Tsahal prêt à la guerre souterraine, au Liban et à Gaza

5
4608

 

La réaction réussie d’Israël face à la menace clandestine souterraine a considérablement limité les capacités stratégiques de ses ennemis, tout comme Israël a gravement entravé l’efficacité et la détermination des lancements de roquettes par des organisations terroristes. Cela laisse une marge de manœuvre à Israël si et quand il décide de lancer une opération militaire à grande échelle dans la bande de Gaza ou au Liban.

En utilisant un champ de bataille souterrain, les organisations terroristes peuvent réduire la supériorité des armées régulières, qui possèdent des avantages technologiques et de puissance de feu. Pour les organisations terroristes, ces tunnels sont un moyen important de diversifier la guerre et de lancer des attaques surprise contre des États, à différents niveaux : défense, attaque, renseignement et logistique. Le défi souterrain comprend deux catégories: tunnels d’attaque et défensifs.

La menace du tunnel peut être classée à deux niveaux opérationnels différents : la sécurité de routine et l’état d’urgence. Pour la sécurité de routine, la menace souterraine se concentre sur les tunnels utilisés pour la contrebande de marchandises et d’armes à feu, la capture de soldats, le lancement d’attaques terroristes et les manœuvres. Faire face aux tunnels en état d’urgence devient un défi plus important, car les forces combattantes sont obligées de mener une bataille souterraine face à face contre l’ennemi. L’armée régulière doit faire face au défi clandestin en concevant et en développant des capacités avancées de renseignement, de technologie, d’ingénierie et d’exploitation (manœuvres) qui permettront aux forces combattantes de localiser, de capturer, de retenir et de détruire les tunnels.

Le public israélien a pris conscience de la menace souterraine qui a suivi l’opération Bordure Protectrice lorsque le Hamas a utilisé les tunnels pour se défendre contre les soldats de Tsahal dans la bande de Gaza, pour infiltrer le territoire israélien, pour tuer ou kidnapper des soldats et pour mener une attaque stratégique contre des civils. Tout récemment, avec le lancement de l’opération « Bouclier Nordique -Northern Shield» de Tsahal sur la frontière libanaise, qui visait à exposer et à neutraliser les tunnels d’attaque du Hezbollah, la menace a pris une nouvelle signification. Cependant, l’histoire des combats clandestins est longue et même l’État d’Israël a dû faire face à cette menace à plusieurs reprises. Dans les années 1970, dans la bande de Gaza, Tsahal a découvert une version primitive de la menace inspirée par le Vietcong. Israël a également fait face à la menace clandestine et souterraine en 2006, lorsque le soldat de Tsahal Gilad Shalit a été enlevé.

L’importance de cette menace pour la sécurité de l’État d’Israël et de ses citoyens et, compte tenu de l’amélioration de la capacité opérationnelle des organisations terroristes à creuser et à utiliser les tunnels au cours des dernières années, nécessite des recherches à ce sujet. L’enlèvement d’un citoyen ou d’un soldat israélien a des conséquences d’une portée considérable et jusqu’à l’été 2006, lorsque le soldat des Forces de défense israéliennes Gilad Shalit a été enlevé, Israël n’était pas pleinement conscient de l’importance de cette menace. En raison des capacités améliorées du Hamas et du Hezbollah dans la construction de tunnels au cours de ces dernières années et de leur utilisation accrue, pendant l’opération «Bordure protectrice», Israël a commencé à considérer la menace souterraine comme une nouvelle forme de guerre, en plus de celles qui existaient déjà dans les airs, sur terre, en mer, dans l’espace et le cyberespace.

Ce document analyse l’accumulation de forces, le déploiement et les opérations militaires de Tsahal contre la menace souterraine. Premièrement, il évalue la menace souterraine posée par le Hamas et d’autres organisations terroristes dans la bande de Gaza et par le Hezbollah au Liban. Deuxièmement, il examine les mesures passées et présentes prises par Tsahal dans le cadre de la constitution de forces, notamment l’élaboration d’une doctrine de combat et les efforts d’organisation, de technologie et de renseignement. La troisième partie de cette étude passe en revue les opérations de Tsahal suite à la constitution de forces pour faire face à la menace souterraine.

