Unicité de Jérusalem, clé de la stabilité régionale

0
424

 

Le statut d’Israël à Jérusalem joue un rôle dans l’équilibre des forces entre les camps rivaux dans l’arène régionale. En fait, la souveraineté israélienne dans la Jérusalem unifiée constitue un point d’ancrage essentiel pour le «camp en faveur de la stabilité» régionale. Cela explique la décision d’Israël de prendre en compte les intérêts jordaniens et palestiniens lors de la restauration du statu quo ante après les violences de juillet 2017 sur le mont du Temple.

Le conflit dramatique qui a éclaté à la suite de l’attaque terroriste sur le mont du Temple (14 juillet 2017) et des affrontements qui ont suivi en ce qui concerne l’installation de détecteurs de métaux aux portes d’entrée du site ont mis à jour diverses questions de grande portée,en terme de signification stratégique et politique.

Certains ont trait à la dynamique régionale, aux relations entre Israël et ses voisins et avec les dirigeants palestiniens. D’autres reflétaient des courants politiques et idéologiques sous-jacents parmi les couches importantes de la population arabe à Jérusalem et parmi les Arabes israéliens. Il y avait aussi des tensions internes israéliennes. Cela inclut l’importante controverse – qui s’est transformée en un échange vitriolique et indigne – au sujet des positions fondamentales sur lesquelles reposent les évaluations du renseignement par Tsahal et le Shin Bet, service de sécurité générale, ainsi que de la manière dont ces évaluations sont perçues par certaines parties du système politique.

Une crise spécifique a éclaté parallèlement à l’incident de la fusillade à Amman, qui a aggravé les dilemmes du gouvernement jordanien, d’une part, et du système politique (et du public) en Israël, d’autre part. L’hostilité profondément enracinée à l’égard d’Israël dans la société jordanienne était un facteur aggravant.

Le statut d’Israël à Jérusalem joue un rôle dans l’équilibre des forces entre les camps rivaux dans l’arène régionale.

Cet article se concentre sur l’un des aspects suivants : Le statut d’Israël à Jérusalem joue un rôle dans l’équilibre des forces entre les camps rivaux de l’arène régionale. En effet, c’est cet élément que les dirigeants israéliens, en particulier le Premier ministre Netanyahou, ont fini par considérer comme l’aspect le plus important de la conflagration et de sa résolution.

Les questions non posées

Après l’attaque terroriste et tout au long de la crise, le discours public et politique en Israël a eu tendance à se concentrer principalement sur le conflit avec les Palestiniens, sur l’explosion de colère (mutuelle) entre la Jordanie et Israël ; et principalement – sur la véritable difficulté, aux yeux de beaucoup, d’avaler des décisions perçues comme un affront à l’honneur national d’Israël (et comme un recul d’une politique de sécurité légitime).

Parmi les accusations mutuelles, on n’a pas accordé suffisamment d’attention à la signification des événements dans le contexte régional plus large. Ils doivent cependant être interprétés comme liés à la lutte acharnée pour l’avenir du monde arabe et à la dynamique actuelle d’une région déchirée entre plusieurs camps géopolitiques et idéologiques distincts.

Ainsi, un examen rétrospectif de cet aspect du drame révèle des réponses surprenantes à plusieurs questions plus fondamentales qui n’ont été ni posées ni résolues de manière suffisamment claire : qu’est-ce qui a conduit à l’escalade de la crise? Quels sont les facteurs sous-jacents qui ont transformé une procédure de sécurité essentiellement technique en un affrontement dramatique aux niveaux national et religieux? Comment le «monde arabe» – si ce terme signifie-t-il encore quelque chose – réagit-il réellement aux événements, à la fureur et aux cris de ralliement du «Takbir» (Allahu akbar) à Jérusalem?

Qu’est-ce qui a poussé les décideurs israéliens à mettre rapidement un terme à la crise, en utilisant efficacement la situation créée par l’incident inattendu et malheureux en Jordanie? Et pourquoi, malgré l’enthousiasme débordant et le sentiment de victoire du côté palestinien, l’incitation incendiaire de l’Autorité palestinienne a-t-elle diminué si brusquement, cédant la place – au moins pour un temps – à une atmosphère de «statu quo» quant aux ruptures dans la coopération en matière de sécurité et le tournant ultérieur vers une nouvelle tentative de réconciliation avec le Hamas)?

