Des milliers de combattants dans 50 navires et avions pour un raid sur les sommets du Troodos dans le plus grand exercice à Chypre.

Tsahal a réalisé pour la première fois cette semaine, et à une échelle sans précédent, un scénario de combat au plus profond du territoire ennemi, avec des milliers de combattants de la division d’élite 98, Escadron 13 et 669, sur l’île voisine à Chypre. Une base avant avec des dizaines de kilogrammes sur le dos, en territoire inconnu, les Russes et les Turcs sont également surveillés de près. Une action aussi complexe et sensible sera-t-elle nécessaire à l’avenir contre le Hezbollah ?
Un énorme exercice de guerre de Tsahal se termine dans les airs et sur mer avec des milliers de soldats pour combattre dans les profondeurs du territoire ennemi simulé à Chypre  avec plus de 50 navires, atterrissages, d’avions et d’hélicoptères. Le mois de guerre pratiqué par Tsahal a atteint un pic sans précédent cette semaine, avec l’opération intensive de la division d’élite 98 à l’extérieur des frontières d’Israël, comprenant des milliers de combattants des brigades de commando, des parachutistes et la présence massive du génie ainsi que les forces navales et aériennes.
Les exercices à Chypre ont permis le contrôle des capacités de Tsahal à déployer des milliers de combattants au plus profond d’un champ de bataille comme le Liban, pour établir la défaite de l’ennemi, le défier et combiner un ensemble d’actions, au front par des forces massives d’infanterie, de chars et de génie, et des interventions en profondeur, grâce à des commandos menant des raids de grande envergure à quelques dizaines de kilomètres de la frontière.

Concernant la question de savoir si Tsahal devait lancer une opération aussi vaste et complexe contre un ennemi tel que le Hezbollah, malgré les risques liés à l’empêtrement ou à la capture de nombreux combattants, Tsahal a expliqué que l’armée terroriste de Nasrallah s’est fortifiée au cours des 16 dernières années depuis la Deuxième guerre du Liban Il s’est également accru avec de nombreuses capacités et ressources au centre et au nord du Liban.
Ces moyens comprennent de nombreux quartiers généraux pour le fonctionnement des forces, des points de concentration des bataillons Radwan destinés à infiltrer Israël, des lance-roquettes à longue portée et des missiles de précision, etc. Lors de précédents affrontements à Gaza et au Liban, Tsahal a déjà déployé des forces spéciales d’unités d’élite pour effectuer des raids en profondeur en territoire ennemi, mais ne l’a pas encore fait avec des forces à grande échelle, conçue pour mener à bien la 98e division dans une guerre de grande envergure.

À la fin de l’exercice, le ministère de la Défense a loué les forces maritimes et leurs navires, et les forces terrestres et ainsi que la coopération de l’Italie et de la Grèce qui ont permis le transfert de forces par mer, depuis la base de Haïfa, et à une distance d’environ 400 km, vers les côtes occidentales de Chypre, près de Paphos, Bee et les 13 navires. L’IDF pratiquait l’escorte complète, dans le renseignement et le tir, également par un sous-marin pour ces forces, mais dans l’exercice actuel aucun sous-marin n’est impliqué.
Dans l’opération, avec environ 30 avions Hercules, des hélicoptères hiboux (Black Hawk), des hélicoptères Yasur ont été transférés aux côtés de la sécurité présumée des combattants de la 669e brigade unité de sauvetage, des milliers de combattants supplémentaires, en des dizaines de transferts pour le retour. En arrivant sur le territoire ennemi simulé à Chypre, les forces n’ont pas pratiqué le parachutisme ou le transport depuis la mer, mais ont quitté les aéroports et la mer, directement pour s’établir sur une base de commandement avancée « en territoire ennemi », après l’arrivée des chasseurs de la 13e flotte en tant que pionniers plus tôt et préparé la zone pour une opération sensible.