Défi souterrain d’Israël

Les organisations terroristes utilisent deux tactiques pour menacer Israël et ses civils : des tunnels d’attaque et de défense. Les terroristes tentent d’infiltrer Israël depuis Gaza par les tunnels à pied ou à moto et commettent un attentat stratégique consistant à kidnapper et à assassiner des soldats ou des civils (puis à rentrer rapidement dans les tunnels). Au nord, il semble que le Hezbollah ait prévu d’envoyer sa force d’élite (l’unité «Radwan») à travers les tunnels d’attaque pour s’emparer du territoire israélien. Dans la bande de Gaza, les tunnels d’attaque servent de cachettes lors des frappes aériennes israéliennes ou des opérations d’infanterie contre des terroristes, ainsi que pour le transfert et la dissimulation d’armes et d’autres équipements logistiques. Les organisations terroristes, en particulier le Hamas, ont modernisé l’utilisation des tunnels au point où le réseau souterrain est devenu un espace stratégique et opérationnel servant de centre de contrôle et comprenant l’utilisation d’armes de plus en plus dangereuses. Israël avait déjà été confronté à des menaces clandestines, d’abord dans les tunnels primitifs de Gaza dans les années 1970, puis au Liban. Tsahal a mené l’offensive contre les passages souterrains en septembre 1996 et pendant la deuxième guerre du Liban contre les «réserves naturelles» créées par le Hezbollah.[1]   Après la guerre, le Hezbollah a creusé des tunnels d’attaque dans des villages libanais. Au cours de l’opération «Bouclier du Nord – Northern Shield» en cours, Tsahal a exposé et neutralisé cinq tunnels transfrontaliers et d’autres devraient encore être découverts. [2]

Au cours des événements «Ebb and Flow» (-Flux et reflux – Deuxième Intifada), les tunnels ont été utilisés pour faire passer des armes d’Égypte en contrebande et pour attaquer des soldats de Tsahal dans la région frontalière de l’Enveloppe de Gaza. Jusqu’en juin 2004, Tsahal avait détruit plus de 100 tunnels. En outre, une excavatrice de tranchée a été utilisée pour creuser un fossé le long de la route «Philadelphi» à Rafah, des explosifs ont été déversés dans des puits pour détruire les tunnels et des maisons ont été rasées. [3]

En juin 2006, à la suite de l’enlèvement de Shalit par un tunnel terroriste, l’armée israélienne a découvert un tunnel supplémentaire atteignant 1,3 km en territoire israélien, selon les services de renseignement israéliens, qui devait être utilisé pour faire sauter le “le terminal de Karni”. Tsahal a accéléré ses préparatifs pour faire face à la menace souterraine. En février 2008, la direction de la planification de Tsahal a dévoilé sa feuille de route pour les combats dans le domaine souterrain, qui était censée détailler le plan de renforcement des forces de Tsahal en vue de mieux se préparer à faire face à la menace. La Division des opérations a été chargée de formuler une stratégie opérationnelle pour la gestion des tunnels.

Dans le cadre du renforcement des forces pour faire face à la menace d’un tunnel, Tsahal a reçu l’ordre d’organiser l’ordre de bataille (OoB); de définir l’état de préparation de l’unité ; d’élaborer des doctrines, des tactiques, des techniques et des procédures ; mettre au point des plans d’incendie consacrés ; mettre en place des bases d’entraînement ; et doter les troupes d’armes et d’entraînement appropriés.

Fin 2013, Tsahal et le «Shin Bet» (ou l’Agence de sécurité israélienne ou Services de sécurité générale) ont défini les tunnels de la bande de Gaza et du Liban comme une «menace stratégique». [4]   Au cours d’ une réunion du cabinet de sécurité le 30 Juin 2014, le Premier ministre Netanyahu a déclaré que « les tunnels sont une menace concrète pour l’Etat d’Israël et ils pourraient modifier l’équilibre entre eux et nous [ le Hamas] » [5]  Le rapport du contrôleur de l’Etat sur l’état de préparation d’Israël face à la menace des tunnels indiquait que “l’utilisation généralisée et efficace des tunnels d’attaque par l’ennemi dans le cadre de sa stratégie de défense a surpris Tsahal et que ces tunnels continueraient à accompagner les opérations futures ” plus intensément. »Néanmoins, ce n’est qu’en 2015 que la Direction des services de renseignement a commencé à traiter la menace des tunnels comme une« priorité absolue » [6].

Développement de la doctrine de combat pour la guerre souterraine

Fin 2013, après la découverte et la neutralisation d’un tunnel transfrontalier près du Kibboutz «Ein HaShlosha» dans l’enveloppe de Gaza en octobre, le processus de développement de la doctrine de combat s’est accéléré et un plan de gestion de la menace du tunnel a été mis en place. Le Commandement du Sud a établi des moments de calme, qui ont ensuite été adoptés par l’état-major général pour l’ensemble des forces de Tsahal. Cependant, le plan n’était pas achevé au début de l’opération «Bordure Protectrice» et de nombreux trous y sont restés, même après la fin de l’opération. En conséquence, les soldats de combat ont dû utiliser des mesures ad-hoc pour la destruction de tunnels ou s’appuyer sur des techniques antérieures développées en 2006 pour lutter contre les tunnels de contrebande de la route «Philadelphi». Cependant, ces techniques étant inappropriées.