La réponse à ces questions se trouve, dans une large mesure, dans le lien – ou plus précisément dans la tentative systématique de créer un lien – entre les événements de Jérusalem et la lutte qui se prépare actuellement dans le monde arabe ; une lutte intense et sans relâche qui oppose le «camp de la stabilité» dirigé par l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, contre le camp identifié à l’idéologie des Ikhwan (les Frères musulmans).

Ce dernier est actuellement basé au Qatar, soutenu par la Turquie, et inclut le Hamas à Gaza (en dépit de la tentative de ce dernier de le dissimuler dans le nouveau document d’orientation du Mouvement), et en Israël via la branche nord du Mouvement islamique, sous la direction vigoureuse et malicieuse de Cheikh Raed Salah. Les premiers sont connus sous le nom d ‘«États de boycott» en raison de leurs actions récentes contre le Qatar.

Compte tenu de ce lien, une réalité politique et diplomatique est apparue avec une grande clarté. En vertu de sa souveraineté à Jérusalem et de son statut (complexe) dans les lieux saints, Israël détient aujourd’hui l’une des clés de la stabilité régionale.

En vertu de sa souveraineté à Jérusalem, Israël détient aujourd’hui l’une des clés de la stabilité régionale. De nombreux acteurs arabes clés préfèrent en fait préserver cette situation.

En outre, des entités très puissantes du monde arabe préfèrent, à juste titre, préserver cet état de choses en utilisant des désignations vagues telles que «statu quo» ou «droits historiques au Mont du Temple».

Les autorités palestiniennes accordent une grande importance aux demandes des Palestiniens, mais cette préférence est maintenue dans la pratique par les principaux acteurs, ne serait-ce que pour empêcher cet atout essentiel de tomber entre les mains de leurs ennemis et des forces cherchant à saper l’ordre politique existant. Le statu quo à Jérusalem dissipe également l’inquiétude selon laquelle une entité arabe du camp de la stabilité prendrait le contrôle du mont du Temple et augmenterait son pouvoir au détriment des autres.

En vertu de sa souveraineté à Jérusalem et de son statut (complexe) sur les lieux saints, Israël détient aujourd’hui l’une des clés de la stabilité régionale.

Le conflit est cette fois-ci un conflit sunnite interne. Le camp important et puissant de l’Iran et de ses alliés, avant tout le Hezbollah, a tenté de s’immiscer dans ces événements récents et d’exacerber la crise. Il a applaudi au rassemblement populaire contre Israël, mais était néanmoins un acteur secondaire.

La bataille principale qui a fait rage -et qui tendrait à s’estomper actuellement, à la faveur de la crise américano-iranienne- entre l’Arabie saoudite et le Qatar et implique de puissants intérêts économiques (une aubaine pour les partisans de la théorie du complot, en particulier ceux de couleur marxiste), liés au contrôle du marché mondial de l’énergie et à une grande quantité d’argent. Il reflète également les anciennes rivalités locales et tribales, les ambitions personnelles sans limites et, surtout, un affrontement direct entre les conceptions idéologiques.

Il s’agit d’un conflit historique de grande envergure mené sur plusieurs fronts concernant l’avenir du monde arabe et la nature de l’islam. Du point de vue du camp turco-qatari, il s’est récemment trouvé confronté à de graves difficultés dans cette lutte, d’où son intérêt à détourner l’attention sur Jérusalem.

Il s’agit d’un conflit historique de grande envergure mené sur plusieurs fronts concernant l’avenir du monde arabe et la nature de l’islam.

Cette lutte se joue dans le contexte de profonds changements survenus dans la région depuis le début des événements régionaux instables ; ce que certains espoirs continuent d’appeler le «printemps arabe» malgré l’ampleur des atrocités commises en Syrie et dans de nombreux autres pays. En réalité, ces événements traumatisants ont entraîné une nouvelle carte géopolitique régionale. Elle n’a pas été façonnée uniquement par l’équilibre des pouvoirs et par des considérations de «raison d’État». Les nouveaux contours régionaux sont fortement influencés par des motifs idéologiques et religieux.

