Israël va simuler une frappe contre l’Iran lors d’un grand exercice de Tsahal. Alors que l’Iran est proche d’avoir l’arme nucléaire, Tsahal va lancer « Chariots de feu », une simulation de guerre sur six fronts différents.

Tsahal mène des exercices à grande échelle

Tsahal simulera la frappe de cibles éloignées des frontières d’Israël avec un grand nombre d’avions tout en acquérant simultanément de nouvelles cibles sur différents fronts en temps réel lors de son plus grand exercice militaire de l’histoire.

L’exercice est unique et d’une portée sans précédent et permettra à l’armée de maintenir un haut niveau de préparation dans une région en constante évolution, a déclaré Tsahal. Il vise à améliorer les capacités de l’armée dans une guerre intense, multifrontale et prolongée sur toutes ses frontières.

Au cours de l’exercice, l’IAF s’entraînera à frapper des cibles éloignées des frontières d’Israël, tandis que les troupes continuent de faire face à une guerre sur plusieurs fronts à ses frontières.

L’armée israélienne prévoit plusieurs options militaires contre l’Iran en cas d’échec des pourparlers nucléaires entre l’Occident et la République islamique, et elle mettra en pratique l’une des options possibles au cours de l’exercice.

L’armée mettra également en œuvre les enseignements tirés de l’opération Gardien des murailles tout au long du mois. Au cours des 11 jours de combats de l’année dernière, il y a eu de violentes émeutes dans ces régions ainsi que dans des villes mixtes arabo-israéliennes telles que Lod et Jaffa. Deux personnes ont été tuées et plusieurs civils ont été blessés.

Des F-161 de l'armée de l'air israélienne survolent les plages de Tel Aviv lors d'un récent Jour de l'Indépendance. (crédit : Wikimedia Commons)Des F-161 de l’armée de l’air israélienne survolent les plages de Tel Aviv lors d’un récent Jour de l’Indépendance. (crédit : Wikimedia Commons)

Dans le cadre de l’exercice, Tsahal simulera des scénarios dans lesquels il y a des émeutes deux fois plus violentes que l’année dernière.

L’armée veut être en mesure d’envoyer des troupes avant que la violence n’éclate , et non en réponse à la violence, et elle s’efforcera de maintenir les routes ouvertes dans les régions du Néguev et dans la région de Wadi Ara au nord.

Des milliers de soldats et de réservistes participeront à l’exercice, baptisé Chariots de feu. Tous les commandements, y compris l’IAF et la marine israélienne et les forces régulières et de réserve, y participeront.

L’objectif de l’exercice de trois semaines est d’améliorer l’état de préparation de l’ensemble de l’armée et d’examiner la capacité des troupes à mener une campagne puissante et prolongée contre les forces ennemies sur différents fronts simultanément.

Tsahal a créé il y a deux ans un centre multidisciplinaire unique subordonné à la Direction des opérations pour exploiter le renseignement à l’aide de capacités numériques et avancées d’intelligence artificielle. Il vise à créer un « incubateur de cibles » qui produit des centaines de cibles pertinentes pour l’évolution des combats afin de permettre à l’armée de continuer à se battre aussi longtemps que nécessaire avec de plus en plus de nouvelles cibles.

Selon l’armée, la collecte de renseignements sur des cibles en temps réel est la tâche la plus difficile, et le centre s’entraînera à rassembler de nouvelles cibles réelles sur tous les fronts au cours de l’exercice. Il s’entraînera également à exécuter divers plans opérationnels pour atteindre des cibles déjà en banque.

À l’aide d’une plate-forme d’intelligence artificielle connue sous le nom de The Gospel, qui utilise également le traitement du langage naturel, il centralise toutes les données sur les groupes terroristes sur une plate-forme qui permet l’analyse et l’extraction des renseignements. L’armée pense que l’utilisation de l’IA a contribué à raccourcir la durée des combats ; il a été efficace et rapide pour rassembler des cibles en utilisant la super-cognition.