En juillet 2014, au cours de l’opération, l’officier en chef du corps du génie de combat a publié des techniques de combat permettant de localiser, de cartographier et de détruire des tunnels, en particulier transfrontaliers. En décembre 2014, à la fin de l’opération, l’officier en chef de l’infanterie et des parachutistes a émis des ordres de combat dans une zone en tunnel, détaillant le concept, les principes, les techniques et les exercices de combat dans les zones souterraines. Celles-ci étaient basées sur la menace d’un tunnel dans la bande de Gaza et étaient destinées à l’infanterie et au travail d’équipe avec le corps blindé et le génie, l’armée de l’air, le renseignement et l’artillerie. Le chef des officiers d’infanterie et des parachutistes a émis des ordres de combat pour «Traiter les menaces en période de sécurité courante», qui contenait un chapitre sur la menace des tunnels.

Depuis l’opération «Bordure de protection», les Forces de défense israéliennes élaborent un plan de défense multidimensionnel et polyvalent contre les tunnels d’attaque de la bande de Gaza afin d’empêcher toute progression de l’ennemi. Les plans opérationnels de l’état-major pour le sud tiennent compte de la menace des tunnels. Les Forces de défense israéliennes entraînent des unités existantes et ont formé des unités spécialisées dans la guerre souterraine. Elles renforcent leurs moyens technologiques et techniques pour gérer les tunnels et planifier les objectifs de l’état d’urgence. Dans le cadre de ce plan, les Forces de défense israéliennes rédigent et actualisent les concepts, la doctrine de combat et les techniques destinés au commandement du Sud, aux forces terrestres et à l’état-major. De nouveaux concepts ont été écrits et approuvés pour l’état-major général et les forces terrestres. Une équipe commune a commencé à rédiger un concept opérationnel pour la menace des tunnels et des codes professionnels pour la défense et les manœuvres ont été rédigés à l’intention des forces, insistant sur la capacité de combat dans les zones encombrées de tunnels. En outre, des équipes conjointes ont commencé à définir le scénario de menace et de référence.

L’effort organisationnel

Tsahal a tiré parti des capacités techniques et technologiques existantes du corps d’ingénierie avant même de travailler aux efforts organisationnels visant à faire face à la menace des tunnels. En 2013, la société «Samoor» (Weasel) pour les caches d’armes et les tunnels, qui fait partie du «Yahalom» (le bataillon spécial d’ingénierie), avait été chargée de cette tâche. Utilisant des moyens technologiques, le savoir-faire de «Samoor» se situe dans les combats souterrains, ainsi que dans l’identification et la destruction de tunnels. Dans le cadre de cet effort, l’unité de véhicules d’ingénierie spéciale «Knights of Steel» (Chevaliers d’acier) a travaillé en partenariat avec la Division de Gaza et a fourni du matériel de service chargé de faciliter les efforts de creusement et de découverte. [7]

Dans le cadre des enseignements tirés de l’opération «Bordure protectrice», le bataillon «Yahalom» a été réorganisé et deux nouvelles sous-unités ont été formées : S1 – fusion de «Yael», l’unité de démolition de commandos et de la société «Samoor»; et S2 – comprenant la société SAP x Explosive Ordnance Disposal (neutralisation des munitions explosives). S1 est considéré comme une unité d’élite du corps des ingénieurs et au cours des deux dernières années, trois nouvelles compagnies souterraines ont été créées, une en service actif et deux en réserve. S1 opère sous le commandement de la Division de Gaza et est chargé de localiser, de cartographier et de démolir des tunnels d’attaque. L’unité est chargée d’intégrer les données au sol avec des données intelligentes et technologiques pour former un produit opérationnel consolidé. [8]Dans le cadre de la réorganisation du corps d’ingénierie, la taille de «Yahalom» a été plus que doublée, passant de 400 à 900 combattants, dont les compétences sont des tâches d’ingénierie complexes. Ainsi, lors du prochain engagement, les forces formées à la gestion des tunnels seront deux fois plus importantes que lors de l’opération “Bordure de protection”. [9]

Les combattants des unités de combat «Yahalom» opèrent dans la région sud dans le cadre d’opérations anti-tunnels, mais ont également une lourde charge d’occuper les rôles d’urgence. C’est pourquoi Yehuda Fuchs, l’ancien commandant de la division de Gaza, a décidé de créer une unité de combat souterraine désignée, créant ainsi une force spécialisée et compétente en matière de guerre souterraine. Le noyau initial de l’unité comprenait des combattants de différentes unités, notamment des  chasseurs d’observation et de reconnaissance, qui formaient une force de commando experte en détecteurs opérationnels, identifiant les tunnels et dont la tâche courante était la «sécurité régulière des tunnels» et qui recevraient un état de la situation avancé. La force est directement responsable vis-à-vis du commandant de la division de Gaza. [dix]