Cela est sans aucun doute vrai même dans les pays qui ont tenu ensemble – comme la Turquie, dont le chef est un islamiste et idéologiquement proche des Frères musulmans. Cela vaut également pour le Liban qui, depuis la victoire du Hezbollah dans le conflit interne de mai 2008, n’est plus un État souverain dans la pratique et est devenu une sorte de «coquille vide» détournée par une organisation terroriste qui est un agent de l’Iran.

D’autres États se sont également effondrés, notamment la Syrie, la Libye, l’Irak, le Yémen et l’Autorité palestinienne, qui est déchirée. Ainsi, la réalité régionale se réaligne le long de lignes de faille idéales, entremêlées d’éléments religieux / ethniques et géopolitiques.

Avec plusieurs pays en décomposition, quatre camps sont en lice pour l’hégémonie régionale.

Après la fin de la guerre froide, le camp nationaliste-socialiste jadis puissant dans le monde arabe (- en allemand, le Nationalsozialismus semble plus explicite), a connu un net déclin. Les forces distinctement identifiées à l’URSS – le nassérisme, le Baath, le «Front du rejet» – devenaient de moins en moins pertinentes. À l’autre bout du spectre, la faiblesse tragique du camp libéral dans le monde arabe (ils ont su susciter une rébellion, mais pas se tenir au pouvoir) a fait que quatre camps effectifs sont toujours en lice pour l’hégémonie régionale.

Le premier camp est dirigé par l’Iran, ses rejetons et ses alliés, que l’on peut qualifier de camp islamiste radical. Il s’agit d’une tendance notoire, mais pas exclusivement chiite, qui contrôle actuellement quatre capitales arabes : le Hezbollah, puissance hégémonique de Beyrouth ; Assad à Damas, ayant survécu grâce à l’aide de l’Iran et de la Russie ; les milices de «mobilisation populaire» (al-Hashad al-Shabi) en Irak qui ont joué un rôle clé dans la libération de Mossoul et sont contrôlées par la «force al-Qods» du corps des gardiens de la révolution iraniens ; et les rebelles houthis au Yémen qui contrôlent la capitale Sanaa et sont également identifiés à l’Iran.

Bien entendu, ce camp s’oppose au statu quo à Jérusalem, mais son influence lors de la dernière crise a été relativement limitée.

Le second camp est le camp Salafi-Jihadiste, et depuis 2014, il est constitué de «l’État islamique» qui prétend prétendre au renouvellement du califat. Il s’agit d’un camp idéologique extrême qui, à son apogée, contrôlait de grandes parties de l’Iraq et «Sham» (terme historique qui englobe la Syrie, le Liban, la Jordanie et la Terre d’Israël), et s’étendait également à ce qu’il considérait comme les Muhafazat (districts) de l’«État» en Libye, dans le Sinaï et même en Afrique occidentale.

Ce camp aussi s’oppose évidemment au statu quo à Jérusalem. Mais vu son combat pour sa survie en Irak et en Syrie, il n’a joué qu’un rôle marginal dans les événements du Mont du Temple, bien que ses messages aient contribué à radicaliser des éléments parmi les Jordaniens, les Palestiniens et les Arabes israéliens.

Le troisième camp est celui identifié avec la vision du monde des Frères musulmans (FM) et est au centre du drame politique de l’été 2017.

Ce camp a été considérablement renforcé après les élections présidentielles égyptiennes de mai 2012, qui ont porté au pouvoir le candidat des Frères musulmans, Muhammad Morsi. Néanmoins, après son limogeage par l’armée en juillet 2013 et le repli des Frères musulmans en Tunisie, les derniers centres de pouvoir des Frères musulmans sont le régime du Hamas à Gaza et, en partie, le gouvernement de l’ouest de la Libye.