L’armée divise ses cibles en quatre groupes différents : les cibles de la puissance ennemie, les cibles de qualité, les cibles qui permettent à l’ennemi de continuer à se battre comme les infrastructures et les cibles en temps réel.

TOUS LES OBJECTIFS recueillis par la plate-forme sont revérifiés par les agents du centre avant d’être approuvés. Tirant les leçons de l’opération Gardien des murailles, le centre dispose également d’une équipe de légitimité qui peut fournir des renseignements détaillés sur les cibles frappées aux partenaires ainsi que des renseignements déclassifiés à la presse.

Depuis la création du centre, le nombre de cibles a augmenté d’environ 400 %, avec des milliers de cibles sur le front nord et dans la bande de Gaza densément peuplée.

Et dans le Nord, en utilisant des renseignements innovants et une technologie de pointe, la banque de cibles de Tsahal dans le Commandement du Nord est 20 fois plus grande que la banque de cibles dont disposait l’armée en 2006, avec des milliers de cibles prêtes à être attaquées, y compris des quartiers généraux, des actifs stratégiques et des armes. entrepôts.

Suite à l’opération Gardien des murailles, au cours de laquelle des roquettes ont été tirées depuis le sud du Liban, la violence en Cisjordanie et à l’intérieur des villes israéliennes, ainsi que plus de 4 000 roquettes et mortiers tirés depuis Gaza, l’armée comprend qu’une future guerre verra un conflit sur plusieurs fronts simultanément.

Lors de sa visite à l’exercice lundi, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que l’establishment de la défense « se préparait à divers scénarios contre nos ennemis sur les différents théâtres et contre le Hezbollah et le Hamas, qui opère également depuis le Liban ».

« La combinaison de la formation, de l’activité opérationnelle et du renforcement de la résilience civile constitue notre paradigme complet de protection du Nord et de l’ensemble de l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

Tsahal vise à effectuer des bombardements massifs avec des milliers de munitions contre des cibles ennemies depuis la terre, la mer et l’air.

L’exercice vise à améliorer la coopération entre Tsahal, divers ministères, les organisations de sécurité et les capacités des organismes civils à passer d’un scénario de routine à un scénario d’urgence complet avec de multiples domaines en constante évolution. Il examinera également les problèmes de logistique et de puissance de feu auxquels les troupes pourraient être confrontées dans une guerre.

Au cours de la première semaine de l’exercice, l’armée israélienne s’est entraînée à accroître l’état de préparation sur le front nord tout en renforçant les défenses du pays et en faisant face aux défis qui se développent en Cisjordanie et à Gaza.

Au cours de la deuxième semaine, l’armée simule une campagne de dissuasion limitée à une guerre totale. Tsahal simulera la transition de scénarios de routine à des scénarios d’urgence avec des défis auxquels est confronté le front intérieur lors d’un déclenchement de guerre, notamment l’évacuation de civils et d’hôpitaux.

La troisième semaine verra l’armée affronter une guerre à grande échelle sur plusieurs fronts et plusieurs dimensions. Il comprendra deux exercices de division à grande échelle des forces régulières et de réserve de la 162e division et de la 98e division pour pratiquer des manœuvres offensives sur le front nord dans le cadre d’une vaste campagne qui verra les troupes défendre également le front intérieur.

Les troupes de la 98e division et des forces spéciales s’entraîneront à Chypre au cours de la quatrième semaine de l’exercice.

L’exercice verra également la mise en œuvre du concept Victory de Tsahal, en mettant l’accent sur la réalisation d’objectifs opérationnels à un rythme rapide, avec des attaques, la défense et des manœuvres multidimensionnelles.