Depuis mai 2018, deux sociétés composées de décrypteurs et de soldats spécialisés dans la localisation et la découverte de tunnels d’attaque souterrains opèrent au sein du bataillon du renseignement de la division de Gaza sans avoir besoin du soutien des forces spéciales de l’état-major ou d’autres unités désignées. Une compagnie composée de deux pelotons était rattachée à chaque brigade territoriale de la division de Gaza. L’un des pelotons sert à la détection (et déchiffrement) souterraine et l’autre, composé d’hommes et de femmes de reconnaissance, qui utilisent des moyens spéciaux. [11]

Avant de s’enrôler, les déchiffreurs et déchiffreuses subissent des entretiens et des contrôles de sécurité. Leur formation consiste en un cours de déchiffrement à l’école de renseignement de combat, suivie d’une formation professionnelle à «Elbit», puis de tâches opérationnelles dans la région. Ainsi, au cours de leur formation, les femmes soldats acquièrent une connaissance approfondie du déchiffrement souterrain. Les combattants sont entraînés par «Yahalom» et rejoignent le bataillon à la fin du cours. Tandis que les décrypteurs sont en service dans la salle de commande souterraine utilisant des capteurs pour détecter toute activité suspecte, les chasseurs de reconnaissance effectuent des patrouilles et des embuscades à l’aide de moyens spéciaux. [12]

En juin 2018, le général de Brigade Fuchs a décidé de créer une division de combat souterrain, en commençant par un nouveau laboratoire appelé “The Brain” (Le Cerveau). Les membres de cette équipe comprennent des membres du personnel du ministère de la Défense, des géologues, des officiers du renseignement, des concepteurs de doctrine de combat, des experts en la matière et des conseillers militaires et civils. La deuxième étape consiste à mettre en place des salles de commandement désignées dans les brigades du nord et du sud. Ils seront chargés de coordonner tous les renseignements recueillis et de les transférer sur le terrain. Les forces procéderont à divers tests pour exclure la possibilité de nouvelles excavations et pour aider à la cartographie, à la neutralisation et à la démolition des tunnels. En outre, L’analyse des données envoyées par les capteurs situés le long de la frontière de Gaza exige un haut niveau de compétence et de professionnalisme. Par conséquent, une école de formation spéciale a été mise en place pour les femmes soldats qui gèrent les salles de commandement. Ils apprendront comment stocker et analyser les données et les utiliser pour identifier les tunnels.[13]

L’armée de l’air israélienne (IAF) a également subi un changement organisationnel. Au cours de l’opération «Bordure protectrice», le groupe des Renseignements de l’Air a rassemblé des informations à partir de la liste de cibles préparée avant et pendant l’opération. L’IAF a également participé au bombardement des tunnels dans la bande de Gaza. Cependant, en raison d’un manque de renseignements, de plans opérationnels appropriés (règles pour ouvrir le feu sur le territoire israélien) et d’un manque de coordination avec les autres forces, les attaques de l’IAF sur les tunnels n’étaient ni efficaces ni fructueuses [14]. Une fois l’opération terminée, l’IAF a apporté plusieurs modifications pour améliorer son intégration dans la guerre souterraine. Les domaines de responsabilité des dirigeants des frappes aériennes et des professionnels confrontés à la menace souterraine ont été délimités. La structure de commandement et de contrôle a été définie, ainsi que le concept opérationnel mis en pratique lors d’exercices. En coordination avec l’officier du génie du Commandement Sud, plusieurs exercices ont été organisés. L’IAF effectue des opérations supplémentaires pour faire face à la menace. [15]

L’effort technologique

Tsahal et le Ministère de la Défense ont investi des ressources considérables, notamment technologiques, dans la gestion de la menace des tunnels. L’accent a été mis sur la R & D dans la recherche de technologies offrant des solutions à cette menace complexe[16].  Les trois domaines de recherche ont été  : la construction d’une infrastructure défensive ; concevoir et acheter des équipements pour localiser, découvrir, cartographier et démolir des tunnels ; et mettre au point des armes pour lutter contre la menace des tunnels.

Infrastructures défensives

En juin 2016, le ministère de la Défense a décidé de construire une barrière le long de la frontière de Gaza de 64 km (40 miles) pour faire face à la menace du tunnel. La construction a commencé en 2017 et le coût prévu est de 3 milliards de NIS, ce qui donne une idée de la réflexion sur la manière dont Israël perçoit la menace souterraine. La barrière a plusieurs caractéristiques technologiques, y compris une clôture «intelligente», des murs de béton souterrains, des capteurs pour identifier les tunnels et des moyens avancés offensifs et défensifs[17].  En 2018, des capteurs ont été installés le long de la frontière pour identifier les tunnels transfrontaliers. [18]

Conception et achat d’équipement pour la mise en place, la découverte, la cartographie et la démolition de tunnels