Cependant, dans de nombreux pays, le FM dispose d’une solide infrastructure organisationnelle et sociale, ouverte ou dissimulée, y compris la branche nord du Mouvement islamique en Israël. En outre, ces éléments et mouvements bénéficient du soutien manifeste, actif et étendu de deux pays clés – la Turquie sous la direction d’Erdoğan et l’émirat du Qatar – qui ont mis leurs ressources et leur influence à la disposition de ce camp. Dans ce cas, les deux ont offert leur soutien à l’effort visant à renverser le statu quo à Jérusalem.

Face à ces trois camps se dresse ce que l’on peut appeler le «camp de la stabilité» – diverses forces agissant pour empêcher la déstabilisation de l’ordre existant et pour prévenir un accroissement du pouvoir islamiste.

Ce camp n’est pas entièrement coordonné et ses éléments ne partagent pas toujours les mêmes priorités. Pour l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Israël, l’Iran est le principal ennemi ; alors que pour l’Egypte et pour les dirigeants palestiniens à Ramallah, ce sont les Frères musulmans et leurs rejetons (y compris le Hamas) qui constituent un danger existentiel distinct, tandis que l’Iran est la menace à l’horizon.

Face au défi turc, ce camp stratégique a également de la place pour Chypre, la Grèce et les pays du même état d’esprit situés dans le bassin oriental de la Méditerranée. Les membres de ce camp sont par définition favorables au statu quo à Jérusalem, principalement pour empêcher toute entité concurrente – à l’extérieur et même à l’intérieur du camp – d’obtenir et de consolider son statut à Jérusalem et sur le Mont du Temple.

Le «jeu des camps» se joue dans toute la région et crée souvent des combinaisons de forces inattendues et même problématiques.

Le «jeu des camps» – la lutte entre les quatre pour l’hégémonie régionale et pour leur survie même – se déroule dans différents contextes de la région et crée souvent des combinaisons inattendues voire problématiques de forces divergentes. Les États-Unis, les Kurdes et les milices soutenues par l’Iran ont coopéré dans le cadre de la bataille de Mossoul. Des éléments liés aux Frères musulmans ont collaboré avec les puissances européennes dans la bataille visant à éliminer Daesh au centre de la Libye. La lutte est souvent brutale, comme l’attestent la Syrie et le Yémen.

Une analyse des caractéristiques du conflit entre l’Arabie saoudite et ses partenaires, d’une part, et l’Iran et ses satellites, d’autre part, n’entre pas dans le cadre du présent document.

Néanmoins, il est important de souligner que la visite du président Trump en Arabie saoudite a renforcé la confiance des dirigeants saoudiens actuels. Cela a été suivi d’un bouleversement interne au sein de la famille royale qui a entraîné l’éviction de Mohammed bin Nayef comme héritier du trône au profit de Mohammed bin Salman, fils du roi et ministre de la Défense. Cela a encore accru la volonté saoudienne de prendre des mesures belligérantes et agressives pour renforcer son statut – et de renforcer le «camp de la stabilité» dans la lutte pour le pouvoir dans la région.

Ainsi, dans le contexte d’indications de plus en plus nombreuses de l’effondrement imminent de «l’État islamique», les Saoudiens – ainsi que les Égyptiens, Bahreïn et les Émirats, et avec un soutien qualifié d’autres éléments du monde arabe – se sont tournés contre le pays à la tête du camp des Frères Musulmans, en se concentrant sur le Qatar et le rôle qu’il joue dans l’animation de la nébuleuse globale (et indirectement aussi la Turquie).

Ce conflit spécifique n’est pas nouveau. La Turquie et le Qatar ont rencontré des adversaires égyptiens (et israéliens) lorsqu’ils ont tenté d’intervenir à Gaza au cours de l’opération Plomb Durci (décembre 2008-janvier 2009), de l’opération Pilier de la défense (novembre 2012) et de l’opération Bordure Protectrice (été 2014). À maintes reprises, les efforts de médiation diplomatique des ministres des Affaires étrangères turc et qatari, soutenus dans une certaine mesure par l’administration Obama, ont été repoussés, de moins en moins poliment.

