Attentat déjoué du Thalys en 2015. Pourquoi Clint Eastwood va être appelé en tant que témoin

L’histoire de l’attaque du train Thalys en 2015, dont le procès commence ce lundi 16 novembre à Paris, aurait pu être celle d’un carnage. Elle est devenue celle du courage d’une poignée de passagers parvenus à maîtriser un tireur surarmé. Un scénario digne d’un film… réalisé plus tard par Clint Eastwood. L’acteur et réalisateur américain va d’ailleurs être appelé à témoigner. Pourquoi ?

Clint Eastwood à Los Angeles le 3 janvier 2020.
Clint Eastwood à Los Angeles le 3 janvier 2020. | MARIO ANZUONI / REUTERS

Une des questions qui restent posées à l’ouverture du procès de l’attaque terroriste manquée dans le Thalys Amsterdam-Paris, le 21 août 2015, est celle-ci : viendra-t-il ? Oui, Clint Eastwood, acteur et réalisateur américain âgé de 90 ans, fera-t-il le déplacement jusqu’à Paris, lui qui a été appelé par la cour en qualité de témoin ?

Mais au fait, pourquoi lui avoir demandé de témoigner dans cette affaire ? Il n’était pas présent pendant l’attaque. Non, mais il s’est emparé de cet incroyable fait divers et de ses héros anonymes pour en faire un film international, « Le 15 h 17 pour Paris ».

Le 4 juin 2016, Clint Eastwood avait remis aux trois héros américains le Hero Award lors des Guys Choice 2016  Le 4 juin 2016, Clint Eastwood avait remis aux trois héros américains le Hero Award lors des Guys Choice 2016 [Mike Windle / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Car, oui, sans quelques-uns des passagers du Thalys, l’attaque aurait pu se terminer en bain de sang. Les trois jeunes Américains, dont deux militaires, qui ont maîtrisé le tireur en août 2015, ont d’ailleurs été acclamés en France comme aux États-Unis pour leur acte héroïque.

> VOIR AUSSI : VIDÉO. Attaque du Thalys en 2015. Ouverture du procès à Paris :

Légion d’honneur en France et parade aux États-Unis

Âgés de 23 ans à l’époque, ces trois amis d’enfance qui passaient leurs premières vacances en Europe sont intervenus à mains nues pour désarmer Ayoub El Khazzani, djihadiste marocain armé d’une kalachnikov, dans le Thalys Amsterdam-Paris, peu après l’entrée du train en France.

Quelques jours plus tard, Spencer Stone, un soldat de l’armée de l’air américaine, Aleksander Skarlatos, membre de la Garde nationale de l’Oregon, et leur ami étudiant Anthony Sadler reçoivent la Légion d’honneur des mains de François Hollande.

À leur retour au pays, ils sont accueillis en héros. Dans les talk-shows, ils répètent leur incroyable histoire, selon les mots du président Barack Obama, qui les reçoit à la Maison Blanche pour leur dire qu’ils étaient le meilleur de l’Amérique. Ils sont également célébrés lors d’une parade dans leur ville natale de Sacramento (Californie).

Un film où tout est « 100 % vrai »

Les trois amis sont ensuite devenus encore plus célèbres encore grâce au film réalisé par Clint Eastwood en 2018, « Le 15 h 17 pour Paris », dans lequel ils jouent leur propre rôle.

Un film qui s’inspire du livre éponyme qu’ont coécrit Spencer Stone, Alek Skarlatos et Anthony Sadler, narrant leur parcours jusqu’à ce fameux Thalys Amsterdam-Paris 9364.

Un film où tout est 100 % vrai, selon les arguments de promotion à l’époque. Sur les plateaux de télévision, les trois Américains se félicitent ainsi que ce long-métrage – tourné au deuxième semestre 2017 dans les régions d’Atlanta (États-Unis), Venise (Italie), Paris, Gennevilliers et Arras ainsi qu’en Belgique – a inscrit dans son casting, outre eux-mêmes, des employés de la SNCF, d’autres passagers du train mais aussi de l’équipe médicale.

Les soldats ne se sont pas présentés à la reconstitution judiciaire

Et voilà qui explique pourquoi, ce lundi 16 novembre 2020, parmi la liste des 41 témoins et 9 experts, on retrouve Clint Eastwood.

Le réalisateur américain est prié de venir s’expliquer au procès pour qu’il apporte son éclairage sur l’attitude de messieurs Stone, Skarlatos et Sadler sur le tournage et sur les consignes de tournage quant au déroulement des scènes censées reproduire avec exactitude les faits survenus le 21 août 2015, comme l’indique la défense de Ayoub El-Khazzani dans sa demande de citation de témoin auprès du Parquet national antiterroriste, citée par France Inter .

Cette citation semble d’autant plus importante, explique Me Sarah Mauger-Poliakque les soldats américains, et c’est regrettable, ne se sont pas présentés à la reconstitution organisée par la justice alors qu’ils ont passé des mois à rejouer la scène devant les projecteurs hollywoodiens.

Clint Eastwood viendra-t-il, donc ? Répondre à la convocation d’une cour d’assises est une obligation légale. À ceci près que ce témoin très spécial et très âgé réside aux États-Unis ; et que le Covid-19 fait des ravages outre-Atlantique tout en connaissant une seconde vague en Europe. Reste l’audition par visioconférence. Clint Eastwood serait alors présent sur le petit écran de la salle d’audience.

ouest-france.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.