Jusqu’en 2010, des ressources et des efforts importants ont été investis dans la localisation et la découverte de tunnels, en particulier le projet «Movil Ehad» . Cependant, le projet a échoué et a été dissous en décembre 2009 lors d’essais opérationnels. En 2010, un «projet d’urgence» a été lancé, dirigé par les forces terrestres en collaboration avec l’Administration pour le développement des armes et de l’infrastructure technologique (MAFAT), le Commandement du Sud et la Division de Gaza. En janvier 2013, le chef de la division de la planification a donné son accord final au projet, qui avait été mis à l’essai avec succès avant l’opération «Bordure de protection». Bien que la date d’achèvement prévue soit fin juin 2014, elle n’était pas totalement opérationnelle lorsque «Bordure Protectrice» a éclaté en juillet 2014 et ne s’est achevée qu’un an plus tard, fin mars 2015[19].  Le système a été partiellement installé au début de 2016 et à peu près à la même époque, il a été décidé de l’étendre sur toute la longueur de la frontière de Gaza. [20]

Développement d’armes pour combattre la menace du tunnel

En raison de technologies inadéquates pour faire face à la menace clandestine (ou souterraine), les différentes unités de l’armée ont mis au point des initiatives indépendantes visant à développer, acheter ou localiser des produits permettant de minimiser les lacunes dans la gestion de la menace et de contourner les procédures formelles de R & D. Par exemple, la brigade «Givati» a indépendamment développé des mécanismes de localisation de tunnel. [21]

Une unité d’infanterie appartenant à la Division des systèmes armés et des véhicules blindés du MAFAT n’a été créée qu’en 2013 et a commencé à combler les lacunes technologiques en matière de guerre souterraine[22] . Depuis l’opération «Bordure de protection», les forces terrestres ont beaucoup progressé dans la gestion des tunnels lors de manœuvres au sol. En novembre 2014, le plan directeur visant à améliorer la manière dont les forces terrestres traitaient la menace du tunnel pendant les états d’urgence a été mis en œuvre et la plupart des initiatives du plan sont déjà terminées. [23]

L’effort du renseignement

L’importance du renseignement a considérablement augmenté dans la guerre moderne, qui n’est plus caractérisée par des batailles entre États et armées régulières, mais par une asymétrie, une guerre urbaine, une proximité des populations civiles et, dans de nombreux cas, par une ambiguïté. Dans les conflits souterrains, le renseignement a pour objectif de localiser et d’identifier les espaces existants et planifiés et de transmettre les informations aux forces terrestres dans le cadre d’une guerre fondée sur le renseignement.

Depuis 2008, Israël investit dans la collecte de renseignements sur la menace souterraine, en s’appuyant sur la Direction du renseignement et sur l’ISA (Shin Bet). Ces efforts incluent des tentatives pour localiser les tunnels et ceux impliqués dans le projet. [24] En février 2008, la Direction de la planification a publié la feuille de route pour lutter contre la menace souterraine et a constaté l’existence de plusieurs tunnels transfrontaliers définis comme des «bombes à retardement» qui pourraient donner lieu à une attaque stratégique chaque fois que l’ennemi choisit d’agir. Malgré la déclaration de Tsahal, selon laquelle «le défi le plus important de la guerre souterraine est le renseignement», des failles dans les renseignements sur les tunnels d’attaque et de défense dans la bande de Gaza subsistaient, comme en témoigne la difficulté de localiser les ouvertures et les tracés des tunnels. [25]

En raison des renseignements déjà recueillis jusque-là, la Direction du renseignement militaire («Aman») et l’ISA (Shin Bet) ont intensifié leurs efforts pour recueillir des renseignements sur les tunnels d’attaque originaires de Gaza. En outre, en raison de ce besoin, une demande d’Aman en matière de renseignement fiable sur les tunnels a été incorporée en 2013 et 2014 et a donc permis de recueillir une quantité d’informations précieuses sur ces tunnels. [26]  La capacité opérationnelle d’Israël pendant l’opération «Bordure de protection» a été considérablement améliorée grâce aux efforts de collecte de renseignements. [27]   Bien que de nombreux détails soient encore classifiés, l’opération «Bouclier du Nord» repose également sur des renseignements détaillés.

Opérations militaires contre la menace du tunnel

Les opérations militaires de Tsahal contre les tunnels de Gaza comprennent l’utilisation de l’espace aérien, terrestre et souterrain, ainsi que du renseignement et de moyens technologiques avancés. Un système d’observation sophistiqué très répandu fonctionne autour de la bande de Gaza et implique des UAV (drones) et des vols de reconnaissance, ainsi que des moyens spéciaux d’identification des tunnels. L’armée israélienne procède également à des fouilles dans des zones suspectes, envoie des caméras et des robots pour s’infiltrer dans les tunnels (dans certains cas, des combattants sont également envoyés dans les tunnels), utilise un équipement radar spécial pour la cartographie souterraine et des engins lourds pour creuser des fossés d’identification.