La direction de l’exercice a changé les plans des commandants de façon régulière, parfois pendant plusieurs heures, et aussi sur des questions administratives qui ont rendu la tâche difficile aux officiers ennemis. La raison : l’officier d’armement ne s’est pas occupé d’une opération logistique qui comprenait son escorte complète, même s’il s’agissait d’un court trajet en territoire ennemi imaginaire. Le voyage depuis la mer a duré environ 18 heures et chaque brigade a reçu deux missions différentes à la fois, pour augmenter la flexibilité requise des forces désignées pour la profondeur.
Au total, les combattants, y compris les parachutistes de réserve, ont parcouru de nombreux kilomètres au cours d’un voyage de quatre jours, après que les forces se soient regroupées. L’exercice comprenait des tirs de l’armée de l’air et de l’artillerie de précision à distance, des dizaines de raids et une retraite rapide, la décentralisation de dizaines d’équipes de combat à travers des zones sur plusieurs kilomètres et à son apogée : un vol soudain de centaines de combattants d’un certain point profondément en Chypre, territoire ennemi, jusqu’au sommet des monts Troodos, avec dix hélicoptères Black Hawk accompagnés de six hélicoptères de combat Apache.

Auparavant, dans la région de Paphos, les combattants avaient pratiqué des raids sur des complexes et des carrières simulant des complexes fortifiés du Hezbollah, depuis un territoire ouvert et inconnu jusqu’à la périphérie des zones bâties dans les villages autour de la ville touristique. Les exercices se sont déroulés de manière « à sec », sans tir réel et même sans utilisation de pièces pyrotechniques ou de balles à blanc, afin de ne pas semer la panique sur l’île pastorale et dans le cadre de la coordination et de l’accompagnement rapproché de l’armée locale.
Certaines des zones de concentration des raids sélectionnées pour Tsahal par le ministère chypriote de la Défense étaient des bâtiments abandonnés construits comme maisons d’hôtes et hôtels, mais abandonnés à la suite de la crise économique mondiale de 2008. Depuis lors, des réfugiés syriens et africains les ont envahis, et plus encore. Plus d’une fois, au plus fort de l’occupation, d’une journée de travail des travailleurs étrangers les ont envahis.

L’armée de l’air a déployé environ 200 personnels de maintenance stationnés à des postes de contrôle avant mis en place sur le territoire chypriote pour gérer les nombreux aéronefs, y compris des drones et des avions mobiles et de renseignements avancés, ainsi qu’un relais de reconnaissance et côtier, pour surveiller l’île voisine et voir ce qui s’y passait. La Turquie, qui a réchauffé ses relations avec Israël, a soumis une série de questions à Jérusalem concernant l’exercice, mais Israël a précisé que cela ne contredisait pas l’amélioration des relations avec Ankara, Grèce et Chypre.
« Nous opérons ici dans des procédures de déconnexion complète, dans une zone que nous n’avons jamais vue ni ressentie, avec des fournitures limitées soigneusement sélectionnées, et des opérations de livraison et d’évacuation des blessés qui sont effectuées peu fréquemment », a déclaré l’un des officiers de la 98e division qui s’est entraînée avec ses combattants. « Il s’agit d’un processus logistique très complexe, avec des tonnes d’équipements, d’équipements spéciaux, nous sommes donc parfois obligés de compter sur les ressources locales comme l’eau, les médicaments et la nourriture, basés sur des renseignements préalables. Pour sauver autant de combattants, il que chaque soldat effectue deux et trois tâches, comme porteurs d’armes ou autres.  » Que nous apportions une connectivité complète entre les forces et entre elles et le quartier général en Israël, dans les airs et sur mer, qui accompagne une telle opération spéciale parallèlement à un partenariat opérationnel complet avec les forces aériennes et maritimes, également dans l’utilisation du feu de ces deux dimensions pour notre bénéfice. »

JForum – Ynet

 

5 Commentaires

  1. Vraiment dommage que tous ces hauts gradés de T’Sahal ne soient pas aussi compétents en politique, alors que dans leur domaine militaire, ils atteignent l’excellence !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.