Si Israël avait accepté que la Turquie et le Qatar dirigent les négociations visant à mettre fin à l’opération Bordure Protectrice, il est raisonnable de supposer que la cessation des combats aurait pu être atteinte beaucoup plus tôt, mais au prix de graves dommages pour le statut de l’Égypte et pour le pouvoir d’influence du “camp de la stabilité” dans son ensemble. Ensuite, comme lors de la crise actuelle, Israël faisait partie intégrante du camp de la stabilité et était disposé à endurer des combats prolongés pour assurer le contrôle égyptien de la phase finale à Gaza.

Ailleurs, au cours des deux dernières années, le deuxième round de la guerre civile en Libye – entre le gouvernement de Tripoli, qui repose sur la milice de Misrata et le pouvoir politique des Frères musulmans, d’un côté, et le régime du général Khalifa Haftar , qui est soutenu par l’Égypte de l’autre côté – est également devenu une sorte de guerre indirecte entre la Turquie (soutenue par le Qatar) et l’Égypte (soutenue par les Émirats), respectivement.

Au niveau de la guerre de l’information, une bataille acharnée de propagande fait rage depuis des années entre Al Jazeera, propriété de Qatar, dont l’influence est telle qu’il existe des personnes qui ont qualifié le Qatar de «puits de pétrole doté d’une chaîne de télévision» – dont le journal pro -Saoudien Al Arabiya. Après l’opération Bordure Protectrice, le Qatar était soumis à de fortes pressions pour restreindre les incitations flagrantes contre le président al-Sisi et le gouvernement égyptien, mais les résultats ont été limités et temporaires.

Dans ce contexte, la décision de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et de leurs partenaires de rompre les liens avec le Qatar, d’imposer des sanctions et de le condamner devant les tribunaux de l’opinion arabe et mondiale n’a pas été une surprise. Il y a eu un changement de style (plus agressif et cinglant que par le passé) et de l’intensité du conflit, qui s’est rapidement détérioré pour donner des tonalités aiguës et déboucher sur des accusations sans précédent. Cela impliquait notamment de fermer Al Jazeera et de retirer la base militaire turque du Qatar. De l’autre côté, on a entendu l’appel du Qatar à l’expropriation du contrôle des lieux saints de l’islam de la Maison des Saoud.

Les efforts de médiation déployés par le Koweït et d’autres pays, soutenus par le secrétaire d’État américain Tillerson, ont longtemps été infructueux.

La décision de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et de leurs partenaires de rompre les liens avec le Qatar et d’imposer des sanctions n’a pas été une surprise.

Ainsi, le camp des Frères Musulmans était confronté au besoin urgent de détourner l’attention de la crise qatari et de s’interroger sur la légitimité des régimes qui coopèrent avec Israël. Même s’il n’y a aucune preuve directe que l’attaque terroriste du 14 juillet 2017 sur le Mont du Temple ait été prévue à cet effet, il s’agissait sans aucun doute du produit d’une incitation continue du type : – «al-Aqsa fi khatar» (Al-Aqsa est en danger) .

Cela a été conduit par un élément parmi les Arabes israéliens distinctement identifiés à ce camp, à savoir la branche nord du Mouvement islamique, qui a pris des mesures pour soutenir la cause des Frères. Il existe également des bases permettant de supposer que les dirigeants turcs ont utilisé la gamme de leurs leviers opérationnels (activités sociales, établissements d’enseignement, fonds) développés au cours des dernières années dans les quartiers arabes de Jérusalem, afin d’élargir et d’approfondir les troubles, par l’influence des idéologies islamistes et ainsi, saper le contrôle jordanien et israélien sur le mont du Temple.

Les réponses d’un point de vue régional

Ainsi, certaines réponses aux questions posées au début de cet article peuvent être proposées.

Pourquoi la crise s’est-elle aggravée?

Au-delà de l’attaque terroriste elle-même, on peut affirmer avec certitude que des éléments très influents (et nantis) étaient très intéressés à contrecarrer les efforts d’apaisement d’Israël, efforts auxquels ont initialement adhéré la Jordanie – et même les dirigeants palestiniens. à Ramallah – au stade primaire, immédiatement après l’attaque.

Avec l’aide des mécanismes d’incitation à leur disposition, dans les médias, en ligne et sur le terrain, ils ont pu renverser la question des mesures de sécurité concrètes prises par Israël (sur lesquelles il semble qu’il aurait été possible de conclure des accords avec l’Autorité palestinienne. et la Jordanie, avant que l’incitation ne s’intensifie) en une pomme de discorde principale visant à inciter le monde arabe.