Au cours de l’opération «Bordure protectrice», diverses méthodes ont été utilisées pour démolir les tunnels, telles que des bombardements aériens, des inondations pour provoquer leur effondrement et des explosifs analogues à du gel. Avant le début de l’opération, les commandos de l’armée israélienne étaient formés à la guerre dans les tunnels. Au cours de l’opération, Tsahal a détruit 32 tunnels terroristes, dont un tiers étaient des tunnels transfrontaliers [28] . Les opérations se sont poursuivies après «bordure de protection». Jusqu’en décembre 2018, Tsahal a détruit 17 tunnels menant de la bande de Gaza à des communautés du sud d’Israël. [29]

Israël a également dû faire face à une menace de tunnel sur sa frontière nord et a lancé l’opération « Bouclier du Nord » le 4 Décembre 2018 avec l’objectif déclaré de découvrir et de neutraliser les tunnels transfrontaliers du Hezbollah au Liban. Lors de l’opération en cours, six tunnels de ce type ont été découverts. L’unité des commandos du Hezbollah, Radwan, devait utiliser les tunnels pour infiltrer Israël, s’emparer d’une communauté, isoler les forces israéliennes des routes principales et kidnapper des soldats et des civils.

En raison de la topographie différente du nord, Tsahal a dû utiliser d’autres méthodes pour découvrir et neutraliser les tunnels. Alors que le sol au sud est alluvial et que les Forces de Tsahal creusent dans un sol argilo-sableux, le terrain au nord est constitué de calcaire. Les officiers supérieurs du Commandement du Nord ont rendu visite à leurs homologues du sud du pays pour se renseigner sur les tunnels terroristes du Hamas, mais ils ont compris que les engins de creusement utilisés dans le sol sablonneux ne sont d’aucune utilité dans le nord. [30]  En outre, chaque tunnel au nord présente des caractéristiques uniques : certains sont taillés dans la roche, d’autres en ciment, puis montent ou descendent dans le territoire israélien. Des méthodes différentes sont donc utilisées pour les neutraliser. [31]

Jusqu’à présent, l’IAF utilisait des UAV-drones pour surveiller les camions soupçonnés de transporter les débris des tunnels et la division «Galil» utilisait d’autres moyens pour recueillir des renseignements. Au cours de la dernière année, les capteurs sismiques intégrés par Tsahal lui ont permis d’écouter les fouilles. Il était plus facile d’identifier le bruit des tunnels creusés dans le sol rocheux au nord que dans le sol sableux au sud. Un groupe de travail spécial a été chargé de mener des tests technologiques supplémentaires sur des sites de test dans la région de Galilée, ce qui a permis de découvrir la configuration des tunnels. [32]

M. Omer Dostri

Expert en stratégie et sécurité

Résumé

Les responsables politiques et de sécurité du pays ont défini les tunnels souterrains comme une menace «stratégique» pour l’État d’Israël, bien que certains responsables de la sécurité soient opposés à cette définition. Lors d’un débat au Parlement en mars 2017, le général Gadi Eizenkot, chef d’état-major de Tsahal, a déclaré que «la menace clandestine des tunnel est extrêmement grave et que nous la traitons comme telle, mais je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une menace existentielle ou stratégique. ” [33]

Grâce à des renseignements de qualité, bien qu’insuffisants, Israël a été sensibilisé à la menace des tunnels au cours de la campagne contre le terrorisme palestinien dans la bande de Gaza, puis lors de la Seconde guerre du Liban et des combats contre le Hamas à Gaza. Le public israélien a pris conscience de la menace à l’été 2014 lors de l’opération «Bordure Protectrice», lorsque 32 tunnels terroristes transfrontaliers ont été découverts et détruits. Malgré les renseignements sur les tunnels, Israël n’était pas correctement préparé à faire face à la menace. L’incapacité et la réticence à faire face à la menace se sont manifestées en juin 2006, lorsque le Hamas a kidnappé Gilad Shilat par un tunnel transfrontalier en 2014, alors qu’Israël était confronté à des difficultés techniques pour découvrir et neutraliser les tunnels, lors de l’opération «Bordure protectrice».

L’établissement de la défense est maintenant mieux préparé que jamais pour faire face aux menaces souterraines. Depuis l’opération «Bordure Protectrice», les forces de défense israéliennes ont revu et considérablement amélioré leurs capacités en matière de renseignement et leur technologie, et les forces combattantes se sont entraînées pour améliorer leurs performances opérationnelles face à la menace des tunnels. Le changement dans les connaissances et les capacités est évident dans la localisation, la découverte et la démolition de nombreux tunnels d’attaque transfrontaliers depuis la fin de l’opération «Bordure protectrice».