Tsahal annule l’exercice « Chariots de feu » à Umm al-Fahem

Image d'illustration | Umm El-Fahm, Israël

Image d’illustration | Umm El-Fahm, Israël Matanya Tausig/Flash90Image d’illustration | Umm El-Fahm, Israël

 

L’armée israélienne a annulé une partie de son exercice de préparation à la guerre « Chariots de feu » qui devait se dérouler dans la ville arabe d’Umm el-Fahm la semaine prochaine, à la demande du maire.

Le maire, Samir Sobhi Mahamed a demandé au ministre de la Défense Benny Gantz d’annuler l’exercice dans la ville qui simule une guerre avec le Hezbollah, affirmant que cela aurait un effet dramatique sur les habitants et entraverait la coexistence entre Juifs et Arabes.

« Inutile de dire que le déplacement de véhicules blindés des troupes à l’intérieur de la ville qui simulent une bataille contre le Hezbollah aurait un effet fatal sur le bien-être des habitants. En tant que maire, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour promouvoir la coexistence et améliorer l’image de la ville ainsi que la qualité de vie qui y règne. Et je crains que ce genre d’exercices militaires ne nuise à ces objectifs », a-t-il écrit.

Dans une déclaration fournie par l’unité du porte-parole de Tsahal, l’armée a déclaré que « conformément à la demande de ma municipalité, les ajustements nécessaires ont été apportés à l’exercice, y compris le contournement de la ville et sa pratique dans les zones montagneuses et rurales » loin de la ville.

Depuis le début de la semaine, Tsahal effectue des exercices de préparation à la guerre, y compris des simulations d’alerte à la roquette aux quatre coins du pays.

La situation sécuritaire reste tendue alors qu’une vague d’attentats islamistes frappe le pays depuis plus de deux mois, ayant fait 19 morts.

Jforum avec ANNA AHRONHEIM www.jpost.com et i24NEWS
La 188e Brigade blindée de Tsahal participe à un vaste exercice dans le nord d’Israël destiné à simuler une guerre au Liban, février 2018 (Forces de défense israéliennes)

 

1 COMMENTAIRE

  1. En octobre 1973, quand les égyptiens et les syriens ont attaqué l’État Juif, Tsahal n’était pas préparée, ni en stratégie, ni en matériel, à mener une guerre multi fronts, et cela a eu de lourdes conséquences, tant immédiatement qu’à long terme, pour Israël. Près de 50 ans après, Tsahal commence à penser que peut-être l’État Juif pourrait à nouveau être attaqué sur plusieurs fronts.

    Cela paraît un peu léger pour Tsahal de n’avoir pas tenu compte de l’avenir, pendant plus de 50 ans. Or sa réussite future, et celle d’Israël, sont largement conditionnées par les décisions et actions entreprises dans le présent. Quand Tsahal aura fait l’effort d’identifier à l’avance les préoccupations et d’évaluer dans quelles mesures elles représentent des menaces pour Israël, l’avenir de l’État Juif offrira alors de l’opportunité et non l’incertitude. Regarder l’avenir en face pour découvrir ce qu’il nous réserve, et en tirer parti dans notre activité présente, c’est une démarche intellectuelle qui nous permet d’influer favorablement sur le futur, c’est un acte volontaire dicté par la prudence. Un problème est qu’il faut être très motivé pour consacrer une partie de son temps à des éventualités lointaines.

    Israël pourrait éviter de nombreuses catastrophes à venir. Mais il semble que certains dirigeants de Tsahal aient tendance à se laisser aller à une sensation trompeuse de sécurité. Les changements sont perpétuels et nécessaires, notamment au plan international. La réussite et survie d’Israël dépend de sa capacité à prévoir ces changements et à surmonter leurs conséquences néfastes. Chez les Séfarades rationalistes, nous pensons que Dieu nous a donné la Raison pour penser ces menaces futures et nous préparer dès maintenant à y faire face, mais il semble que certains responsables de Tsahal ne soient pas à la hauteur du Judaïsme rationnel. Rahem.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.