décennie.

Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont conclu des accords similaires peu de temps après, ce que l’administration Trump a présenté comme une réalisation diplomatique historique. Le président Joe Biden a salué les accords et a déclaré qu’il encouragerait la reprise des pourparlers de paix directs.

L’Autorité palestinienne, cependant, a considéré les accords comme une trahison et a sévèrement critiqué les EAU. Cela a peut-être incité la fédération des cheikhs riches en pétrole, qui comprend Dubaï et Abu Dhabi, à réduire l’aide.

Un enfant se tient à côté d’un sac de farine alors que des gens viennent recevoir une aide alimentaire d’un centre de distribution de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) à Khan Younis dans la bande de Gaza

Les détracteurs de l’UNRWA affirment que cela perpétue le problème des réfugiés créé par la guerre israélo-arabe de 1948 et la revendication des Palestiniens d’un «droit au retour» pour les réfugiés et leurs descendants. Israël rejette catégoriquement l’idée d’un droit au retour, qui, s’il était pleinement mis en œuvre, laisserait le pays à une majorité palestinienne.

L’administration Trump a coupé tout financement à l’UNRWA en 2018, l’une des nombreuses mesures sans précédent qu’elle a prises pour soutenir Israël et isoler les Palestiniens. Les États-Unis avaient auparavant donné à l’agence environ 360 millions de dollars par an.

L’administration Biden a annoncé le mois dernier qu’elle rétablirait l’aide aux Palestiniens, y compris aux réfugiés, et a déclaré qu’elle travaillera à relancer les négociations de paix. Les deux parties n’ont pas eu de pourparlers de paix de fond depuis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pris ses fonctions en 2009.

Des membres d’une famille palestinienne reçoivent une aide alimentaire fournie par l’UNRWA à Gaza ( Photo: AP )

Source: https://www.ynetnews.com/article/Bye64pixO

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.