Israël mène une campagne pour empêcher les organisations terroristes d’utiliser les tunnels dans le cadre d’une stratégie plus vaste visant à les empêcher de remporter des succès d’estime. Cette stratégie inclut les systèmes de défense aérienne «Dôme de fer» et «Baguette magique» pour intercepter les armes à moyenne trajectoire à trajectoire haute (le système «Arrow» ou Hetz est utilisé contre les missiles à longue portée). Israël s’efforce également de trouver une solution aux armes à courte portée et moyenne portée pour lesquelles le délai d’alerte est très court. En outre, Israël mène l’offensive dans les régions géographiquement proches et lointaines pour empêcher les organisations terroristes d’acquérir des armes de pointe, telles que des missiles précis à longue portée.

La réaction réussie d’Israël contre la menace clandestine a considérablement limité les capacités stratégiques de ses ennemis, tout comme Israël a gravement entravé l’efficacité et la détermination des lancements de roquettes par des organisations terroristes. Cela laisse une marge de manœuvre à Israël si et quand il décide de lancer une opération militaire à grande échelle dans la bande de Gaza ou au Liban.

Néanmoins, la barrière souterraine le long de la frontière de Gaza n’est pas encore terminée et il semble que cela ait tempéré la réaction de l’armée israélienne aux provocations du Hamas au cours de l’année écoulée (- initiées notamment par le Hamas et d’autres organisations terroristes), qui risquait de retarder l’achèvement de la barrière. Israël préfère ne pas être entraîné dans un conflit militaire avant que ses capacités défensives ne soient pleinement opérationnelles. Dans ce contexte, il convient de noter qu’Israël procède également avec prudence dans le nord et évite une confrontation totale avec le Hezbollah. Les raisons d’Israël de suivre cette politique nécessitent une discussion séparée.


1 Shapir, Y Perel G. La guerre souterraine: un nouveau-vieux défi . Les leçons de Protective Edge, Kurz A., Brom S. (eds), Institut d’études sur la sécurité nationale . Tel Aviv, 2014.

www.inss.org.il/…/subterranean-warfare-a-new-old-challenge

[2] Dostri, O. Opération Northern Shield – Partie d’une vaste campagne israélienne au Liban.  Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité.  6 décembre 2018 (en hébreu)

https://jiss.org.il/he/dostri-operation-northern-shield-part-of-a-broad-israeli-camaign-in-lebanon/

[3]  Note 1, p. 50

[4] Sadan, I. «Le contrôleur. “Les FDI surprise par les tunnels – ont agi ad-hoc sans plan de combat”. ”  Walla News . 28 février 2017 (en hébreu), https://news.walla.co.il/item/3044193

[5]  Yehoshua, Y. «Scoop – Décisions du Cabinet sous tension au cours de la publication de Protective Edge».  Ynet. 24 janvier 2017 (en hébreu)

https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4911896,00.html

[6] Note 4.

[7] Levy, S. «Comment les FDI découvrent-elles des tunnels? Informations déclassées. Mako. 14 octobre 2013 (en hébreu)

https://www.mako.co.il/pzm-units/combat-engineering/Article-06ce1e77206b141006.htm

[8] Rot, Y. «Le fondateur sortant de l’unité d’élite de la guerre dans les tunnels parle», Walla News. 26 juin 2018 (en hébreu), https://www.maariv.co.il/news/military/Article-653351

[9] Buhbut, A. «Chasseurs de tunnels – la division de Gaza met en place une unité de guerre souterraine», Walla News. 26 juin 2018 (en hébreu), https://news.walla.co.il/item/3168562

[10] Ibid.

[11] Teshuva, A. «Les nouveaux services de renseignements souterrains s’unissent dans la division de Gaza», site Web de Tsahal . 19 juillet 2018. (Hébreu)

https://www.idf.il/%D7%90%D7%AA%D7%A8%D7%99%D7%9D/%D7%A4%D7%99%A7%D7%95%D7% 93% D7% 94% D7% 93% D7% A8% D7% 95% D7% 9J /% D7% A4% D7% 9C% D7% 95% D7% 95% D7% 95% D7% AA-% D7 % 97% D7% 93% D7% A9% D7% 95% D7% AA-% D7% A9% D7% 9C-% D7% 9E% D7% A4% D7% A2% D7% A0% D7% 97% D7 % 95% D7% AA-% D7% 95% D7% 9C% D7% 95% D7% 97% D7% 9E% D7% 99-% D7% AA% D7% AA7% A7% D7% D7% A8% D7% A7% D7% A2-% D7% A0% D7% A4% D7% AA% D7% 97% D7% 95- D7% 91% D7% 92% D7% 93% D7% 95% D7% 93- % D7% 94% D7% 90% D7% 99% D7% A1% D7% 95% D7% A3-% D7% 91% D7% 90% D7% 90% D7% 95% D7% 93% D7% AA- % D7% A2% D7% 96% D7% 94 /

[12] Ibid.