La branche nord du mouvement islamique, interdite en Israël mais dont les dirigeants ont continué à agir sans modération à l’époque, a également joué un rôle important dans l’instigation de ces actes. Il n’a pas caché son affinité pour la position du Qatar dans la crise saoudienne et a clairement manifesté son intention de modifier l’orientation du débat dans le monde arabe.

La crise s’est aggravée parce que des acteurs régionaux influents avaient intérêt à faire échec aux efforts d’Israël pour rétablir le calme.

Comment le «monde arabe» a-t-il réagi aux événements de Jérusalem?

À cet égard, les incitateurs ont très bien réussi dans leur mission auprès de la population des zones sous contrôle de l’Autorité palestinienne, ainsi qu’en Jordanie – deux points focaux pouvant être considérés comme le talon d’Achille du camp de la stabilité. Dans les deux cas, les dirigeants politiques ont peut-être eu envie de calmer la situation, mais ont eu du mal à résister aux pressions de la «rue».

Pour Mahmoud Abbas, opérant depuis une position nettement qualifiée de faible, les événements survenus sur le Mont du Temple ont également produit la tentation de profiter de l’escalade pour chasser la Jordanie de Jérusalem, améliorer sa propre situation politique et renforcer sa position de négociation vis-à-vis des États-Unis, face à l’équipe dirigée par Jared Kushner (que les Palestiniens considèrent comme insensible à leurs revendications concernant l’accord de statut final).

Inversement, le reste du monde arabe, en mettant l’accent sur les pays clés du camp de la stabilité, a “haussé les épaules” et a choisi d’ignorer le drame survenu au mont du Temple. Les réseaux sociaux en arabe ont même répandu une prétendue affirmation de l’Imam des lieux saints à La Mecque qu’il s’agissait d’un «problème interne israélien»!

C’est là l’une des leçons importantes et significatives de la crise ; une compréhension qui devient plus claire une fois que la propagande s’est dissipée et que la réalité de la situation s’est révélée. Au grand dam des Palestiniens, leurs appels à amplifier la crise et leurs tentatives d’exploiter les événements afin de faire de nouvelles demandes politiques – n’ont pas trouvé une oreille compatissante au Caire ni à Riyad.

Contrairement à la représentation tendancieuse du public israélien, les relations entre Israël et le camp de la stabilité ne sont pas menacées. En fait, le camp de la stabilité ne soutient pas activement les Palestiniens, mis à part l’expression de slogans vides pour le transfert de la souveraineté israélienne (et le contrôle) sur le mont du Temple aux Palestiniens, comme le demande le Mouvement national palestinien.

En outre, l’impression générale est que c’est ainsi que réagissent la plupart des pays musulmans non arabes – à l’exception des cas à part évidents de la Turquie et de l’Iran qui ont essayé, sans succès, d’influencer la trajectoire de la crise.

Les incitateurs ont fait des gains chez les Palestiniens et les Jordaniens, mais le reste du monde arabe a haussé les épaules.

Pourquoi le gouvernement israélien a-t-il choisi, au stade critique, de “serrer les dents” et de supprimer les nouveaux dispositifs de sécurité?

La réponse à cette question est qu’il était essentiel – dès que l’efficacité de l’incitation dans le cercle intérieur de Jérusalem, dans la rue palestinienne et en Jordanie devenant évidente – de faire «du contrôle des dégâts» [damage control.] Il était important d’agir rapidement pour calmer la situation, soulager les tensions et balayer le problème sous la table.

Ce fut le cas, non pas à cause de la menace de violence à l’encontre d’Israël et de ses citoyens (pour lesquels il existe de nombreuses façons de réagir), mais à cause de la menace tangible qui commençait à émerger autour du statut du roi Abdullah et des revendications de Mahmoud Abbas.

Les voix inflammatoires en Israël étaient prêtes à prendre des mesures énergiques contre les deux. Cependant, l’intérêt général du camp de la stabilité exigeait une politique prudente qui ne donnerait pas à Erdoğan et aux Frères musulmans des occasions supplémentaires ni des raisons de s’immiscer en eaux troubles. (C’est exactement ce que Erdoğan a essayé de faire dans les discussions de l’Organisation de la coopération islamique, l’OCI, environ une semaine après).

Une perspective stratégique régionale globale – et non une réduction de la pression de la rue – a joué un rôle majeur dans la décision d’Israël de revenir au statu quo antérieur. C’était principalement un geste en faveur de la Jordanie (avec laquelle Netanyahu devait quand même faire face à cause de l’incident de la sécurité) ; de sorte que d’autres éléments plus problématiques de la région ne pourraient prétendre que leur «victoire» a été obtenue grâce à leur intervention.

Israël a choisi d’agir rapidement pour rétablir la stabilité, non pas à cause de la menace de violence, mais par souci de la position du roi Abdallah face à Abbas.

Pourquoi le calme a prévalu?

Dès que tous les nouveaux dispositifs de sécurité mis en place par Israël ont été enlevés, le camp de stabilité a ressenti un besoin pressant de réduire la tension – puisqu’il a été constaté qu’une dérive dangereuse allant dans le sens de l’incitation à «l’action populaire», visant à obtenir un effet de levier stratégique, était perceptible, du côté des dirigeants palestiniens.

Il semblerait qu’Abbas ait essuyé une «douche froide» avant les prières du vendredi du 28 juillet, qui se sont bien déroulées dans le calme, tant de la part des États-Unis que des Saoudiens. Ils auraient apparemment dit à Abbas qu’il devait faire preuve de retenue, de même que son peuple, au risque qu’ils ne perdent leur statut politique (surtout quand beaucoup de citoyens à Washington appelaient déjà à mettre un terme à l’assistance à l’Autorité palestinienne). La combinaison de messages apaisants de la partie palestinienne, des mesures prises par la Jordanie sur le terrain (malgré la tension concernant les gardes de sécurité) et du désir populaire de «déclarer la victoire et de rentrer chez eux» a contribué à la réduction rapide du niveau de friction.

Les faiblesses d’Abbas et les sensibilités des Jordaniens sont donc les raisons fondamentales de la gestion de la crise par Israël (et la question du Mont du Temple en général). Dans un monde où l’adage «une nation à part» n’a pas de sens politique, Israël a agi pour servir les intérêts les plus larges du camp, ce qui est également dans ses propres intérêts stratégiques. Dans le même temps, cette attitude pragmatique a été occultée en raison de la nécessité de calmer les éléments politiques israéliens les plus bruyants, à l’interne.

Le revers de la médaille est que le camp de la stabilité en général, et la Jordanie en particulier, a clairement intérêt à préserver les «droits historiques» et le statu quo sur le Mont ; ce qui signifie en réalité qu’Israël reste le pouvoir souverain.

Renoncer à la souveraineté d’Israël sur le bassin sacré et sur le mont du Temple aurait pour conséquence une prise de contrôle par les Palestiniens de tous les lieux saints. Après tout, Arafat aimait se comparer au calife Omar [le conquérant musulman de Jérusalem], qui avait signé un traité – Al ‘Uhdah Al-Omaria – avec les chrétiens de la ville (sans parler des droits des Juifs). D’autres éléments arabes également, même ceux qui se trouvent dans le camp de la stabilité – de l’Arabie saoudite jusqu’au Maroc – ont convoité le contrôle sur «Ulat al-Qiblatayn» (la première direction de la prière, l’un des noms de Jérusalem dans l’islam).

Le camp de stabilité a intérêt à préserver les «droits historiques» et le statu quo sur le mont, avec Israël comme souverain.

Dans ces circonstances, si Israël abandonnait jamais le contrôle, la Jordanie perdrait son statut et sa légitimité. Sous la pression du camp des Frères Musulmans (auxquels, sans l’aide d’Israël, l’Autorité palestinienne ne serait pas en mesure de résister), le Mont du Temple deviendrait un symbole historique essentiel de la victoire de l’islam radical.