[13]   Voir note 9

[14] «Gestion de la menace liée aux tunnels» , Rapport du contrôleur du 28 février 2017, p. 28 (en hébreu)

http://www.mevaker.gov.il/he/Reports/Report_568/bd318994-ccaa-4e25-9aff-02561eccadea/zuk-eitan-20.pdf

[15]  Ibid. p. 28-29

[16]  Ibid. p. 37

[17] Tsuri, M. “La” barrière “à la frontière de Gaza coûtera 3,34 milliards de NIS”, Ynet . 9 janvier 2017 (en hébreu), https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4904917,00.html

[18] Buhbut, A. «Nous ne comptons pas sur la réglementation: des bases expérimentales sont établies le long de la frontière de Gaza pour la guerre souterraine», Walla News . 23 août 2018 (en hébreu)

https://news.walla.co.il/item/3182870

[19] Voir note 14, p. 38-39

[20] Ibid. p. 43

[21] Ibid. p. 41

[22] Ibid. p. 39

[23] Ibid. p. 41

[24] Ibid. p. 16

[25] Ibid.

[26] Ibid., P. 17

[27] Ibid., P. 19

[28] Cohen, G. Harel, A. «Sans plans, formation et équipement, les FDI font face aux tunnels», Haaretz . 17 octobre 2014 (en hébreu)

https://www.haaretz.co.il/news/politics/.premium-1.2460677

[29] Zeitoun, Y. «Explosion ou tempête: les scénarios pouvant conduire à une réponse du Hezbollah», Ynet. 5 décembre 2018 (en hébreu)

https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5420206,00.html

[30] Zeitoun, Y. «La surprise, étudier à Gaza et planifier: dans les coulisses du Bouclier septentrional», Ynet. 5 décembre 2018 (en hébreu)

https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-5420466,00.html

[31] «Bouclier septentrional: la neutralisation et la démolition des tunnels d’attaque terroriste commencent.» Site Web de Tsahal , 20 décembre 2018 (Hébreu).

[32] Ibid.

[33] Nahshoni, K. «Eizenkot sur la menace d’un tunnel:« Sérieux mais pas existentiel ni stratégique »» Ynet. 22 mars 2017 (en hébreu)

https://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4938919,00.html

5 COMMENTS

  1. Il fût une époque lointaine où TSAHAL ne bombait pas le torse en montrant ses muscles et qu’il n’y avait pas de stratèges militaires, comme on en voit à discrétion dans les débats à la TV française, mais TSAHAL détruisait ses ennemis avant même qu’ils ne se manifestaient. C’est malheureusement terminé. Depuis longtemps, les ennemis sont maîtres de la situation au commencement et à la fin des hostilités, puisque qu’ils dictent les dates et gentiment TSAHAL s’exécute.

    • Hervé, votre masochisme primaire et votre mépris de Tsahal trouveraient facilement leur place chez les pro-Iraniens de l’autre côté de la barricade. Tsahal mène la danse en Syrie, le Mossad se promène à Téhéran, fait fermer sa bouche à la frontière tunnelière aux sbires de Nasrallah et laisse pour l’instant de côté les allumés de Gaza, pour décider de la date qui lui convient.

  2. En fait, pour vraiment résumer et surtout signifier à l’ennemi, comme dab, que Ysraël a tout sous son contrôle… On fait beaucoup de bruit, on montre le biscoto, à grand renfort de merdia, on rebouche sous les cameras etc.. Etc…
    Mais il aurait suffi de miner méchamment et savamment ces tunnels pour que le gros des envahisseurs soit enterré des qu’ils soient suffisamment nombreux en approche, et cela sans tirer le moindre nuage orange (un pet de lapin) …
    C’est que la vie importe pour l’armée d’Ysraël.
    Une demo dissuasive, rien que ça.
    Il ne peut y avoir de guerre souterraine, sauf contre des taupes.
    De toute façon, ces fadas pensent encore que la prochaine guerre sera une guerre de fantassins, au corps à corp, avec tranchées, baïonnettes, la petite clé en plastok autour du cou, et la boite de 72 preservatifs en poche.. etc…
    Béni soit le Seigneur, Qui stupidifie nos ennemis.
    Amen

    • Faire venir simplement, par pipeline gros débit, de l’eau de la Méditerranée,
      faire des tranchées très profondes le long de la frontière
      Les remplir de cette eau, en permanence,

      si des tunnels sont construits , ils se trouveront aussitôt inondés, et cette eau ira jusqu’à l’origine du
      ou des tunnels, cela pourra inonder, casemate, dépôt de munitions, locaux d’état-major ennemi, etc etc

      Ces tunnels inondés fragiliseront ceux qui seraient construits plus en haut, ou plus en profondeur.

      Les tranchées pourraient être bourrés de fils de barbelés

      La terre récupérées , de ces tranchées, servira de monticule, donc de point de vue élevé.

      • correction de faute orthographique (mille excuses):
        Les tranchées pourraient être bourrées de fils de barbelés

        La terre récupérée , de ces tranchées, servira de monticule, donc de point de vue élevé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.