C’est un résultat que la plupart des pays arabes considéreraient aujourd’hui comme désastreux. La souveraineté d’Israël sur une Jérusalem unifiée, en particulier dans le bassin sacré, est donc la pierre angulaire essentielle de la viabilité du camp de stabilité et de la perspective de la stabilité régionale.

Cela restera vrai aussi longtemps que les dirigeants israéliens continueront à agir avec prudence, judicieusement et avec une évaluation éclairée de la dynamique arabe interne.

Les principaux acteurs de la scène régionale ne sont pas désireux de s’engager dans la résolution des conflits, mais ont tout intérêt à ce qu’ils soient gérés de manière prudente.

Les événements fournissent également des enseignements sur la centralité et le degré d’importance de la question palestinienne aux yeux du monde arabe.

Cela sert à indiquer que les éléments clés de la scène politique régionale ne sont pas enthousiastes à l’idée d’investir des efforts extraordinaires afin de parvenir à un accord définitif sur le statut final qui conduirait à une solution au problème, à savoir ce que l’on appelle la résolution des conflits. Mais ils ont un intérêt évident dans la gestion des conflits. En d’autres termes, ils s’intéressent à la gestion sagace par Israël de la situation dans les territoires et à Jérusalem, sans laisser les escarmouches intermittentes se dégrader en conflit à haute visibilité (- ce que l’on appelle des «écrans de télévision ruisselant de sang»). Cela ne ferait que jouer entre les mains d’éléments hostiles des camps radicaux.

Recommandations de politique

Maintenant que les choses se sont calmées, le gouvernement israélien ferait bien d’agir simultanément sur plusieurs canaux. Israël devrait :

Restez modéré, au moins pendant la période intérimaire, dans toutes les affaires relatives aux visites de Juifs au Mont du Temple, afin de ne pas faire le jeu des Frères musulmans ou les aider à creuser le fossé qui les sépare de la Jordanie.

Simultanément, renforcer le message qu’Israël ne prévoit pas de renoncer à sa souveraineté à Jérusalem et de la transférer à aucun élément arabe. (La «loi sur Jérusalem» actuellement proposée contribuerait à clarifier la situation).

Instituer des barrières plus efficaces pour entraver les activités de la branche nord du Mouvement islamique, en particulier à Jérusalem.

Renforcer la surveillance des activités subversives de la Turquie à Jérusalem et formuler des modes de réponse. Une approche plus agressive à l’égard de la Turquie pourrait peut-être être envisagée.

Aider la municipalité de Jérusalem à renforcer son influence directe auprès des résidents arabes, en utilisant une série de mesures et d’outils (y compris des investissements importants et ciblés dans l’amélioration des infrastructures et la construction d’institutions d’éducation).

Rétablir les relations avec la Jordanie, y compris une solution formelle à l’incident des agents de sécurité, et renforcer la coordination avec le Waqf jordanien. Dans le même temps, Israël devrait envoyer un message d’avertissement indirect au roi concernant l’intensité de l’hostilité à l’égard de la Jordanie révélée par certaines parties de la population israélienne au cours de la crise. Cela exige un comportement très prudent des deux côtés du fleuve, ainsi que dans toutes les questions liées aux activités jordaniennes hostiles dans les institutions internationales.

Organiser peut-être un «compte rendu des dossiers» avec les entités appropriées en Égypte (et en Arabie saoudite?) Sans leur accorder de statut à Jérusalem, afin de tirer les enseignements de la situation et d’approfondir la coordination face au Qatar et à la Turquie.

Identifier les leviers d’influence sur le discours interne (orageux) au sein de l’administration américaine concernant la situation régionale globale et encourager ceux qui préconisent une position dure mais sobre contre l’Iran et les Frères musulmans.

En résumé, le crédit qu’Israël a acquis dans le contexte régional en raison de la prudence avec laquelle il s’est conduit au cours de cette crise doit être exploité afin de coordonner les positions et de renforcer les forces de stabilisation dans la région. Les États-Unis devraient être encouragés à contribuer à apaiser les tensions avec la Jordanie et à réduire les attentes exagérées de la part de la partie palestinienne concernant d’éventuelles «solutions» à Jérusalem.


Crédit photo: Avi Ohayon, GPO.

Colonel (res.) Dr. Eran Lerman

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.